La mission de TechLit Africa pour sortir les Africains de la pauvreté

techlit-africas-mission-pour-sortir-les-africains-de-la-pauvrete
Dans ce que la Banque mondiale appelle un « déficit de connectivité », l’Afrique, en particulier ses régions les plus rurales, n’a pas encore reconnu les avantages de la connectivité Internet, tels que la création d’emplois, la croissance économique via les économies numériques, l’accès accru aux services de base, ainsi qu’une éducation de qualité et plus encore. Avec seulement 22% du continent africain ayant un accès fiable à Internet, cela pourrait ne pas surprendre autant. Cependant, une organisation à but non lucratif connue sous le nom de TechLit Africa prévoit de changer cela.

Enseigner la littératie technologique

Également connue simplement sous le nom de TechLit Africa, l’organisation à but non lucratif s’efforce de fournir aux écoles rurales africaines des laboratoires informatiques afin d’enseigner aux enfants la « culture technologique » et « l’auto-efficacité » qu’ils ont largement manquées. Grâce à des cours d’informatique, un programme d’études numériques et l’apprentissage de compétences numériques, TechLit Africa s’efforce de faire entrer les Africains dans le monde numérique et de sortir de la pauvreté.

La mission

S’adressant à Software Engineering Daily en 2021, Nelly Cheboi, directrice exécutive et co-fondatrice de TechLit Africa, a donné une réponse simple à l’histoire derrière la mission de l’organisation à but non lucratif : « Le démarrage de TechLit Africa est né de ma propre expérience en grandissant au Kenya. J’ai grandi dans la pauvreté et j’ai toujours été motivé pour lutter contre la pauvreté. J’ai tiré la plupart de mes expériences en regardant ma mère vraiment lutter pour nous faire aller à l’école… Je considérais l’éducation comme le moyen le plus simple de sortir de la pauvreté.

Ainsi, avec ce principe à l’esprit, TechLit Africa a grandi et s’est développé dans le but d’enseigner aux jeunes Africains des compétences basées sur la technologie qui ont le potentiel de combler le fossé technologique entre eux et le reste du monde.

Grâce au don et à la remise à neuf d’anciens ordinateurs, TechLit Africa s’associe à des écoles et travaille à la construction de laboratoires informatiques en leur sein. L’organisation à but non lucratif enseigne ensuite divers cours sur ordinateur tels que la conception, la dactylographie ou le codage (entre autres) via un programme numérique et l’aide d’éducateurs TechLit sur place.

Dans une récente interview avec CNN, Cheboi a donné une vision puissante de l’objectif de l’organisation à but non lucratif. « J’espère que lorsque les premiers enfants de TechLit obtiendront leur diplôme d’études secondaires, ils pourront obtenir un emploi en ligne car ils sauront coder, ils sauront faire de la conception graphique, ils sauront faire du marketing… Le monde est votre huître quand vous êtes éduqué. En apportant les ressources, en apportant ces compétences, nous leur ouvrons le monde. »

TechLit Africa gère actuellement 10 laboratoires informatiques dans des écoles des zones rurales du Kenya, qui travaillent pour desservir environ 4 000 élèves. Cependant, l’organisation ne compte en aucun cas s’arrêter là.

De grands espoirs pour l’avenir

Comme l’indique le site Web de TechLit Africa, les espoirs de l’organisation à but non lucratif pour l’avenir sont ambitieux et mettent fortement l’accent sur une croissance rapide avec une portée encore plus grande. Ainsi, au cours des prochaines années, leur mission est de commencer à s’implanter dans encore plus d’écoles.

« L’année dernière, nous nous sommes associés à 10 écoles et avons enseigné à plus de 4 000 enfants. Notre prochaine étape, 100 écoles et 40 000 enfants. Nous espérons atteindre le premier trimestre 2023″

En termes simples, pour l’avenir, l’organisme à but non lucratif espère atteindre autant d’enfants que possible ; et en nombre de plus en plus grand ; afin de les équiper pour le paysage technologique de demain.

En effet, enseigner ces compétences et équiper les jeunes Africains pour cet avenir est extrêmement important. Comme le souligne encore le site Web de TechLit Africa, les Africains des communautés rurales manquent tout simplement de nombreux outils et compétences nécessaires pour tirer parti de l’économie numérique comme tant d’autres dans le reste du monde.

Selon TechLit, de nombreux talents africains ne rentrent pas dans le monde technologique, bien qu’ils soient bien éduqués. TechLit Africa « enseigne les compétences numériques en utilisant des ordinateurs usagés donnés qui pourraient finir dans les décharges… Avec ces compétences, [students] pourrait travailler à distance pour des entreprises technologiques du monde entier directement depuis le village.

En enseignant ces compétences technologiques cruciales, TechLit Africa permet aux jeunes Africains d’envisager un avenir meilleur, autonome et plus sûr.

– Riley Wooldridge
Photo : Flickr

*

★★★★★