Pénurie et crise alimentaire tunisienne : une histoire de guerre, de faim et de décret

La crise alimentaire tunisienneLa Tunisie, un pays d’Afrique du Nord avec une population de 11,8 millions d’habitants, est confrontée à une grave crise alimentaire à la suite de la guerre d’Ukraine. Récemment, le pays a été aux prises avec divers conflits politiques et économiques, notamment 14 changements de gouvernement au cours de la dernière décennie et une lente reprise économique. La dépendance à l’égard des exportations de céréales étrangères exacerbe encore la crise alimentaire tunisienne. Cela le rend particulièrement sensible aux effets dangereux des conflits étrangers. En outre, le gouvernement a publié des décrets qui mettent en péril la liberté d’expression des citoyens.

Dépendance à l’importation et guerre

Selon un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’insécurité alimentaire modérée à sévère a touché environ 25,1 % des Tunisiens de 2018 à 2020. Les subventions alimentaires gouvernementales ont protégé de nombreux Tunisiens du coût élevé des importations étrangères et de l’agriculture dans le pays pendant des années. produits tels que les légumes et les fruits est autosuffisante.

Cependant, à la suite de la pandémie de COVID-19, le gouvernement n’a pas été en mesure de continuer à fournir des subventions suffisantes car les prix de leurs importations ont monté en flèche, ce qui a conduit la Tunisie à accepter un prêt d’urgence du Fonds monétaire international (FMI) pour 750 millions de dollars.

En plus de l’insécurité introduite par le COVID-19, la guerre en Ukraine présente une menace importante pour l’approvisionnement alimentaire de la Tunisie. Étant donné que le régime alimentaire tunisien dépend fortement des céréales et que la Tunisie importe environ 50 % de son blé d’Ukraine et de Russie, la guerre d’Ukraine a perturbé les importations régulières et accéléré la faim dans le pays.

À l’intérieur de la Tunisie

Les statistiques renseignent les chercheurs sur les valeurs numériques d’une pénurie alimentaire. Cependant, ils ne peuvent pas montrer correctement les conditions de vie réelles de la crise. Dans la vie personnelle des Tunisiens en ces dernières périodes de pénurie alimentaire, les boulangers manquent d’ingrédients pour le pain et les files de clients dans les boulangeries ne cessent de croître. L’insécurité alimentaire en Tunisie a même affecté les pratiques religieuses des citoyens ; pendant le Ramadan, les festins ont lieu tous les soirs pendant les iftars, mais avec des limitations d’approvisionnement, il était souvent difficile de les remplir.

Le 20 mars, le président tunisien Kais Saied a promulgué le décret-loi 2022-14, qui a condamné ceux qui accumulaient des produits subventionnés par l’État, tels que les cartels accumulant de la farine, à 10 à 30 ans de prison. L’objectif de ce décret est de protéger contre les prix abusifs continus des produits céréaliers. Outre le décret présidentiel, le gouvernement s’est également concentré sur les descentes de police dans les entrepôts et a imputé la responsabilité des rayons vides des épiceries aux petites entreprises.

Amnesty International, une organisation non gouvernementale qui lutte pour les droits de l’homme, a suggéré que le décret anti-spéculation du président Kais pourrait mettre en danger la liberté d’expression des citoyens car il prétend cibler la propagation de la désinformation. Au lieu de simplement protéger les citoyens contre la désinformation, le décret empêche les citoyens de dénoncer les pénuries alimentaires par crainte de poursuites.

Prêt de la Banque mondiale

Le 28 juin, le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé un prêt de 130 millions de dollars pour aider à atténuer les effets dévastateurs de la crise alimentaire en Tunisie à la suite de la guerre en Ukraine. Une aide d’urgence sera fournie, comme l’importation de blé et d’orge pour la production laitière.

À long terme, le prêt pourrait aider la Tunisie à devenir plus autosuffisante et moins dépendante des importations de céréales étrangères. Cette décision pousse également à la réévaluation des faiblesses de la chaîne de valeur des céréales, qui contribue grandement à l’insécurité alimentaire dans le monde.

– Caroline Zientek
Photo : Flickr

*

★★★★★