Catégories
Solidarité et entraide

La Colombie a besoin d'aide pour aider les réfugiés vénézuéliens

Aider les réfugiés vénézuéliens
La Colombie aide les réfugiés vénézuéliens suite à l'instabilité au Venezuela. La Colombie a accueilli plus d'un million de réfugiés vénézuéliens et la frontière Colombie-Venezuela est relativement poreuse. Ces Vénézuéliens échappent à la faim, à l'hyperinflation et à un niveau de vie généralement médiocre, tandis que la Colombie fait face à de nombreux problèmes qui lui sont propres.

Fond

La Colombie et son peuple, bien qu’ils aient besoin d’une aide humanitaire pour leur propre pays, ont continué d’autoriser les Vénézuéliens à entrer. La Colombie surpasse de loin les autres pays en tant que premier récepteur de réfugiés vénézuéliens. Le gouvernement leur fournit des services dans les camps de réfugiés tels que des traitements orthodontiques, une assistance juridique, des conseils psychologiques, des coupes de cheveux, des manucures et de la nourriture. Cela a été décrit par divers réfugiés vénézeulens comme étant bénéfique. Cependant, on craint que la Colombie ne réponde pas suffisamment aux demandes de ce nouvel afflux massif de personnes compte tenu de ses problèmes existants avec son propre peuple.

La Colombie connaît aujourd'hui des taux élevés de terrorisme et de criminalité, de la part de dissidents des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et de groupes comme l'Armée de libération nationale (ELN). Les vols à main armée y sont également courants, et les systèmes sociaux et les forces de l’ordre de la Colombie n’ont pas réussi à résoudre ce problème. Cela se traduit par des événements comme un attentat à la voiture piégée en janvier 2019 à Bogota qui a tué 22 personnes et en blessé 66 autres, une bombe en janvier 2018 lorsqu'une bombe a explosé devant un poste de police à Barranquilla, une bombe en juin 2017 alors que trois personnes étaient tué dans un centre commercial et un incident en 2018 où deux journalistes équatoriens et leur chauffeur ont été tués le long de la frontière Colombie-Équateur. Le département d'État américain attribue à la Colombie une note de niveau 3: Reconsider Travel, citant ces problèmes ainsi que les problèmes de santé liés au COVID-19.

Sources actuelles d'aide

Malgré cette nouvelle, il y a des choses que les gens peuvent faire pour aider les réfugiés vénézuéliens. Le programme de l’USAID dans le pays est un exemple d’aide aux réfugiés vénézuéliens et de l’effort de la Colombie dans cette tâche. L'USAID a fourni des ventilateurs ainsi qu'une aide de 30 millions de dollars à la Colombie au milieu de la pandémie COVID-19 et une aide humanitaire après que l'ouragan Iota a frappé la région en novembre 2020. Mais surtout, ce sont les Colombiens qui aident les réfugiés vénézuéliens.

Dans les villes frontalières, les gens ont accueilli des réfugiés vénézuéliens chez eux, souvent indéfiniment sans frais. Dans les années 80 et 90, la Colombie traversait un conflit de dix ans avec les FARC. Ce conflit destructeur a déplacé plus de sept millions de personnes et des groupes de Colombiens ont émigré vers le Venezuela alors prospère. Les Vénézuéliens pendant ce conflit ont pris les Colombiens de la même manière que les Colombiens accueillent actuellement les Vénézuéliens. L'État frontalier colombien de La Guajira en est le parfait exemple, puisque plus de 160 000 réfugiés vénézuéliens se sont réfugiés à La Guajira. Les Vénézuéliens représentent désormais un cinquième de la population. L'aide désintéressée des Colombiens locaux a fait une différence en aidant les réfugiés vénézuéliens.

L'aide extérieure au gouvernement colombien contribue beaucoup aux réfugiés vénézuéliens. Cela est vrai, que ce soit directement aux populations locales ou via des sources comme l'USAID. L'entrelacement entre les Vénézuéliens et les Colombiens, favorisé par les événements de réfugiés vénézuéliens organisés par les Colombiens avant le COVID-19, peut également aider à atténuer le sentiment anti-vénézuélien et à apporter plus de stabilité à la région.

*