La guerre civile éthiopienne provoque une crise de famine

La guerre civile éthiopienne au Tigré provoque la famine
L’Éthiopie est dans la tourmente politique depuis des décennies. Les citoyens font face au poids du sacrifice alors que la guerre civile éthiopienne provoque une crise de famine en cours. En réponse à la répression politique par une milice connue sous le nom de Derg, les responsables militaires rebelles ont créé une armée de guérilla surnommée le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). À partir de 1991, le TPLF a commencé à dominer le gouvernement militaire fédéral. De plus, il a commencé à dominer son alliance au pouvoir avec le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF). Cela a amené l’Éthiopie à se transformer en un pays à parti unique. Le 2 avril 2018, le Premier ministre nouvellement élu Abiy Ahmed a annoncé la création du Parti de la prospérité. Le parti propose de mettre fin au séparatisme ethnique en incluant d’autres régions éthiopiennes dans la politique.

Le 4 novembre 2020, la base des forces de défense nationale éthiopienne a été attaquée par le TPLF. Deux semaines après le bombardement, les combats entre les forces gouvernementales et les factions fugitives du TPLF se sont rapidement intensifiés. Les tensions entre le TPLF et Abiy Ahmed durent depuis 2019 en raison des actions d’Ahmed visant à dissoudre le système fédéral du pays à majorité ethnique et à reporter les élections de 2020 en raison des blocages du COVID-19. Alors que les combats se poursuivent, les tensions ethniques augmentent alors que les Éthiopiens fuient vers les pays voisins et vivent dans des camps de réfugiés avec peu ou pas d’accès à la nourriture.

Tensions ethniques

Les Éthiopiens hébergés dans des camps de réfugiés ont acquis un dégoût pour le règne politique d’Abiy. Ils ont rapporté que l’armée fédérale est tout aussi brutale que le TPLF. Le Premier ministre a proclamé que les officiers fédéraux n’avaient tué aucun Éthiopien, mais Bahti Adal a un rapport différent. L’actuel réfugié tigréen a révélé à Vice que les forces militaires persécutent tous les Tigréens comme une menace possible.

En mars, le général éthiopien Yohannes Gebremeskel Tesfamariam a confirmé le nombre de victimes civiles importantes pendant la guerre, et comment la situation au Tigré entraîne une « guerre sale », où la plupart des victimes sont des civils sans défense. Les réfugiés hésitent à quitter leur région d’origine au Tigré, craignant que le nettoyage ethnique ne résulte des massacres en cours.

La guerre civile éthiopienne provoque une crise de famine

Plus de 63 000 réfugiés éthiopiens ont fui le Tigré vers le Soudan, qui a ouvert ses frontières aux évadés. Depuis le 13 mai 2021, le corps médical a atteint 670 personnes dans les camps de Tunaydbah, a aidé à des évaluations médicales et de conseil rapides dans les principales villes autour des frontières du Tigré et s’est principalement concentré sur l’aide à 4,5 millions de personnes du Tigré confrontées à l’insécurité alimentaire. Les militants combattent les gens en réduisant l’approvisionnement alimentaire.

Les organisations fournissent de l’aide

Le 6 mai, l’ONU a octroyé 65 millions de dollars d’aide à l’Éthiopie. Les ambassadeurs de l’ONU insistent sur l’utilisation de l’argent pour aider les femmes et les filles qui ont été brutalisées et maltraitées par des milices armées. En outre, l’USAID a fourni à l’Éthiopie 152 millions de dollars à des fins militaires, essayant de répondre aux besoins humanitaires et d’enquêter sur les cas de nettoyage ethnique dans le pays. Alors que les forces gouvernementales se démènent pour trouver des financements, l’aide des Éthiopiens de la diaspora est forte.

La Fondation Eri Yakl est une organisation à but non lucratif qui travaille sur le terrain au Soudan pour aider les réfugiés et distribuer des subventions et un soutien d’urgence. Le Dr Habteab Fesesha a commencé l’organisation en avril 2020. Fesesha est un médecin érythréen-américain qui a créé cette organisation pour aider les réfugiés érythréens en Libye, en Éthiopie et au Soudan avec COVID-19. L’organisation fournit une éducation, des EPI, des produits d’assainissement et une formation en santé clinique. Lorsque les combats ont éclaté en novembre, la fondation a rapidement concentré ses efforts sur la frontière soudanaise.

Fesesha a maintenant deux objectifs. Le premier est de minimiser les épidémies de COVID. Le second est de fournir des soins primaires avec une équipe de médecins travaillant au camp de Tenedba à Mafaza au Soudan. Depuis février 2021, la Fondation Eri Yaikl a reçu 300 000 $ de Direct Relief. Il s’est également associé à l’Organisation pour la paix unie.

Même si des gens comme Fesesha ont des engagements envers leur propre tribu, les gens de chaque faction culturelle d’Éthiopie se battent pour leur survie. La guerre civile éthiopienne a provoqué une crise de famine dévastatrice et il est plus important que jamais que des organisations comme l’ONU, l’USAID et la Fondation Eri Yakl continuent de fournir une aide pour enrayer cette crise.

– Matthieu Martinez
Photo : Flickr

*

★★★★★