La lutte du Kazakhstan pour la mise en œuvre des vaccins | Le projet Borgen

Vaccin contre le COVID-19 au Kazakhstan
La lutte du Kazakhstan pour motiver ses citoyens à recevoir le vaccin COVID-19 augmente les cas de COVID-19. En avril 2021, 137 000 citoyens kazakhs sur une population de 19 millions d’habitants ont reçu la première dose du vaccin, et moins de la moitié d’entre eux avaient reçu la deuxième dose. La pression du président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a contribué à augmenter le nombre de citoyens entièrement vaccinés, mais en août 2021, seulement environ 22% de la population était entièrement vaccinée.

Le président kazakh

Le président Kassym-Jomart Tokayev a exprimé son indignation face à la lenteur de la vaccination. Il a menacé à la fois le ministre de la Santé et son gouvernement en disant : « En avril, vous devez inverser la tendance, sinon une décision personnelle qui va être très décevante pour vous suivra. »

Raisons de l’hésitation

Le pays a commencé à administrer QazVac, le vaccin COVID-19 produit au Kazakhstan, avant la fin des essais cliniques. L’Institut de recherche sur les problèmes de sécurité biologique, un centre de recherche soutenu par l’État, a assuré au public que le vaccin est sûr. Cependant, de nombreux Kazakhs craignent que le vaccin n’ait pas encore été suffisamment testé.

Le vaccin QazVac a terminé ses essais en juillet 2021. Cependant, certains experts restent sceptiques car ces essais n’ont inclus que 3 000 personnes comme sujets de test, contre environ 43 000 participants aux essais de Pfizer.

Que signifie l’hésitation à la vaccination pour le Kazakstan ?

La lutte récente du Kazakhstan a inclus son plus grand choc économique depuis la fin des années 1990. La pandémie de COVID-19 a fait baisser l’activité économique dans le monde, entraînant une baisse du prix du pétrole. Le pétrole étant la principale exportation du Kazakhstan, la baisse des prix a entraîné une contraction de son économie de 2,5% en 2020. En conséquence, le taux de pauvreté est passé de 6% en 2016 à 12%-14% en 2020, réduisant ainsi des années de progrès.

La pandémie a augmenté le chômage urbain en arrêtant les voyages et les sorties sociales, limitant les emplois dans le commerce de détail, l’hôtellerie, la vente en gros et les transports. Selon la Banque mondiale, ces quatre industries représentent 30 % de l’emploi urbain au Kazakhstan.

Alors que la pauvreté a augmenté dans les villes, la pandémie a frappé encore plus durement les zones rurales. Le directeur national de la Banque mondiale pour le Kazakhstan, Jean-François Marteau, a déclaré que pour lutter contre cette disparité, le Kazakhstan doit mettre en œuvre des réformes axées sur une reprise économique et une productivité inclusives. Des réformes à long terme seront nécessaires pour alléger la lutte du Kazakhstan, car l’impact économique de la pandémie durera deux à trois ans.

Reprise économique

La reprise économique du Kazakhstan dépend largement de la reprise économique mondiale. À mesure que les cas de COVID-19 diminuent et que les pays lèvent les restrictions, permettant la reprise des voyages et des activités quotidiennes, les prix du pétrole se redresseront.

De plus, à mesure que de plus en plus de personnes se font vacciner et que les vaccins deviennent plus facilement disponibles et fiables, la propagation du COVID-19 devrait ralentir. Les détaillants, les restaurants et l’industrie hôtelière commenceront à rouvrir et les gestionnaires pourront réembaucher les employés qu’ils ont dû licencier en raison des blocages. Au fur et à mesure de cette reprise, les prévisions ont déterminé que l’économie du Kazakhstan pourrait croître de 2,5% en 2021 et de 3,5% en 2022.

Lily Vassalo
Photo : Flickr

*

★★★★★