La prolongation de la trêve de deux mois au Yémen

Prolongation de la trêve de deux mois
Les factions belligérantes ont annoncé une prolongation de la trêve de deux mois au Yémen à un accord de cessez-le-feu. Le précédent accord de paix a expiré le 2 août 2022. Il s’agit désormais de la plus longue période de non-conflit au cours de la guerre de sept ans entre le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite et les forces rebelles Houthi. Cependant, la méfiance entre les deux parties est profonde. La coalition saoudienne et les rebelles houthis sont tous deux accusés de crimes de guerre qui violent le droit international.

Les civils yéménites en situation d’extrême pauvreté souffrent le plus de ces violences. L’étendue des pertes civiles est grave. Des estimations prudentes de l’Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED) affirment que les frappes aériennes dirigées par l’Arabie saoudite ont tué plus de 12 600 non-combattants confirmés. Le Programme des Nations Unies pour le développement estime que près de 60 % des décès pendant le conflit sont dus à un manque de nourriture et d’eau, ainsi qu’à des services de santé extrêmement limités.

Préoccupations humanitaires

Le Yémen continue de connaître l’une des pires crises humanitaires de son histoire récente. Les services publics de base ne sont pas disponibles en raison des circonstances de la guerre et environ 80 % de la population a besoin d’aide. Le prix de l’essence et de la nourriture a grimpé en flèche en raison de la hausse des prix mondiaux. Alors qu’une trêve temporaire est en place, l’insécurité alimentaire et la sensibilité aux maladies continuent de tourmenter la société civile yéménite.

Les blocus de facto limitant la liberté de mouvement exacerbent les préoccupations humanitaires. L’Arabie saoudite a bloqué le flux de ressources vers la capitale Sanaa, contrôlée par les forces houthies. L’accès aux routes reliant le reste du pays, ainsi que la région contestée de Taiz, est limité, ce qui intensifie encore la lutte pour la sécurité alimentaire.

Ces questions sont restées controversées au cours des périodes de paix précédentes. Les dirigeants houthis accusent la coalition saoudienne de ne pas livrer le nombre convenu de cargaisons d’essence dans le port de Hodeidah. Cependant, la coalition saoudienne reproche aux Houthis de ne pas avoir rouvert les routes dans la région de Taiz.

Perspectives de paix

Alors que la prolongation de la trêve de deux mois au Yémen met un pansement sur l’hémorragie, il doit y avoir un effort international pour apporter une paix durable au Yémen. Les efforts internationaux antérieurs pour mettre fin au conflit au Yémen n’ont pas réussi à apporter une paix durable. L’accord de Stockholm de 2018 a empêché une bataille pour la ville portuaire de Hodeidah, mais n’a pas réussi à créer un comité mixte pour désamorcer la violence à Taiz.

Avec l’annonce d’une prolongation de la paix, les États-Unis ont rouvert la vente d’armes à la coalition saoudienne. L’administration Biden avait précédemment interrompu la vente de soutien militaire fabriqué aux États-Unis pour le bombardement aérien du Yémen. Cependant, Washington a approuvé une vente de 3,5 milliards de dollars de missiles balistiques Patriot avancés à l’Arabie saoudite et un système de missiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) de 2,24 milliards de dollars pour les Émirats arabes unis (EAU).

Alors que l’administration Biden affirme que ces accords sont uniquement à des fins défensives, le stockage d’armes par Riyad pendant les périodes de non-conflit n’est pas bon pour une paix durable. Ces accords ne font qu’approfondir la méfiance entre les parties belligérantes.

L’ingérence extérieure exacerbe la guerre au Yémen

Différents pays voisins prolongent également le conflit au Yémen. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Iran se sont insérés dans la guerre. La capacité militaire de ces pays amplifie l’ampleur des pertes humaines. Avant les récents accords de trêve, la campagne aérienne aveugle de la coalition saoudienne a dévasté les infrastructures du Yémen et tué des milliers de civils.

L’Iran est un soutien connu des rebelles houthis. Alors que les experts affirment que l’influence de Téhéran sur les dirigeants houthis est exagérée, il existe certainement une communication et une collaboration entre les cercles dirigeants qui partagent des ambitions géopolitiques similaires. Le Yémen est maintenant le site de l’Iran et de la compétition du Golfe pour l’autorité au Moyen-Orient.

Un engagement international en faveur d’une paix durable est nécessaire pour une résolution au Yémen

La prolongation de la trêve de deux mois au Yémen annoncée le 2 août 2022 retarde les souffrances du Yémen dans un avenir immédiat. Cependant, les blocus et les restrictions de mouvement, ainsi que les prix élevés du gaz et des denrées alimentaires, exacerbent la crise humanitaire dans le pays. Il faut une résolution de paix durable pour commencer à reconstruire le Yémen et s’attaquer aux problèmes urgents de la pauvreté et de la faim de masse.

Les efforts internationaux antérieurs pour ramener la paix au Yémen n’ont pas eu d’impact sur le terrain. Le réengagement de Washington à vendre des armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis nuit aux négociations. Les dirigeants mondiaux doivent se réunir à nouveau sur le conflit au Yémen et s’engager véritablement à une résolution qui apportera une paix durable.

–Samson Heyer
Photo : Flickr

*

★★★★★