La coopération et la concurrence américano-chinoises renforcent mutuellement le développement éthiopien

Développement éthiopien
En tant que l’un des pays les plus pauvres du monde, l’Éthiopie a besoin de l’aide internationale pour échapper à la pauvreté. Heureusement, les États-Unis et la Chine sont entrés dans l’arène de l’aide. Ils investissent activement dans le développement de l’Éthiopie dans les domaines de l’éducation, des infrastructures et de la formation professionnelle. La dynamique synchronisée de l’aide américano-chinoise invite à la coopération et à la compétition. De manière inattendue, cependant, la concurrence pacifique a motivé les deux pays à aider davantage. De manière générale, le modèle d’aide éthiopien montre comment des nations puissantes peuvent transcender les différences géopolitiques pour coopérer et coopérer, tout en tirant parti de la concurrence.

Concurrence

Le cycle de troubles et d’instabilité économique qui a suivi en Éthiopie a attiré l’attention des programmes d’aide chinois et américains. Cependant, la présence de deux superpuissances majeures a suscité une forme de concurrence bénéfique pour l’Éthiopie. En termes simples, chaque pays pousse l’autre à aller plus loin dans l’aide. De cette façon, aucune des deux nations ne fait le show par des mesures correctives superficielles, mais au lieu de cela, favorise véritablement la croissance.

Les États-Unis affichent souvent leur rôle en Éthiopie en tant que « plus grand donateur d’aide humanitaire », fournissant près de 900 millions de dollars. S’il n’y avait pas la concurrence chinoise, cependant, les États-Unis donneraient beaucoup moins. Les artisans de la paix américains encouragent également la diversification économique – éduquant les Éthiopiens, investissant dans les entreprises et les participations du secteur privé. En réponse aux pénuries alimentaires, le Peace Food Corps américain a également distribué des vivres. En outre, ils ont enseigné aux agriculteurs de nouvelles techniques et des précautions d’urgence. Ces initiatives garantissent que l’aide prépare l’Éthiopie à l’autosuffisance à long terme, tout en atténuant simultanément la pauvreté à court terme. Dans l’ensemble, l’ampleur des projets américains était centrée sur une stratégie de « contestation de l’influence chinoise ». De plus, bien que ce ne soit pas le raisonnement le plus moralement valable pour étendre l’aide humanitaire, les Éthiopiens reçoivent néanmoins plus d’aide.

Dans le même temps, la Chine a investi la somme colossale de 4 milliards de dollars dans les infrastructures. Cette aide vise à faciliter le renouveau économique et à faciliter les transports à travers l’Éthiopie. En 2017, les projets chinois ont créé plus de 28 000 emplois et relancé l’économie. La Chine construit également des infrastructures ferroviaires pour lutter contre le chômage et l’immobilisme. Ces projets ont forgé des relations solides entre la Chine et l’Éthiopie, mais plus important pour la Chine : ils ont cimenté la Chine en tant que concurrent plus fort de l’aide américaine.

La concurrence pacifique renforce clairement la portée des projets chinois et américains. Pour parler franchement, la Chine et les États-Unis jouent un jeu de rattrapage l’un avec l’autre. Pendant ce temps, le peuple éthiopien gagnera toujours plus d’aide. De toute évidence, cette forme modérée de concurrence peut être gratifiante pour les pays en développement touchés par un conflit.

La coopération

Si la concurrence et la coopération américano-chinoises se renforcent mutuellement, elles ne s’excluent pas mutuellement. À plusieurs reprises, les entreprises américaines et chinoises ont mis en commun leurs ressources et collaboré pour générer le plus grand impact économique. Par exemple, les entreprises américaines embauchent des travailleurs chinois pour des projets d’infrastructure. La Chine emprunte également des sources d’énergie aux États-Unis. Sur certains projets, des entrepreneurs américains et chinois collaborent même. Au moins, ces entreprises communiquent souvent pour éviter que des projets qui se chevauchent n’aient lieu.

La coopération est plus importante au niveau régional. En 2017, les CDC américains et chinois ont collaboré à la formation de médecins et à la gestion de programmes de vaccination conjoints. De tels projets ont également continué à compléter les besoins médicaux pendant le COVID-19.

Grâce à la coopération opérant à plus petite échelle – loin de la notoriété internationale – ces petits projets sont souvent là où cela compte le plus. Cette coopération montre comment les grandes nations peuvent synthétiser leur capital financier pour atteindre un objectif commun : assurer un avenir prospère à l’Éthiopie.

Un autre aspect important est la façon dont les États-Unis et la Chine se spécialisent dans des applications spécifiques de l’aide. Le développement éthiopien est l’objectif le plus large, cependant, chaque pays met l’accent sur différents aspects du développement. Par exemple, l’aide américaine donne la priorité à l’éducation et à la stabilité, tandis que la Chine préfère les infrastructures et les investissements en capital. De plus, les États-Unis déploient souvent des services publics dans les zones rurales tandis que les projets de la Chine sont concentrés dans les zones urbaines comme Addis Abas.

L’avenir

Si davantage de coopération est idéale, un programme à grande échelle semble peu probable compte tenu des tensions géopolitiques actuelles. Pourtant, les États-Unis et la Chine devraient étendre leurs opérations complémentaires à une échelle supranationale et plus petite. Après tout, l’Éthiopie souffre toujours de nombreux troubles sociaux et d’une pauvreté paralysante. Si l’Éthiopie veut devenir plus pacifique, les projets américains et chinois doivent également continuer à fonctionner en harmonie, sans violence ni désaccord.

La coopération et la concurrence en Éthiopie sont uniques en ce sens qu’elles promeuvent un objectif commun : accélérer le développement de l’Éthiopie vers une société stable. D’autres grandes puissances devraient suivre cet exemple, capitalisant sur la coopération et s’engageant dans une compétition pacifique mais constructive.

–Ashwin Telang

Photo : Unsplash

*

★★★★★