Catégories
Solidarité et entraide

La prévalence du suicide au Groenland

Suicide au GroenlandEntre 1970 et 1980, le taux de suicide au Groenland était sept fois plus élevé que celui des États-Unis. Les taux élevés de suicide au Groenland découlaient de la dévalorisation de la culture inuite locale qui s'est produite lorsque le Danemark a poussé à moderniser l'île. En raison du manque de ressources adéquates, les améliorations ont été lentes. Cependant, alors que la santé mentale s'est déstigmatisée, diverses ONG et programmes gouvernementaux sont apparus au cours de la dernière décennie avec des solutions prometteuses pour lutter contre le suicide au Groenland.

Le suicide au Groenland aujourd'hui

En 2016, le taux de suicide annuel moyen mondial était de 16 personnes pour 100000. Au Groenland, le taux de suicide annuel était de 82 personnes pour 100 000 habitants.

Le suicide n’est pas réparti uniformément dans la population du Groenland. Les adolescents et les jeunes adultes sont les plus à risque de suicide. Selon le Centre nordique du bien-être et des questions sociales, la prévalence du suicide au Groenland est trois fois plus élevée chez les 20 à 24 ans que chez les 25 à 65 ans. De plus, 23% des adolescents et des jeunes adultes ont déclaré s'être mutilés.

Reconnaître les facteurs de risque

En raison de la modernisation rapide des années 70 et 80, de nombreuses personnes ont émigré vers les villes et les grandes agglomérations pour une mobilité économique et éducative. Cependant, une fois sur place, ils ont dû s'assimiler pour paraître plus danois. La perte d'identité qui a suivi a conduit les communautés à se tourner vers l'alcool, ce qui a conduit à la maltraitance et à la négligence envers les enfants, deux facteurs de risque majeurs de suicide. Cette érosion de la structure familiale a rendu difficile pour les individus de faire face aux difficultés émotionnelles et psychologiques.

Combattre le suicide au Groenland

Au cours des deux dernières décennies, le gouvernement et plusieurs ONG ont créé des programmes pour lutter contre cette endémie.

  • SAAFIK – Créé en 2011, ce centre de conseil à l'échelle nationale offre un soutien médical, psychologique, social et juridique aux enfants victimes d'abus sexuels.
  • Brisez le silence, mettez fin à la violence – En 2014, le ministère de la Famille, de l'Égalité des genres et des Affaires sociales a lancé une campagne de trois ans pour sensibiliser à la violence domestique. À cette fin, le Ministère a créé une page Web sur la violence et les campagnes d’information.
  • SAPIIK – Ce programme de mentorat par les pairs vise à réduire le nombre d'enfants qui abandonnent l'école. À travers des activités sociales et des sorties, SAPIIK se concentre sur l’amélioration des compétences intrapersonnelles et interpersonnelles d’un enfant.
  • Système de fée scolaire – Ce programme place un travailleur social, connu sous le nom de fée de l'école, dans les écoles pour aider les élèves qui ont besoin de soutien social. La fée de l'école engage les élèves à travers des conversations et des activités. La fée de l'école fait également état de préoccupations et d'observations à l'école lorsqu'elle juge que des interventions spéciales sont nécessaires.
  • TIMI ASIMI – Fondé en 2011, il s'agit d'un programme d'intervention en plein air destiné aux adolescents et jeunes adultes à risque, âgés de 13 à 21 ans. Pendant trois mois, les participants suivent des cours éducatifs, des travaux communautaires, des conseils scolaires et des activités physiques.
  • Projet CREATes – Au cours de deux ans, ce projet a utilisé la narration comme un moyen efficace de susciter des expériences personnelles liées à la fois au suicide et à la résilience. Ces ateliers ont permis aux jeunes de l’Arctique de se réunir et de partager leurs expériences en matière de suicide et de santé mentale. Les animateurs ont travaillé avec les jeunes pour les aider à écrire, enregistrer, photographier ou filmer leurs propres histoires comme moyen de guérison. Bien que le projet CREATeS se soit terminé en 2019, il ne s'agissait que d'une partie d'une série de programmes créés par le Conseil de l'Arctique pour lutter contre le suicide dans l'Arctique. Il a été succédé par Local2Global, un autre programme de prévention du suicide axé sur la promotion de la communauté et la création de projets numériques pour la narration.

Le Groenland a parcouru un long chemin depuis les années 80. Les gens sont maintenant capables de parler de suicide et d'obtenir de l'aide pour des problèmes mentaux. Avec plus d'initiatives et de ressources, le suicide au Groenland peut diminuer pour correspondre à la moyenne mondiale ou même la réduire.

Riley Behlke
Photo: Flickr

*