La pauvreté en Moldavie

La Moldavie est l’une des nations les plus démunies d’Europe et fait partie du groupe des pays à revenu intermédiaire (PIB par habitant de 4 407 dollars en 2020). Elle est confrontée à de nombreux problèmes dans les domaines de la productivité, de l’environnement commercial et de la démographie.

En 2020, la récession dévastatrice provoquée par la crise de Covid et les répercussions des événements climatiques extrêmes sur le secteur agricole ont mis fin à une période stable sur le plan macroéconomique.

En 2021, l’économie a connu une croissance spectaculaire qui a surpris les IFI. À court terme, les risques liés aux tensions de la pandémie, aux pressions inflationnistes et aux coûts énergétiques sont importants. Les enjeux à moyen et long terme sont centrés sur la base des changements structurels qui sont au cœur de l’accord entre les responsables moldaves et le FMI et le FMI, tandis que le climat politique semble favorable.

Le rebond de l’économie Moldave.

En 2020, la Moldavie a subi une baisse de 7 % de sa production en raison de l’effet combiné de la crise du Covid 19 et de la réduction de la production agricole. Les mesures sanitaires nationales et internationales adoptées pour stopper l’épidémie du Covid 19 ont perturbé le fonctionnement de plusieurs secteurs clés de l’économie, tels que le commerce de détail et de gros, la fabrication (en particulier l’industrie automobile), la construction et l’immobilier.

L’industrie d’exportation a dû faire face à une baisse de la demande des principaux partenaires commerciaux de la Moldavie (UE et Russie). De plus, les graves sécheresses qui ont frappé la Moldavie à partir de 2020 ont eu un impact important sur la production agricole ainsi que sur l’économie en général.

L’année 2021 sera marquée par une forte amélioration. Le PIB a augmenté de 11,7 % en glissement annuel (y-o y) pour le premier trimestre de 2021, portant le total à 104,2 milliards MDL (5,9 milliards USD), contre une baisse de 7,2 % y-o y durant la même période en 2020. Les ventes au détail ont augmenté de 19,7 % en glissement annuel au cours du premier trimestre de 2021, tandis que la production industrielle a augmenté de 12,8 % en glissement annuel entre janvier et août. En termes de commerce avec les pays étrangers entre janvier et août 2021, les exportations ont augmenté de 18,6 % en glissement annuel, atteignant 1,8 milliard de dollars, tandis que les importations ont augmenté de 32,5 % par an pour atteindre 4,4 milliards de dollars. Le déficit commercial s’est établi à 2,6 milliards USD, soit une hausse de 44,3 % en glissement annuel.

Cette amélioration a choqué les institutions financières du monde entier. Le FMI et la Banque mondiale viennent de revoir à la hausse leurs prévisions d’activité pour 2021. Le premier, suite à une mission en ligne, vient d’augmenter sa projection de 3 points de pourcentage, à 7,5 %. Le second a relevé sa prévision pour octobre à 6,8 %, contre 3,8 % prévus en juin. Cependant, cette reprise comporte plusieurs dangers

Le premier est lié à la hausse de l’inflation, que la banque centrale a du mal à gérer. Après une chute spectaculaire au cours de l’année 2020 (de 6,9 % en janvier à 0,4 % en décembre), l’inflation a augmenté au début de l’année 2021. Elle s’élevait à 12,4 % en novembre 2021 (ce qui est bien supérieur à l’objectif de 5 % de la banque centrale, soit +/-1,5 points). Après avoir adopté une politique monétaire extrêmement accommodante au cours de l’année 2020, la Banque nationale de Moldavie a relevé son principal taux directeur de 385 points de base en 2021 pour le porter à 6,5 %. La Banque centrale vient de relever ses prévisions d’inflation moyenne pour 2021 et 2022 à 4,5 % (+1,4 point) et 14 % (+7 points) respectivement.

Cette hausse s’explique par l’augmentation des prix mondiaux de l’alimentation et de l’énergie ainsi que par la hausse de la demande de biens domestiques et est portée par l’augmentation du montant des revenus de la population ainsi que par la croissance du crédit bancaire. Les variations du taux de change de la monnaie ne sont pas à l’origine de l’inflation : globalement stable par rapport au dollar américain en 2020 et depuis le début de 2021, la monnaie a baissé de 2,5 % par an au 25 octobre 2021 (-0,8 % par rapport à l’euro).

La seconde est liée à l’épidémie actuelle. Le taux d’infection actuel et le faible taux de vaccination (estimé à 25-37 % à la fin du mois d’octobre, selon différentes sources) constituent une menace pour la reprise de l’économie. L’état d’urgence sanitaire a été rétabli du 10 septembre au 31 octobre 2021 et prolongé jusqu’au 30 novembre. Il a imposé certaines restrictions aux activités, notamment dans le domaine des services.

En outre, les risques liés au coût des importations d’énergie demeurent, même s’ils ont été considérablement réduits à court terme grâce à l’accord récemment conclu avec la Moldavie et Gazprom. Après de longues négociations, l’accord d’approvisionnement de cinq ans a été signé le 1er novembre 2021. Il fournit à la Moldavie des tarifs de gaz indexés sur les produits pétroliers et le coût du gaz sur le marché européen, ce qui est raisonnable à court terme. Cependant, la hausse des prix mondiaux de l’énergie reste un problème pour la croissance de l’économie.

Des faiblesses en Moldavie entravant le développement économique.

