La pauvreté au Bangladesh

Le Bangladesh est un petit pays d’Asie du Sud bordé par l’Inde et le Myanmar. Avec une population de 161 millions d’habitants, le pays avait un taux de pauvreté de 21,8% en 2018. Depuis sa création en 1971, le Bangladesh a été confronté à une myriade de problèmes. En 1971, le PIB annuel était de -14%, le pays était en proie à la famine et aux inondations et les taux d’instabilité politique étaient élevés. Ces dernières années, le gouvernement s’est efforcé de réduire la pauvreté au Bangladesh en s’attaquant aux problèmes de divers secteurs. Selon la Banque asiatique de développement, le Bangladesh connaît actuellement la croissance économique la plus rapide de la région.

Les principales raisons de la pauvreté au Bangladesh sont : les catastrophes naturelles, la faiblesse des infrastructures et l’inégalité des sexes qui empêche les femmes de contribuer à l’économie.

1. Les catastrophes naturelles au Bangladesh

L’un des facteurs qui génèrent la pauvreté est la prévalence des catastrophes naturelles. En tant que pays de faible altitude situé dans le golfe du Bengale, le Bangladesh est l’un des pays les plus vulnérables aux phénomènes météorologiques violents qui détruisent régulièrement des récoltes, des maisons et des vies. Étant donné que l’agriculture fait vivre 47 % de la population, les pertes peuvent être particulièrement dévastatrices : un coup dur causé par une inondation ou un cyclone peut couper l’accès des villages à la nourriture, à l’électricité et à l’eau.

En outre, le Bangladesh a le désavantage d’être situé sur des frontières tectoniques actives, ce qui le rend sensible aux tremblements de terre et aux tsunamis. Une catastrophe naturelle peut anéantir en un instant les progrès progressifs d’une communauté.

2. Le manque d’infrastructures au Bangladesh

Une autre des principales causes de la pauvreté au Bangladesh est le manque d’infrastructures. À mesure que le pays densément peuplé continue de croître, des moyens fiables pour se rendre au travail deviennent une nécessité pour que les gens puissent gagner leur salaire quotidien. Le Bangladesh ne consacre que 2 % de son PIB aux infrastructures, alors que d’autres États comme la Chine, la Thaïlande et le Viêt Nam y investissent plus de 7 %. Bien que les dépenses en infrastructures puissent être coûteuses, ne pas investir dans ces dernières s’avère coûteux à long terme.

Par exemple, la mauvaise planification urbaine de la capitale, Dhaka, crée un trafic intense qui étouffe 3,2 millions d’heures de productivité par jour, ce qui coûte au pays des millions de dollars de perte de PIB par an. Sans parler du gaspillage quotidien de carburant causé par les embouteillages.

3. Les droits des femmes aux Bangladesh

Enfin, par rapport aux normes internationales, les femmes ont un faible taux de participation à la population active, de seulement 34 % en 2013. En revanche, 82 % des hommes bangladais font partie de la population active. Si le pourcentage de femmes actives correspondait à celui des hommes, le PIB du Bangladesh connaîtrait une augmentation de 27 %.

La participation des femmes à l’économie est cruciale : selon une étude publiée dans The Atlantic, « l’inégalité entre les sexes et la pauvreté sont étroitement liées ; s’attaquer à la première signifie atténuer la seconde. »

Parmi les facteurs qui empêchent les femmes de travailler figurent le manque de moyens de transport fiables et abordables, l’absence de services de garde d’enfants et les préjugés culturels qui empêchent les femmes de travailler dans les mêmes espaces que les hommes.

Implication des ONG

Plusieurs ONG ont participé à la réussite économique du Bangladesh. Parmi ces ONG figurent Practical Action Bangladesh (PAB) et Proshika. Ces deux ONG ont travaillé à la mise en œuvre de politiques qui ont permis au Bangladesh de mieux soutenir sa population active, notamment en mettant l’accent sur l’entrepreneuriat.

Proshika est une ONG basée au Bangladesh qui s’occupe de la formation professionnelle et de la gestion des employés. L’ONG est responsable du lancement du programme SEED (Small Economic Enterprise Development), qui a été créé pour aider les personnes démunies et réduire la pauvreté au Bangladesh. Ce programme offre des microcrédits, une formation des employés, une aide technologique, des conseils en affaires et plus encore.

