La portée de la crise du COVID-19 au Rwanda: leçons du deuxième cycle de l’enquête RECOVR

Dans le cadre de l’enquête RECOVR en cours de l’IPA, nous avons récemment organisé un webinaire avec le Réseau consultatif sur la pauvreté chronique mettant en évidence les principaux résultats de la deuxième série d’enquêtes en Zambie et au Rwanda. Cet article de blog résume les principales conclusions de l’enquête au Rwanda et les recommandations politiques. Cliquez ici pour consulter le blog de la Zambie.

Dans les deux pays, il y a des poches de progrès avec l’adhésion continue à certaines mesures d’atténuation des virus et des taux d’acceptation prometteurs pour les vaccinations. L’éducation reste une préoccupation majeure pour les parents des apprenants, avec la perspective de pertes d’apprentissage potentielles. Dans le même temps, alors que la pandémie se poursuit, des défis subsistent en ce qui concerne la sécurité alimentaire et les dommages économiques à long terme sur les moyens de subsistance.

La deuxième série de l’enquête sur le Rwanda a été menée du 22 octobre au 6 novembre 2020. Sur les 1 484 répondants du premier tour, nous avons finalement interrogé 1 357 répondants. Le calendrier ci-dessous décrit les principales réponses politiques et le contexte national du COVID-19 au Rwanda. Au moment où l’enquête a été menée sur le terrain, le Rwanda venait de franchir le seuil de 5 000 cas cumulés et de 34 décès cumulés signalés.

Calendrier de l'enquête RECOVR au Rwanda

Santé

La grande majorité des répondants des deux cycles ont répondu qu’ils étaient préoccupés par le COVID-19 (78% lors du cycle 2 et 75% lors du cycle 1). En conséquence, le respect de certaines mesures de protection était également très élevé: 94% des répondants ont déclaré utiliser toujours un masque facial. Cependant, 50% des répondants ont déclaré être sortis de chez eux ou avoir reçu des visites tous les jours au cours de la semaine écoulée, principalement pour aller travailler ou se rendre au marché, les hommes étant 14 points de pourcentage plus susceptibles que les femmes de déclarer sortir tous les jours.

Quatre-vingt-cinq pour cent des répondants ont indiqué qu’ils prendraient un vaccin COVID-19 une fois qu’il serait disponible. Au moment de l’enquête de la deuxième série, les principaux vaccins dans le monde étaient encore en phase d’essais cliniques et aucun vaccin n’avait été approuvé au Rwanda. La majorité des répondants prendraient le vaccin pour se protéger, suivi de la protection de la famille. La majorité des personnes interrogées ont cité les médecins, les agents de santé et le ministère de la Santé comme leur source d’information la plus fiable, avec moins de 1% exprimant leur confiance en des amis, des chefs religieux ou des célébrités (34% ont déclaré ne faire confiance à personne). Ces chiffres suggèrent que l’acceptation au Rwanda est relativement élevée, et lorsque les vaccins sont distribués en masse au Rwanda, les campagnes de messagerie de santé publique seront bien servies en mettant en avant les experts de la santé plus que les politiciens ou les personnalités culturellement importantes.

Sécurité alimentaire et résilience financière

Les données d’enquête sur l’assistance sociale et la capacité des ménages à faire face aux impacts financiers de la pandémie suggèrent que les clivages pauvres / non pauvres et rural / urbain sont des facteurs de différenciation dans les expériences économiques des Rwandais ces derniers mois. Par exemple, une proportion plus élevée de répondants des zones urbaines déclarent réduire les portions pour les adultes (60 pour cent) et les enfants (79 pour cent) dans leur ménage. Dans le même temps, les répondants des zones rurales sont plus susceptibles de ne pas être en mesure d’acheter autant de nourriture qu’ils le font habituellement en raison des prix élevés des denrées alimentaires et de la baisse des revenus.

Entre juin et octobre, il y a eu une diminution de 6 points de pourcentage de la part des répondants limitant les portions au moment des repas de 50% à 44%, tandis que 40% au deuxième tour ont déclaré avoir dû réduire le nombre de repas au cours de la semaine dernière. Comme le montre la figure ci-dessous, les baisses de revenus et les prix élevés des denrées alimentaires (que ce soit par des hausses de prix ou par des baisses de revenus qui rendent les aliments comparativement plus chers) semblent conduire davantage l’insécurité alimentaire que les pénuries de marché (16 pour cent). Enfin, la proportion de répondants devant épuiser leurs économies pour couvrir les dépenses de base a diminué de 17pp (79 pour cent au premier tour et 62 pour cent au deuxième tour); bien sûr, cela représente encore plus de la moitié de l’échantillon, et donc un indicateur important des retombées économiques que les décideurs devraient continuer de surveiller.

