La Fondation africaine pour la recherche et la formation en santé mentale

La Fondation africaine pour la recherche et la formation en santé mentale
Le besoin de nécessités physiques telles que les soins médicaux et la sécurité alimentaire éclipse souvent les discussions sur les soins de santé mentale dans les pays en développement. Cependant, le stress, les traumatismes, la violence et la pauvreté exacerbent le besoin de services de santé mentale suffisants. Cela rend le manque de ces ressources encore plus problématique. La Fondation africaine pour la recherche et la formation en santé mentale s'emploie à répondre à ce besoin non satisfait.

La Fondation africaine pour la recherche et la formation en santé mentale (AMHRTF)

Le professeur de psychiatrie David Ndetei a fondé l'AMHRTF en 2004. En plus d'enseigner à l'Université de Nairobi, Ndetei a écrit plus de 250 articles de revues et six livres sur la santé mentale. Cette ONG est basée à Nairobi, au Kenya. Il vise à fournir des soins de santé mentale abordables et accessibles aux Kenyans qui pourraient normalement avoir du mal à accéder aux services. Le réseau de chercheurs et de professionnels de la santé mentale de l’organisation s’attaque à un éventail de problèmes de santé mentale, notamment la prévention du suicide, la toxicomanie et le SSPT. En plus de fournir des services cliniques, l'AMHRTF mène des recherches pour éclairer les politiques publiques et mettre en œuvre des projets innovants à plus grande échelle pour fournir aux Kenyans des soins de santé mentale quel que soit leur niveau de revenu.

Prestations de service

Les ressources pour les soins de santé mentale dans les pays en développement, comme le Kenya, sont notoirement rares. Dans les pays à revenu élevé, 5% des dépenses totales de santé correspondent aux services de santé mentale. En revanche, dans les pays à faible revenu, les dépenses ne sont que de 0,5%. Cependant, les déficits des services de santé mentale ont de lourdes conséquences fiscales pour les pays déjà aux prises avec la pauvreté. Les pays à revenu faible et intermédiaire perdent environ 870 milliards de dollars chaque année, compensant les effets des troubles de santé mentale non traités, tels que la perte de productivité.

L’une des principales fonctions de l’organisation est de fournir aux Kenyans des services de conseil abordables. Les clients peuvent prendre des rendez-vous avec un réseau de professionnels de la santé mentale pour des thérapies individuelles, de couple, de groupe et familiales. Ces professionnels offrent des services pour l'anxiété, la dépression, la violence familiale, les troubles de la personnalité et le SSPT. De plus, l'AMHRTF propose des ateliers et des présentations pour éduquer d'autres entreprises et organisations.

Grands projets

L'un des principaux défis de la fourniture de soins de santé mentale dans les pays en développement est la faible concentration de professionnels. En 2016, il n'y avait que 100 psychiatres au Kenya. Les populations rurales en dehors de Nairobi sont particulièrement mal desservies, avec un seul psychiatre pour 1 million de Kenyans.

L'AMHRTF a facilité d'autres solutions novatrices fondées sur des données probantes pour élargir la portée de leur organisation. Pour lutter contre le manque de soins accessibles, l'AMHRTF s'est associée au programme de santé mentale mondial de l'Université de Columbia pour former l'initiative TEAM. De plus, l'initiative novatrice de 2015 a reçu près d'un million de dollars canadiens d'aide du gouvernement canadien. Cela relie l'influence des guérisseurs traditionnels avec la voiture de santé mentale moderne. De plus, il fonctionne au sein de structures préexistantes comme moyen d'atteindre les patients ruraux et mal desservis par l'intermédiaire de leaders communautaires de confiance. De nombreux Kenyans se tournent vers les guérisseurs traditionnels pour obtenir de l'aide en période de détresse. Un programme de référence permet aux guérisseurs d'identifier et d'orienter les personnes vers des soins professionnels.

Dernières pensées

Les pays en développement ont une demande pressante de services de santé mentale. Cependant, ces pays ont rarement les ressources nécessaires pour dispenser des soins suffisants. Pour répondre à cette demande, la Fondation pour la recherche et la formation en santé mentale en Afrique fournit des services de santé mentale abordables aux personnes dans le besoin, mène des recherches et lance des projets innovants qui maximisent les ressources existantes des Kenyans.

Stefanie Grodman
Photo: Flickr

*

★★★★★