La Moldavie figure parmi les pays les moins développés d’Europe et fait partie du groupe des pays à revenu intermédiaire (avec un PIB de 11,9 milliards de dollars et un PIB par habitant de 4 407 dollars d’ici 2020). Il est confronté à un certain nombre de problèmes liés au climat des affaires (corruption perçue comme élevée, faiblesse de l’État de droit et instabilité politique), à la productivité (secteur public inefficace et surprotégé) et à la démographie.

En raison de l’importante migration de la main-d’œuvre et du déclin de la population de la Moldavie (2,6 millions au 1er janvier 2021, selon les statistiques officielles) a diminué depuis le début des années 1990, et le déclin s’est encore accéléré après 2014 (-272 119 personnes au total) qui a été l’année au cours de laquelle la Moldavie a été frappée par une fraude bancaire massive (estimée à environ 1 milliard de dollars, soit près de 9 % du PIB de l’année).

Cette fraude a eu de graves conséquences sur la stabilité du système financier du pays ainsi que sur ses finances publiques et l’économie globale (0,3 % de récession en 2015). En outre, le pays est extrêmement agricole (environ 15 % du PIB pour 2020) et est donc extrêmement vulnérable au risque climatique.

L’économie de la Moldavie est très dépendante de l’extérieur. En raison d’un déficit commercial structurel important (27,5 % et 26 % du PIB en 2020 et 2019 respectivement), compensé par l’afflux de devises provenant des transferts de la diaspora (13 % du PIB en 2020), le déficit de la balance courante était élevé en 2020, à 6,7 % du PIB, après 9,3 % en 2019. En 2021, il devrait être estimé par le FMI à 7 % du PIB. Il était de 14,3 % du PIB au 1er trimestre de 2021.

Alors que le niveau des investissements directs étrangers par rapport au PIB avait tendance à augmenter avant 2020 (de 1,1 % du PIB en 2016 à 4,2 % du PIB en 2019, et 2,3 % du PIB entre 2016 et 2019), les besoins de financement externe sont le plus souvent couverts par la dette extérieure. Elle représentait 70,9 % du PIB à la fin du mois de juin 2021. La mise en œuvre de réformes structurelles axées sur l’amélioration du système de gouvernance et de l’environnement des affaires permettra de dynamiser le marché des investissements, en particulier les investissements étrangers, et de créer un modèle économique plus durable.

La Moldavie a toutefois l’avantage d’avoir un faible montant de dette publique. La dette du secteur public, qui était de 28,4 pour cent du PIB à la fin de 2019, a augmenté de façon spectaculaire en raison de la crise de 2020 , mais se situe à un niveau décent, environ 31,2 pour cent du PIB, qui est prévu pour le mois de septembre 2021. Pour l’ensemble de l’année, le total devrait atteindre 39,5 % du PIB, selon le FMI. Le déficit budgétaire consolidé pour la période comprise entre janvier et août 2021 était de 2,4 % du PIB, et devrait être d’environ 5 % selon le FMI pour l’ensemble de l’année (4,5 % du PIB).

De même, les réserves de change sont également à un bon niveau, soit environ 7 mois de biens importés à la fin du mois d’octobre 2021 (4 milliards de dollars). La Moldavie a bénéficié de l’allocation mondiale de DTS du FMI en août 2021. Elle a reçu 236 millions d’USD qui seront utilisés pour financer le déficit du budget.

Le système bancaire national a été assaini et a démontré sa résilience pendant la crise financière. Suite à la crise bancaire de 2014/2015, le secteur a été réorganisé et consolidé. Les participations des institutions ont été assainies avec une grande proportion d’investisseurs non-résidents faisant partie du capital du secteur. La gestion de la Banque centrale a été renforcée ainsi que la surveillance prudentielle du secteur a été mise à jour et le cadre pour fournir des liquidités en cas d’urgence a été amélioré et la surveillance des activités au sein de l’industrie financière non bancaire s’améliore. Le ratio de fonds propres du secteur était de 25,9 % en septembre 2021, contre une exigence réglementaire minimale de 10 % (contre 26 % au début de 2020, et 27 % au début de 2021). Le pourcentage de prêts non performants s’élevait à 6,8 % à la fin du mois de septembre en 2021. À la fin du mois de septembre 2021, le montant des prêts accordés au secteur réel avait augmenté de 22 % par rapport à l’année précédente. Cependant, d’un point de vue structurel, le système bancaire ne remplit pas complètement son rôle d’intermédiation et le rapport entre le PIB et le crédit est resté à un faible niveau de 22 % en 2020.

Des opportunités pour mettre en œuvre des changements structurels.

Le système politique en place dans ce pays est extraordinaire et offre la possibilité de mettre en œuvre des plans de réforme. En novembre 2020, Maia Sandu, candidate pro-européenne du parti Action et solidarité (PAS), est élue présidente. En juillet 2021, son parti PAS a obtenu la majorité au Parlement. Le Parlement a alors voté en faveur de Natalia Gavrilita (également représentante du PAS), choisie par la présidente pour devenir le prochain Premier ministre.

Au mois de décembre 2021, le FMI a demandé à la Moldavie de mettre en œuvre un programme soutenu par un mécanisme élargi de crédit (MEDC) de 400 milliards de DTS sur 40 mois. Ce programme vise à favoriser la reprise économique, le développement économique et les réformes structurelles. Il vise également à obtenir des fonds supplémentaires auprès d’autres donateurs, comme l’Union européenne.

★★★★★