La lutte pour les droits des femmes au Danemark

Droits des femmes au Danemark
Le Danemark est bien connu comme une société égalitaire avec un système de protection sociale généreux qui offre des chances égales aux hommes et aux femmes de s’épanouir. Cependant, ces dernières années, les efforts de la nation pour faire avancer les droits des femmes au Danemark ont ​​progressé plus lentement par rapport aux régions scandinaves voisines de Suède et de Norvège. Le rapport Global Gender Gap Report 2021 du Forum économique mondial a classé le Danemark au 29e rang pour l’égalité des sexes sur 258 nations, contre la 14e place en 2020.

Participation politique

En 1814, le Danemark a adopté une loi sur « l’enseignement primaire universel », accordant aux enfants, quel que soit leur sexe, le droit à sept ans d’éducation. Ce fut le début des efforts d’égalité des sexes au Danemark.

Dans les constitutions danoises de 1849 et 1866, « l’engagement politique était réservé aux hommes de plus de 30 ans qui dirigeaient leur propre foyer ». En 1871, la Société des femmes danoises a émergé pour promouvoir le changement social pour les femmes par le plaidoyer et la législation. De plus, en 1915, le Danemark, par le biais de la «constitution démocratique», a accordé aux femmes le droit de voter et de se présenter aux élections législatives.

Puis, en 1924, le Danemark nomme Nina Bang ministre de l’Éducation, devenant ainsi « la première femme ministre au monde dans un pays à démocratie parlementaire ». Les droits des femmes au Danemark ont ​​continué d’évoluer et de progresser au fil des ans compte tenu du niveau accru d’implication des femmes dans les causes sociales et politiques. Le Danemark a élu la première femme Premier ministre du pays, Helle Thorning-Schmidt, en 2011. En outre, le Danemark a élu la Première ministre Mette Frederiksen comme deuxième femme Premier ministre et actuelle dirigeante danoise en 2019.

Égalité des sexes

Le traité d’Amsterdam de 1999 de l’Union européenne a influencé la législation sur l’égalité des sexes au Danemark. Le traité d’Amsterdam « promeut le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la structure formelle de l’UE. Il renforce et concentre également l’engagement européen en faveur de l’égalité des sexes et étend le principe d’égalité au-delà du lieu de travail.

Les efforts pour parvenir à la parité entre les sexes au Danemark se sont concentrés pendant de nombreuses années sur la participation des femmes à la vie publique et au processus décisionnel. L’indépendance traditionnelle des femmes danoises a influencé l’intégration des femmes dans le processus de prise de décision. En 1999, le gouvernement danois, dans ses efforts pour renforcer et promouvoir la participation égale des hommes et des femmes, a nommé un ministre de l’égalité des sexes pour faire progresser les droits des femmes au Danemark.

Dans la poursuite de ces efforts, le parlement danois a modifié les dispositions de la loi sur l’égalité des sexes. La législation « prévoit la promotion de l’égalité des sexes, y compris l’intégration égale, l’influence égale et l’égalité dans toutes les fonctions de la société sur la base de l’égalité de statut des femmes et des hommes ».​​

Écart salarial entre les sexes

En 2020, sur 3 millions de personnes inscrites sur le marché du travail danois, les femmes représentaient 47 %. L’augmentation de la participation des femmes au marché du travail démontre que les femmes sont fortement représentées sur le marché du travail.

Malgré cette augmentation de la participation au marché du travail, le Danemark a stagné dans ses efforts pour réduire les écarts salariaux entre les sexes. Le rapport mondial sur l’écart entre les sexes pour 2021 a révélé un écart de revenu de 38 % entre les hommes et les femmes.

Les experts attribuent l’inégalité des salaires à la ségrégation entre les sexes dans la participation au travail. Les femmes danoises sont plus susceptibles d’occuper des emplois dans le secteur public « alors que les hommes sont plus susceptibles de travailler dans le secteur privé » et dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM).

La loi de 1969 sur la réforme de la fonction publique a également ouvert la voie à un marché du travail inégal. Cette loi a assigné les secteurs d’emploi que les femmes employées dominent généralement, tels que les soins infirmiers, la garde d’enfants et l’éducation, à des salaires inférieurs à ceux des emplois à prédominance masculine, tels que les forces de l’ordre. En outre, les longues heures de travail et les pressions sur l’emploi exacerbées par la pandémie de COVID-19 ont aggravé la disparité des revenus et les gains réalisés dans le renforcement des droits des femmes au Danemark.

Congé parental

Le Danemark a un système de congé parental flexible, tout comme les pays nordiques voisins, la Suède et la Norvège. En 2019, le Parlement danois a étendu le congé parental à « 24 semaines de congé par parent, dont 13 sont transférables, pour un total de 48 semaines de congé combinées ». Il s’agit d’un écart important par rapport à la politique précédente de 32 semaines de congés payés au total. Les parents ont droit à une prestation combinée de congé parental pendant 52 semaines. Pour avoir droit aux prestations de congé parental, certaines conditions de durée d’emploi sont nécessaires. Le congé parental élargi offrira aux parents des chances égales d’intégrer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Regarder vers l’avant

La société danoise accorde une grande valeur à l’égalité des chances pour les femmes avec l’élection de deux femmes Premiers ministres, mais le travail pour parvenir à une égalité totale entre les sexes au Danemark est loin d’être accompli, d’autant plus avec le défi de l’inégalité des revenus. Le gouvernement danois, en coopération avec la société civile et le secteur privé, peut améliorer les droits des femmes en créant des espaces sûrs et en abrogeant la loi de 1969 sur la réforme de la fonction publique afin de garantir un salaire égal pour un travail égal. Il est important que les pays tirent parti des politiques et des programmes qui offrent des chances égales aux hommes et aux femmes pour atteindre la parité entre les sexes pour un monde pacifique et prospère.

– Sylvia Eimieho
Photo : Flickr

*

★★★★★