Catégories
Solidarité et entraide

La féminisation de la pauvreté en Thaïlande

La féminisation de la pauvreté en Thaïlande
La féminisation de la pauvreté fait référence à la probabilité plus élevée que les femmes connaissent la pauvreté que les hommes. Ce taux est disproportionnellement élevé, même dans les pays industrialisés où les gens encouragent à gravir les échelons des entreprises. La féminisation de la pauvreté en Thaïlande est un problème clé pour le pays, et d’autres problèmes d’inégalité entre les sexes l’exacerbent.

Inégalité de genre dans la pauvreté

De toutes les personnes vivant dans la pauvreté dans le monde, 70% sont des femmes. Pour ces femmes, la pauvreté est plus qu’un simple manque d’argent. Cela inclut également le fait de ne pas avoir accès aux ressources nécessaires, telles que les soins de santé, l’éducation, la nourriture et le logement.

Les ménages pauvres sont également exposés à la pauvreté chronique. La pauvreté chronique fait référence au fait que les ménages sont coincés dans un cycle de pauvreté auquel il est difficile d’échapper. Par exemple, avoir une source de revenu incertaine au lieu d’une source stable est difficile à surmonter, surtout lorsque la société estime que les femmes sont moins que les hommes. La féminisation de la pauvreté en Thaïlande et ailleurs affecte non seulement l’individu en situation de pauvreté, mais aussi les générations à venir. Le cycle de la pauvreté est incroyablement difficile à briser, ce qui peut conduire les femmes et leurs familles à se sentir désespérées.

L’écart salarial en Thaïlande

Partout dans le monde, les femmes gagnent moins que les hommes pour faire le même travail. L’écart salarial en Thaïlande était de 2,5% en 2015. Malheureusement, en 2020, cet écart est passé à 10,94%. D’autres statistiques de 2020 montrent que le nombre moyen d’heures de travail non rémunérées par jour est de 3,2 pour les femmes et de 0,9 pour les hommes. De plus, le nombre moyen d’heures de travail totales pour les femmes et les hommes diffère de 0,9.

En outre, les femmes thaïlandaises n’ont pas suffisamment accès aux ressources économiques et aux services financiers. Par conséquent, les femmes ne possèdent pas le même niveau de connaissances financières et numériques que les hommes, ce qui se traduit par des compétences technologiques sous-développées. Cela désavantage les femmes lors de la recherche d’un emploi. Pour cette raison, les femmes thaïlandaises n’ont pas un accès égal aux marchés.

Comme le montrent les statistiques sur le travail non rémunéré, les femmes assument le fardeau des responsabilités non rémunérées à la maison, telles que le ménage et la cuisine, en raison des rôles de genre dans la société. Ce travail non rémunéré fait en sorte que les femmes ont moins de temps à consacrer à leur famille et à leur communauté. Les femmes sont également plus susceptibles de donner la priorité à dépenser de l’argent pour le bien-être de leurs enfants, y compris la santé et l’éducation. Les effets de l’écart salarial sur les mères qui travaillent comprennent souvent le fait de vivre dans de mauvaises conditions, de ne pas avoir accès à des aliments sains et d’avoir moins d’opportunités pour leurs enfants. En conséquence, de nombreuses femmes sont confrontées à des niveaux accrus de stress et de malheur.

La bonne nouvelle

La première étape vers l’égalité des sexes en Thaïlande a eu lieu en 1933 lorsque le gouvernement a accordé aux femmes thaïlandaises le droit de vote. La Thaïlande a été l’un des premiers pays asiatiques à offrir cette possibilité aux femmes. La Constitution thaïlandaise actuelle stipule que les femmes et les hommes ont des droits égaux.

Le rôle des femmes thaïlandaises sur le lieu de travail s’est accru ces dernières années. Environ 17,5 millions de femmes travaillent sur les lieux de travail dans toute la Thaïlande. Selon une étude de Grant Thornton International en 2019, les femmes occupaient 33% de tous les postes de PDG et de directeur général dans le secteur privé en Thaïlande. De plus, 20% des administrateurs en Thaïlande étaient des femmes selon le rapport de gouvernance d’entreprise 2019.

Les femmes bénéficient de plus de protections qu’avant et de possibilités supplémentaires de faire progresser leur carrière. La Thaïlande a désormais des règles anti-discrimination à l’embauche, des règles contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail et l’égalité de rémunération pour un travail égal, ce qui améliore la féminisation de la pauvreté.

– Miranda Kargol
Photo: Flickr

*