PAB a travaillé sur une initiative similaire sous la forme du programme « Markets and Livelihoods » (MLP), qui fournit des formations, une aide technologique et plus encore. Ces programmes ont été étudiés en relation avec les communautés de forgerons (forgerons, orfèvres, etc.) au Bangladesh. Les communautés de forgerons comptent parmi les plus démunies du pays. Dans un article publié en 2015 par Rezaul Islam de l’Université de Dhaka, ce dernier a constaté que ces programmes étaient essentiels pour permettre à ces communautés de prospérer et de créer une croissance financière en encourageant l’entrepreneuriat.

Diversifier les exportations au Bangladesh

Ces dernières années, le Bangladesh s’est imposé comme un important fournisseur d’exportations pour une variété de biens. En 2018, les exportations du Bangladesh ont augmenté de 4,5 %, augmentant encore de 10,1 % en 2019. Le Bangladesh est un producteur important de riz, de jute, de mangues, de légumes et de poissons d’intérieur. Récemment, le Bangladesh a également exporté des technologies, en exportant quatre navires en Inde et 12 robots en Corée du Sud.

Investir dans l’éducation au Bangladesh

Le Bangladesh a par ailleurs pris de grandes mesures pour investir dans l’éducation de sa jeune main-d’œuvre. Chaque année, 500 000 étudiants obtiennent un diplôme universitaire, dont 65 000 reçoivent une formation en informatique. L’économie du Bangladesh est ainsi passée d’une agriculture rurale à une économie plus urbaine et moderne.

Le Bangladesh a également travaillé dur pour combler les écarts de disparité entre les sexes dans l’éducation. En 2015, le Bangladesh faisait partie de la poignée de pays qui ont réussi à atteindre une quantité égale d’inscriptions scolaires entre les sexes et qui avaient plus de filles que de garçons inscrits dans l’enseignement secondaire.

Développer le secteur des technologies de l’information
Le Bangladesh a développé le secteur des technologies de l’information (TI) de son économie, qui représente désormais un peu plus de 50 % du PIB du pays. Le pays a créé environ 8 000 centres numériques dans tout le pays et a étendu la couverture Internet et téléphonique.

Chaque année, les exportations de produits technologiques du Bangladesh représentent approximativement 1 milliard de dollars. Le gouvernement espère porter ce chiffre à 5 milliards USD d’ici à la fin 2021. Le pays peut également se targuer de compter environ 600 000 travailleurs indépendants dans le domaine des technologies de l’information.

Augmentation des investissements étrangers

Toute la croissance économique du Bangladesh a produit un autre avantage : l’augmentation des investissements étrangers. Des investisseurs du monde entier ont choisi d’investir massivement dans l’économie du Bangladesh, démontrant ainsi le fort potentiel de croissance du pays. En 2019, les investissements étrangers ont augmenté de 42,9 %. La banque HSBC a prédit que le Bangladesh peut atteindre une place dans les 30 premières économies du monde d’ici 2030.

Le Bangladesh démontre comment la croissance de l’économie peut aider à lutter contre la pauvreté. L’augmentation des possibilités d’emploi, la formation des employés, l’éducation et bien d’autres choses encore profitent aux personnes démunies du pays. Pour l’avenir, il est essentiel de poursuivre les efforts visant à réduire la pauvreté au Bangladesh.

L’environnement au Bangladesh

Les défis environnementaux auxquels le Bangladesh est confronté sont en grande partie dus à la pollution et à la dégradation de l’environnement. Dans la lutte contre la pauvreté, il est impératif de garder à l’esprit que la pollution affecte gravement les communautés pauvres. Le gouvernement du Bangladesh a « adopté une meilleure planification en faisant de la durabilité environnementale la pierre angulaire de son septième plan quinquennal jusqu’en 2020 ».

Le septième plan quinquennal comprend des stratégies visant à relever les défis environnementaux et économiques auxquels le Bangladesh est confronté aujourd’hui. Afin de soutenir son programme de développement durable, le gouvernement du Bangladesh a mis en place de nombreuses institutions, telles que le département de l’environnement (DoE), le ministère des ressources en eau (MoWR), le département de la pêche (DoF) et le département des forêts (FD). Le Bangladesh bénéficie du soutien de la Banque mondiale dans son développement afin de s’assurer qu’il est résilient au changement climatique.

★★★★★