Catégories
Solidarité et entraide

La lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria

Traite des êtres humains au Nigéria
La traite des êtres humains au Nigéria est un problème qui doit être amélioré. La traite des êtres humains, généralement définie comme une forme d'esclavage moderne, est un problème qui affecte les individus dans le monde. Le rapport sur la traite des personnes (rapport TIP) fournit des données mondiales sur la traite des êtres humains que les gouvernements peuvent utiliser pour faire appliquer les lois et aider les victimes. La Trafficking Victims Protection Act (TVPA) est l'une des lois que le gouvernement américain a appliquées pour condamner les trafiquants et prévenir de nouveaux cas.

Un système de classement à quatre niveaux, inclus dans le rapport TIP, classe l'étendue des efforts du gouvernement pour réduire la traite des êtres humains, sur la base des normes énoncées par la TVPA. Par exemple, les pays classés au niveau 1 ont fait des efforts significatifs dans la lutte contre la traite des êtres humains tandis que les pays classés au niveau 3 n'ont pas fait d'efforts significatifs selon les normes TVPA. En 2020, le rapport sur la traite des personnes a noté que le Nigéria a le statut de niveau 2, ce qui signifie qu'il ne répond pas aux normes de la TVPA dans la lutte contre la traite des êtres humains, mais fait des efforts importants. L'une des raisons pour lesquelles le Nigéria se classe sur la liste de surveillance de niveau 2 est qu'il n'a pas toujours fourni de protection aux victimes. Si le Nigéria continue de figurer sur la liste de surveillance de niveau 2, il obtiendra la catégorie la plus basse, le niveau 3, ce qui entraînerait certaines restrictions gouvernementales en matière d'aide étrangère, selon la TVPA.

La situation au Nigéria

Bien que le Nigéria soit riche en ressources naturelles, il existe plusieurs problèmes tels que le manque de possibilités d'emploi, les injustices sociales, l'exclusion et la discrimination. Tous ces facteurs rendent de nombreuses personnes vulnérables à la traite des êtres humains. En raison de la faiblesse des lois sur la protection de l'enfance et des services de protection de la famille, de nombreuses femmes et enfants sont victimes d'exploitation. Les trafiquants font passer le plus souvent ces victimes de la traite des êtres humains au Nigéria dans des pays étrangers. Le Bureau du Département d'État américain chargé de surveiller et de combattre la traite des personnes a trouvé des victimes nigérianes de la traite dans plus de 34 pays, la plupart en Europe.

Certaines causes de la traite des êtres humains au Nigéria comprennent la mondialisation, la corruption et l'inégalité entre les sexes. La mondialisation conduit les trafiquants à établir des itinéraires qui facilitent le transport et minimisent les poursuites. La corruption au sein du gouvernement permet la corruption d'individus employés dans des institutions gouvernementales, minimisant également les poursuites contre les trafiquants. L'inégalité entre les sexes est également un problème majeur au Nigéria. L’inégalité entre les sexes fait que les femmes sont moins instruites et vivent dans la pauvreté le plus souvent. Les personnes vivant dans la pauvreté sont plus vulnérables à la traite des êtres humains en raison du désir d'échapper à la pauvreté que les trafiquants exploitent.

Mesures préventives

L'Agence nationale pour l'interdiction de la traite des personnes (NAPTIP) travaille avec le gouvernement nigérian pour mettre en place des mesures de lutte contre la traite. Le NAPTIP encourage la sensibilisation du public au sein de la population pour identifier à quoi ressemble la traite des êtres humains et pour informer sur l'ampleur du problème. La NAPTIP applique également des mesures de poursuite avec des lois anti-traite qui criminalisent l'acte de trafic sexuel et de travail. La loi anti-traite, la loi sur l’application et l’administration de la loi sur la traite des personnes (TIPLEAA), prévoit une peine d’emprisonnement d’au moins deux ans et une amende. En outre, les organisations non gouvernementales qui se consacrent à la sensibilisation aux campagnes de sensibilisation et à d’autres systèmes de réadaptation et de réinsertion pour l’aide aux survivants de la traite des êtres humains au Nigéria ont créé plusieurs programmes.

En plus des mesures préventives que le gouvernement et la NAPTIP, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) s'est associé aux efforts de lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria. Les voyages en avion sont le principal moyen de transport pour la traite des êtres humains, comme le montrent les données selon lesquelles les trafiquants ont transporté 20% des 225000 victimes dans le monde par avion entre 2003 et 2016, selon le Rapport mondial 2018 de l'ONUDC sur la traite des personnes. Pour réduire ce nombre de personnes devenant victimes de la traite, l'ONUDC, la NAPTIP et la Federal Aviation Authority of Nigeria (FAAN) ont mis en place des initiatives pour informer le public du problème et créer des opportunités pour les travailleurs des compagnies aériennes d'arrêter les trafiquants potentiels. Pour atteindre cet objectif commun, en 2019, le Bureau américain des affaires internationales de stupéfiants et d'application de la loi a accordé une subvention de 400000 dollars pour aider à l'éducation du public sur la traite des êtres humains.

Assistance supplémentaire

Une des façons dont le Nigéria lutte contre la traite des êtres humains consiste à utiliser une application appelée iReport. L'agence nigériane de lutte contre la traite a créé l'application iReport en 2003. Elle permet à ses utilisateurs de signaler et d'alerter les autorités locales sur les cas de traite d'êtres humains dont ils sont témoins. En 2018, des rapports ont déterminé que l'application avait abouti à la condamnation de trafiquants dans 359 cas depuis son lancement.

La traite des êtres humains entraîne également des problèmes de santé mentale et physique à long terme pour les victimes, que les mesures du gouvernement nigérian visent également à résoudre. Une aide supplémentaire sous forme d'abris et de réadaptation est disponible pour les victimes. Bien que ces mesures soient en place, elles ne répondent pas à des normes de qualité élevées, ce qui les rend inefficaces. Les abris NAPTIP abritent à la fois des victimes de la traite des êtres humains au Nigéria et d'autres survivants de la violence. Ces abris mixtes rendent difficile l'aide aux survivants de la traite dans leurs propres besoins spécifiques et sapent l'ampleur du problème. En outre, les abris ont souvent de mauvaises conditions de vie, selon plusieurs témoignages de femmes et d'enfants survivants. Une réforme est nécessaire pour plusieurs secteurs du gouvernement nigérian et du NAPTIP pour non seulement améliorer les services essentiels de relèvement, mais aussi pour renforcer les efforts communautaires pour réduire les cas de traite des êtres humains.

– Simone Riggins
Photo: Pixabay

*