La lutte contre la faim au Bangladesh

bangladesh-un-leader-dans-la-lutte-contre-la-faim
Le Bangladesh, un pays longtemps associé à la malnutrition et à la faim chronique, a fait des progrès remarquables dans sa lutte contre la faim. De plus, il sert d’inspiration à d’autres pays aux prises avec les mêmes problèmes. Le Bangladesh est le pays le plus densément peuplé du monde, avec une population de plus de 165 millions d’habitants et une population projetée de plus de 200 millions d’habitants d’ici 2050. Cela pose des défis évidents, car cela exerce des pressions économiques, sociales et environnementales sur le pays. et affecte considérablement sa capacité à subvenir aux besoins de ses citoyens.

Comment le Bangladesh se transforme en un pays en sécurité alimentaire

Au cours des 40 dernières années, le Bangladesh s’est transformé d’un pays souffrant de pénuries alimentaires chroniques et de pauvreté en un panier alimentaire qui sert même la communauté internationale ; la production alimentaire a quadruplé au cours des 40 dernières années, et le Bangladesh exporte maintenant de la nourriture vers d’autres pays. Dans l’ensemble, la faim au Bangladesh a diminué.

Cette tendance à la hausse a commencé en 1971 lorsque le Bangladesh a obtenu son indépendance. Cela a libéré le pays de l’étranglement économique et, par conséquent, des niveaux élevés de pauvreté et de faim extrême. Au départ, il a lutté contre des inondations extrêmes et dévastatrices, qui ont détruit des terres agricoles fertiles et des ressources. Le Bangladesh n’a pas non plus reçu initialement une aide adéquate pour la production alimentaire. Cependant, le Bangladesh est désormais un modèle pour les autres pays qui cherchent à atténuer les problèmes de faim, car il a fait des progrès notables dans la réduction de la malnutrition. Un récent rapport de l’ONU a même souligné que le Bangladesh était un «point positif» dans le mouvement mondial visant à éliminer la faim dans le monde avant 2030. Depuis 2000, le Bangladesh a réduit son niveau de faim de plus de moitié et réduit le nombre d’enfants souffrant d’insuffisance pondérale de 25%. En outre, il a réduit le taux de mortalité infantile de 50 %, un exploit qu’il ne partage qu’avec cinq autres pays.

Pour réussir dans ces voies, le Bangladesh devait donner la priorité à son développement en promouvant la sécurité économique et alimentaire. À la fin des années 90, l’amélioration des variétés de riz a permis une révolution dans la production de riz. Cela s’est également combiné avec les développements de l’aquaculture – 150 000 étangs peu profonds sont désormais des fermes piscicoles durables, par exemple. Cela favorise également les droits et le développement des femmes, car plus de 60 % des pisciculteurs du pays sont des femmes.

Le travail de l’USAID

De nombreuses organisations ont aidé le Bangladesh dans ses efforts. L’USAID a été un partenaire incroyablement actif du Bangladesh dans cet effort, car il a formé 67 000 femmes aux techniques d’aquaculture. Il travaille avec le gouvernement bangladais sur diverses activités de développement qui contribuent à améliorer la disponibilité et l’accès aux aliments nutritifs produits localement. De plus, l’aide de l’USAID fournit des fonds pour la recherche, le suivi et la formation au sein des agences gouvernementales bangladaises.

Le financement du Département d’État américain a aidé à établir le programme Food for Education, qui a fourni des bons alimentaires et de l’argent aux familles pauvres en échange de leurs promesses d’envoyer leurs enfants à l’école et d’aider à éduquer la prochaine génération. Cette initiative, qui a débuté au Bangladesh, a connu un tel succès qu’elle a été mise en œuvre dans d’autres pays ; selon l’ONU, l’initiative était cruciale pour réduire la malnutrition globale. Le Bangladesh a également mis en place des programmes de microfinance pour lutter contre la faim et la pauvreté, en particulier pour les femmes. Les petits prêts permettent aux petites entreprises de démarrer et de produire des revenus qui aident les familles à travers le pays.

Nourrir le futur

Une autre initiative essentielle est Feed the Future, financée par le gouvernement américain. Le Bangladesh reçoit le troisième montant le plus élevé de tous les pays. Cette initiative contribue à améliorer la productivité et la diversité agricole dans des zones spécifiques du sud du Bangladesh ; cela renforce la concurrence du secteur privé en favorisant la croissance économique, les pratiques des entreprises et le développement de la chaîne d’approvisionnement qui aident les agriculteurs pauvres et les entreprises en difficulté. De plus, le gouvernement démontre constamment son engagement à atténuer le problème de l’insécurité alimentaire, comme l’a prouvé son enthousiasme à travailler avec ces initiatives.

Tous ces efforts sont impératifs car ils contribuent à diversifier les sources de revenus des agriculteurs bangladais. L’accent mis sur l’aquaculture élargit également la variété des plantes, des poissons et du bétail. En outre, il encourage l’adoption de pratiques post-récolte et favorise les revenus non agricoles. Les progrès du Bangladesh montrent également l’importance de la coordination avec les secteurs privé et public pour identifier les opportunités et les stratégies de marché. Grâce à une meilleure collaboration, ces efforts ont soutenu plus de 225 000 agriculteurs, qui ont appliqué des technologies améliorées dans les pratiques agronomiques, telles que l’irrigation, la lutte contre les ravageurs et les maladies et la gestion du bétail.

Le Bangladesh est maintenant complètement en sécurité alimentaire dans la production de riz et produit des quantités suffisantes pour nourrir sa population de 165 millions d’habitants. Il s’agit d’une réalisation très remarquable, surtout compte tenu des luttes avec le temps changeant. Selon les enquêtes auprès des ménages menées par l’USAID et Feed the Future, il y a eu une diminution de 16 % des niveaux de pauvreté dans les zones qui reçoivent l’aide de l’USAID et de Feed the Future. Il est difficile de déterminer précisément dans quelle mesure cette réduction du niveau de pauvreté est due à la programmation de l’USAID, mais ces premières données sont certainement encourageantes.

Aller de l’avant et assurer la prospérité à long terme

À l’avenir, ces initiatives peuvent s’améliorer en encourageant une plus grande diversité nutritionnelle. Étant donné que la plupart du régime alimentaire bangladais typique est constitué de riz, les jeunes enfants peuvent être sujets au retard de croissance ou à la malnutrition chronique. Environ les quatre cinquièmes des enfants ne reçoivent pas une alimentation suffisante pour leur tranche d’âge ; à l’échelle nationale, 36 % des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance. Pendant ce temps, moins d’un cinquième du budget de Feed the Future, par exemple, est consacré à l’élimination de la malnutrition. Avec des programmes plus équilibrés, les initiatives gérées par Feed the Future et l’USAID peuvent mieux cibler ce problème. Pendant ce temps, le pays continuera d’être un exemple de la façon dont la mise en œuvre de meilleures pratiques agricoles et la collaboration avec diverses initiatives peuvent contribuer à atténuer la pauvreté et la faim au Bangladesh.

– Shiloh Harrill
Photo : Flickr

*

★★★★★