La maison de retraite Bumblebee aide à lutter contre la pauvreté

Maison de retraite Bourdon
La maison de retraite Bumblebee est une maison de retraite pour les bourdons. Flying Flowers, un magasin de fleurs au Royaume-Uni (Royaume-Uni), a créé un sanctuaire pour faire la lumière sur les populations d’abeilles en déclin et fournir aux abeilles une aire de repos. Parallèlement aux efforts de Flying Flowers pour sensibiliser le public au déclin de la population d’abeilles, d’autres organisations et militants apicoles tentent d’aider la population d’abeilles tout en luttant simultanément contre la pauvreté.

La retraite des abeilles pour des pollinisateurs efficaces

La maison de retraite Bumblebee ressemble à une maison de poupée et comprend des cannes miniatures, des pièces fleuries et une fontaine d’eau sucrée. Les abeilles « retraitées » peuvent « regarder » de minuscules télévisions et se reposer sur des lits confortables après avoir pollinisé 5 000 plantes par jour.

Outre les bourdons, Flying Flowers crée également des « hôtels » pour les abeilles solitaires, les pollinisateurs les plus efficaces. Les abeilles solitaires ne vivent pas en colonies ; certains vivent dans des coquilles d’escargots et voyagent pour trouver de la nourriture ou des nids. Cependant, avec un déclin des fleurs sauvages, il leur est souvent difficile de trouver des habitats. En effet, comparées aux abeilles mellifères et aux bourdons, ces abeilles solitaires pollinisent 120 fois plus de flore.

Les maisons de retraite pour abeilles créent un environnement sûr pour les abeilles où elles vivent et pollinisent. Flying Flowers fournit des informations détaillées sur les abeilles, leur importance et comment aider à sauver les espèces d’abeilles. Honorer les abeilles et leur dévouement à la pollinisation est l’objectif de Flying Flowers et de nombreuses organisations de défense des abeilles.

Le déclin des espèces d’abeilles

Bien qu’il existe environ 20 000 espèces d’abeilles dans le monde, des données internationales détaillées indiquent qu’il n’y a pas eu d’observations d’environ 5 000 espèces – 25 % de toutes les espèces – depuis 1990. Ceci est important car environ 35 % des cultures vivrières mondiales dépendent de l’élevage pollinisateurs à se reproduire. En fait, les scientifiques pensent que les abeilles, les papillons, les mites et autres pollinisateurs sont responsables d’un tiers de la nourriture que les gens mangent.

Le lien entre les abeilles et l’élimination de la pauvreté

Les abeilles sont vitales pour la source alimentaire mondiale, ce qui fait de leur disparition un problème important pour l’élimination de la pauvreté. Diverses circonstances, notamment les pesticides, la perte d’habitat et les maladies, provoquent le déclin des espèces de pollinisateurs. Sans pollinisateurs, les sources de nourriture diminueront et auront des conséquences massives.

La privation des abeilles est particulièrement préjudiciable aux pays en développement, car ils « sont plus dépendants des pollinisateurs que presque tout le monde, risquant de perdre des revenus importants, des moyens de subsistance, une nutrition et des traditions culturelles si les pollinisateurs diminuent ». Les zones à faible revenu utilisent l’agriculture comme principale source de revenu. Cela expose les gens à un risque de pauvreté lorsque les cultures ne produisent pas de plantes de haute qualité en grande quantité. Non seulement la privation des abeilles a un impact sur les revenus, mais le manque de cultures vivrières prive des millions de personnes de micronutriments comme la vitamine A et le fer. C’est pourquoi les scientifiques disent que la perte des récoltes entraîne « la perte de millions d’années de vie en bonne santé ».

Des militants apicoles luttant contre la pauvreté

Heureusement, il existe dans le monde des organisations qui font la promotion de l’apiculture et, ce faisant, luttent contre la pauvreté dans le monde. Par exemple, Bees for Development, fondée au Royaume-Uni, est une organisation caritative mondiale qui promeut l’apiculture et la biodiversité pour lutter contre la pauvreté. Il donne aux habitants des communautés les plus pauvres du monde un revenu constant en faisant d’eux des apiculteurs qui élèvent des abeilles et vendent du miel. Bees for Development envoie des boîtes de ressources que les donateurs parrainent à ces apiculteurs. Bees for Development n’est qu’une des nombreuses organisations qui viennent en aide aux personnes en situation de pauvreté et aux populations d’abeilles.

Comment les individus peuvent aider

Créer des maisons de retraite pour bourdons n’est peut-être pas réaliste pour beaucoup, mais il existe d’autres moyens de soutenir les abeilles et donc les gens et notre planète. Les gens peuvent acheter ou construire un simple hôtel à abeilles pour les abeilles solitaires à l’aide d’un tube en bois creux. Aider les abeilles peut être aussi simple que de mettre un bol d’eau dans son jardin, comme un bain d’abeilles. Les individus peuvent également planter des fleurs à pétales ouverts car ceux-ci facilitent la pollinisation des abeilles. Le moyen le plus important d’aider les abeilles est peut-être d’arrêter l’utilisation de pesticides depuis le déclin massif des abeilles dû à la surutilisation des pesticides agricoles. Il est vital que le monde agisse maintenant pour protéger nos pollinisateurs avant qu’il ne soit trop tard.

Qu’il s’agisse d’une maison de retraite pour bourdons ou d’apiculture, aider cette cause est crucial. Les communautés vivant dans la pauvreté et l’environnement dépendent d’idées novatrices d’amélioration. Les abeilles peuvent faire partie de la solution à la fois pour la pauvreté et un environnement durable. Pour découvrir comment les individus peuvent aider, visitez les sites Web de Flying Flowers ou Bees for Development.

– Anna Montgomery
Photo : avec la permission de Flying Flowers

*

★★★★★