La malédiction des ressources exacerbe la pauvreté au Nigeria

paradoxe-de-la-richesse-comment-la-malédiction-des-ressources-exacerbe-la-pauvreté-au-nigeriaLe Nigeria est le sixième plus grand exportateur de pétrole et possède les plus grandes réserves de pétrole en Afrique. Compte tenu d’une telle richesse de ressources naturelles, à première vue, il peut être difficile de comprendre comment la malédiction des ressources du Nigéria exacerbe la pauvreté et compte également la plus grande population de personnes extrêmement pauvres d’Afrique, avec 70 millions de personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Le Nigéria est un excellent exemple d’une économie dépendante des ressources naturelles qui connaît ce que l’on appelle la « malédiction des ressources », où l’orientation des économies autour de ressources naturelles abondantes peut conduire à plus de pauvreté, de chômage et de corruption au fil du temps. Les effets de la malédiction des ressources sont apparents au Nigeria. Cependant, le pays peut mettre en œuvre des politiques pour mettre fin à la malédiction des ressources et élargir les possibilités de réduire la pauvreté et d’encourager le développement socio-économique.

La malédiction des ressources est un système gravement inefficace

Un impact majeur est le manque de rendement économique par rapport aux ressources financières investies dans le secteur pétrolier. En 2020, le pétrole représentait 90 % des recettes d’exportation du Nigéria et représentait 1/3 des revenus annuels du pays, mais il n’a contribué qu’à 9 % de la croissance du PIB.

Une telle inefficacité économique, ainsi que l’attrait de l’argent rapide, soulignent comment la malédiction des ressources du Nigéria conduit le gouvernement à négliger d’autres secteurs économiques tels que les infrastructures, l’industrie, la science/technologie, les services et l’agriculture. Une telle négligence de ces secteurs réduit les opportunités et exacerbe la pauvreté, comme le montre le taux de chômage du Nigéria de 9,8 % et le revenu par habitant de 2 085 dollars en 2021.

Le Nigéria se classe également 150e sur 157 pays dans l’indice du capital humain 2020 de la Banque mondiale, ce qui indique un manque de niveau de vie adéquat en raison de faibles opportunités en matière d’éducation et de soins de santé pour assurer une main-d’œuvre productive. Ces indicateurs de pauvreté sont liés à la négligence d’autres industries qui proviennent de la malédiction des ressources et au manque de diversification économique pour offrir aux Nigérians des opportunités socio-économiques adéquates pour échapper à la pauvreté.

La malédiction des ressources du Nigéria l’a également rendu extrêmement vulnérable aux fluctuations des prix mondiaux sur le marché du pétrole, comme on l’a vu lors de la pandémie de COVID-19. Les prix du pétrole pour les exportations nigérianes se sont effondrés de 60 % entre février et mai 2020 seulement, menaçant la moitié des sources de revenus du gouvernement pendant cette période.

La vulnérabilité aux fluctuations des prix mondiaux souligne à quel point la dépendance à l’égard du seul secteur pétrolier peut rendre la croissance économique de celui-ci particulièrement fragile. En outre, comment les rendements relativement faibles de la croissance économique d’énormes investissements vus dans les pourcentages d’exportation peuvent créer un système économique inefficace.

L’atmosphère de corruption encouragée par la malédiction des ressources

La malédiction des ressources du Nigéria encourage également la corruption rampante du gouvernement où les revenus pétroliers et la propriété des réserves sont utilisés comme un véhicule pour le patronage pour gagner les élections. Cela prive les Nigérians de l’accès aux revenus pétroliers pour développer l’économie et créer de meilleures opportunités socio-économiques, car les revenus ne sont pas réinvestis dans le développement national.

Le ratio des recettes fiscales au PIB du Nigéria est nettement inférieur à 6 % à celui du pays africain moyen à 17 %. Ce manque de rendement financier des revenus pétroliers est en grande partie dû à la corruption. Les revenus pétroliers sont utilisés pour renforcer le clientélisme et le copinage plutôt que d’investir dans le développement d’autres secteurs économiques pour réduire la pauvreté des Nigérians.

D’autres secteurs économiques importants deviennent négligés et étouffent le développement

Un autre impact majeur est le manque de diversification économique essentielle pour créer des opportunités et réduire la pauvreté. Le Nigéria se classe 45 sur 76 dans le classement de l’Observatoire de la complexité économique pour les exportations de services, une société de recherche sur les données commerciales mesurant les indicateurs de développement du commerce pour les services tels que les services financiers, commerciaux, informatiques et technologiques.

Ce classement indique que dans les mesures des industries plus avancées, le Nigéria a pris du retard en raison de sa dépendance à l’égard de l’industrie pétrolière. L’industrie agricole est un autre domaine que la malédiction des ressources du Nigéria a négligé.

Agriculture

Bien que 36 % de la main-d’œuvre nigériane soit employée dans l’agriculture, elle représentait moins de 2 % des exportations en 2019. La négligence du secteur agricole a eu un impact majeur sur la pauvreté au Nigéria. Le pays, malgré des niveaux d’emploi aussi élevés dans l’industrie, a importé 689,7 milliards de dollars de plus de nourriture qu’il n’en a exporté en 2019. Cela s’explique par le manque de techniques agricoles modernes, la médiocrité des infrastructures et la violence récente de groupes terroristes tels que Boko Haram qui perturbent la production agricole.

La négligence de l’industrie agricole et la dépendance subséquente à l’égard des importations exposent les Nigérians à un risque accru de sombrer davantage dans la pauvreté. En effet, la montée en flèche de la demande d’importations alimentaires au Nigeria a contribué à une hausse de l’inflation alimentaire, qui s’élevait à 18,4 % en mai 2022, l’agriculture nationale ayant du mal à satisfaire la demande.

Infrastructure

La négligence des infrastructures est un autre exemple de l’aggravation de la pauvreté. Le mauvais état des routes entravant le transport des récoltes de la ferme au marché et la dépendance aux importations ont conduit 21,4% des Nigérians à vivre dans l’insécurité alimentaire, tandis que 45% des Nigérians n’ont pas accès à l’électricité.

Ce manque d’accès aux infrastructures critiques est dû à la grande majorité des ressources gouvernementales allant à l’industrie pétrolière, ce qui place le Nigéria dans un important déficit d’infrastructures puisqu’il représente 30% du PIB, bien en deçà de l’objectif moyen de 70% fixé par le monde. Banque. Cela se traduit par de sérieux obstacles à l’activité commerciale dans le pays, étouffant la croissance économique et déprimant les opportunités socio-économiques pour les Nigérians.

Ces statistiques montrent comment la dépendance du Nigéria vis-à-vis des exportations de pétrole a conduit à un développement économique globalement moindre dans d’autres secteurs économiques importants, contribuant à l’étendue de sa pauvreté.

La malédiction des ressources du Nigéria, comme dans d’autres économies dépendantes des ressources naturelles, découle du manque de diversification économique qu’elle entraîne. Se concentrer sur le développement des secteurs de l’agriculture et des infrastructures pourrait réduire la dépendance au pétrole et créer davantage d’opportunités socio-économiques pour les Nigérians qui pourraient réduire la pauvreté.

Les investissements dans le capital humain pourraient également contribuer grandement à améliorer le classement de l’indice du capital humain du Nigéria et à former une main-d’œuvre équipée des outils nécessaires pour atteindre un niveau de vie plus élevé et une plus grande prospérité socio-économique au profit des Nigérians et du pays dans son ensemble.

*

★★★★★