Sécurité alimentaire au Rwanda

Éducation

L’introduction rapide de l’enseignement à distance a imposé de nouvelles exigences aux étudiants, à leurs familles, aux enseignants et au système éducatif rwandais dans son ensemble, et les préoccupations relatives à l’éducation ont été reflétées dans l’enquête. Par exemple, la majorité des parents préfèrent l’école en personne l’année prochaine, et près de 100 pour cent des enfants devaient être inscrits à des cours en personne en novembre. Néanmoins, 92% des parents considèrent que l’enseignement à distance est efficace ou très efficace.

En termes d’outils d’apprentissage, Radio Rwanda (49 pour cent) et les manuels scolaires des élèves (42 pour cent) ont été signalés comme les outils d’apprentissage à distance les plus populaires. Les répondants en dessous du seuil de pauvreté sont plus susceptibles de dire qu’ils utilisent la radio et moins susceptibles de dire qu’ils utilisent Internet.

Éducation au Rwanda

Activité économique et emploi

À travers les séries d’enquête, l’emploi est resté en grande partie stable, bien que les gains et les heures travaillées des personnes occupées aient été moins uniformes. Par exemple, 69 pour cent du lieu de travail des répondants à partir de février sont restés ouverts en novembre, seulement une légère baisse (non significative) par rapport à 71 pour cent en juin. L’agriculture reste le secteur dans lequel la plus grande part des lieux de travail des répondants est encore ouverte, bien que ce taux ait diminué de 13 points de pourcentage au cours des cycles.

En ce qui concerne les changements dans la participation au marché du travail, il y a eu une augmentation de 7 points de pourcentage de la part des répondants travaillant entre les cycles 1 et 2 et, parmi ceux qui travaillent, 41% travaillent moins d’heures – mais cela représente une amélioration de 22 points de pourcentage depuis le cycle 1. 71 pour cent de ceux qui travaillent encore déclarent également une diminution de leurs revenus. Enfin, les répondants pauvres et les chefs de famille des zones rurales sont plus susceptibles d’être indépendants ou d’avoir travaillé dans une entreprise ou une ferme familiale au cours des 7 derniers jours.

Emploi au Rwanda

Implications politiques et recommandations

Protection sociale

Comme mentionné au cours du webinaire et du blog Zambie, lors de l’évaluation des offres de protection sociale du Rwanda, les décideurs politiques peuvent considérer: quelles personnes se verront offrir des prestations de protection sociale nouvelles ou élargies; comment ces personnes peuvent être identifiées, vérifiées et inscrites à un programme de protection sociale; si les avantages doivent être fournis sous forme de transferts en espèces ou en nature (par exemple, la nourriture); et, si les transferts monétaires sont sélectionnés, s’ils doivent être fournis par des canaux numériques ou physiques. Ces recommandations sont décrites plus en détail dans la note d’orientation de l’IPA sur les décisions clés pour la protection sociale COVID-19 dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Éducation

Les résultats de RECOVR Round 2 brossent un tableau de l’impact aigu, qui nécessite des réponses politiques fondées sur des preuves pour une aide immédiate et un rétablissement à long terme. Avec le retour à l’école, les éducateurs seront mis au défi de rencontrer les élèves à leur niveau d’apprentissage, en particulier compte tenu des différents niveaux d’accès des enfants aux ressources éducatives pendant les fermetures d’écoles. Par exemple, des évaluations de lecture orales simples et individuelles permettent aux enseignants de comprendre les niveaux des élèves et d’éclairer un enseignement personnalisé. Ces évaluations doivent être effectuées périodiquement pour suivre les progrès des élèves. Les évaluations rapides, simples et rentables mises à la disposition des enseignants comprennent ASER, ICAN et Uwezo.

Un enseignement ciblé, également connu sous le nom d’approche Enseignement au niveau de l’enfant, dans lequel les élèves sont regroupés en fonction de leur niveau d’apprentissage et sont enseignés à ce niveau, peut également aider à la transition à long terme vers l’apprentissage en personne. Un enseignement ciblé est particulièrement efficace pour les compétences de base en littératie et en calcul, qu’il sera essentiel de renforcer pour garantir que les élèves plus jeunes disposent en particulier des bases nécessaires pour progresser dans leur éducation. Des recherches rigoureuses ont montré que cette stratégie éducative améliorait l’apprentissage des élèves au Ghana, au Kenya, en Inde et ailleurs.

*

★★★★★