La fragilité de l’État de droit au Honduras

Fragilité de l'État de droit au Honduras
La corruption gouvernementale, les crimes liés à la drogue et la pauvreté sont trois facteurs qui se renforcent mutuellement et perpétuent la fragilité de l’État de droit au Honduras. La pauvreté au Honduras reste une préoccupation majeure, car environ 48% de sa population (plus de 4,3 millions de personnes) vit en dessous du seuil de pauvreté national, selon la Banque mondiale. Pendant ce temps, le pays est également un point de transit clé pour les drogues à destination des États-Unis en provenance d’Amérique du Sud, a déclaré le département d’État américain dans son rapport 2022 sur la stratégie internationale de contrôle des stupéfiants. Une culture d’impunité prévaut également, la corruption et les abus entachant le système judiciaire et la police du pays, selon le rapport mondial 2022 de Human Rights Watch.

La bonne nouvelle est que, bien que ces problèmes continuent d’affliger le pittoresque pays d’Amérique centrale, plusieurs institutions locales et américaines travaillent ensemble pour développer des stratégies visant à améliorer l’état de droit au Honduras.

Facteurs compromettant l’état de droit au Honduras

Dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International, le gouvernement hondurien a reçu un score de transparence de 24 sur 100. Un score de zéro signifie très corrompu et 100 est très transparent.

L’inconduite, courante chez les policiers et autres fonctionnaires de rang inférieur, atteint également le plus haut niveau du gouvernement du pays. Par exemple, en 2022, le gouvernement américain a extradé le président hondurien Juan Orlando Hernandez pour trafic de drogue et d’armes.

La corruption joue un rôle dans la pauvreté persistante en détournant les fonds destinés à la fourniture de services essentiels aux citoyens du Honduras. Notamment, en 2018, la corruption au Honduras s’élevait à plus de 2 milliards de dollars, soit 12,5 % du PIB du pays.

L’Association pour une société plus juste affirme que sans un gouvernement fort pour faire respecter l’état de droit au Honduras, les organisations criminelles gagnent en puissance et en influence. En conséquence, la corruption et la pauvreté ne cessent de s’aggraver.

Efforts pour faire respecter l’État de droit au Honduras

En réponse à un scandale de détournement de fonds de 300 millions de dollars en 2014, le public hondurien a appelé à la démission du président. Ils ont également exigé la création d’une agence nationale de lutte contre la corruption.

Pour répondre à l’indignation publique, le gouvernement hondurien a collaboré avec l’Organisation des États américains (OEA). Cette collaboration a conduit à la création de la Mission d’appui à la lutte contre la corruption et l’impunité au Honduras (MACCIH).

La MACCIH a démarré ses activités en 2016 et a connu un certain succès. Il a arrêté et condamné de nombreux hauts fonctionnaires du gouvernement impliqués dans le scandale des détournements de fonds. Il a également licencié 40% des forces de police soupçonnées de corruption. Cependant, après quatre ans, le mandat de la MACCIH a pris fin à la suite d’un désaccord entre le gouvernement hondurien et l’OEA.

La fermeture de la MACCIH a également entraîné la fin de l’Unité spéciale du procureur contre l’impunité et la corruption (Unidad Fiscal Especial contra la Impunidad y la Corrupción) ou UFECIC. L’UFECIC et la MACCIH travaillaient en étroite collaboration pour enquêter sur les réseaux corrompus.

L’UFECIC a été remplacée par l’Unité spéciale du procureur contre les réseaux de corruption (Unidad Fiscal Especializada Contra Redes de Corrupción) ou UFERCO. Cependant, l’UFERCO reçoit des ressources et un soutien insuffisants des institutions nationales et internationales. La situation d’UFERCO affaiblit les efforts visant à faire respecter l’état de droit au Honduras.

Une complication supplémentaire pour remédier à la fragilité de l’État de droit au Honduras est un nouveau code pénal, a déclaré le Bureau de Washington pour l’Amérique latine. Le nouveau code réduit les peines pour les crimes liés à la corruption et au trafic de drogue.

En effet, le nouveau code controversé a conduit à l’acquittement de 14 fonctionnaires impliqués dans l’affaire de détournement de fonds de 2014. Les bénéficiaires du code controversé comprennent également les personnes reconnues coupables d’avoir détourné l’argent du gouvernement. En vertu du nouveau code, les condamnés à moins de cinq ans ont la possibilité de réduire leur peine s’ils peuvent rembourser les fonds volés. Le nouveau code pénal est entré en vigueur en juin 2020.

En avant et en avant : la voie vers le renforcement de l’État de droit au Honduras

Malgré les revers, plusieurs activités visant à réduire la fragilité de l’État de droit au Honduras persistent. L’une de ces initiatives est l’Activité de renforcement de la justice, des droits de l’homme et de la sécurité (Unidos por la Justicia). Ce projet, lancé par l’USAID en 2016, vise à : engager une réforme institutionnelle, accroître l’accès à la justice et à la société civile, renforcer le maintien de l’ordre et donner aux femmes les moyens de lutter contre la violence sexiste.

De plus, l’administration Biden a promis 4 milliards de dollars sur quatre ans pour lutter contre la criminalité, la pauvreté et la corruption au Honduras et dans ses États voisins, le Salvador et le Guatemala. Cette décision fait partie du plan « Stratégie américaine pour s’attaquer aux causes profondes de la migration en Amérique centrale ».

Ce financement a conduit à la création du projet Effective Justice to Combat Criminality and Corruption (JECCC), un projet soutenu par les États-Unis qui cherche à collaborer avec et à développer les efforts d’Unidos por la Justicia.

Dans le passé, les États-Unis donnaient des fonds directement au gouvernement central et aux forces de l’ordre honduriennes. Cependant, pour éviter de canaliser de l’argent vers des institutions corrompues, le nouveau protocole donne la priorité aux ONG travaillant à l’amélioration de l’éducation, de l’agriculture et des droits des femmes.

– Xander Heiple
Photo : Flickr

*

★★★★★