Catégories
Solidarité et entraide

La clé de la prévention du VIH en Afrique subsaharienne

Prévention du VIH en AfriqueLe virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est connu pour avoir un impact sur le monde depuis environ 40 ans. Compte tenu du fait que le virus était tout aussi agressif qu'incurable, les premiers pays du monde comme les États-Unis et la France étaient plus en mesure de subvenir aux besoins de leurs citoyens. Les médecins pourraient effectuer correctement et continuellement des recherches afin d'éduquer les citoyens sur le virus. En outre, ils pourraient à la hâte relier la prévention du VIH et les méthodes de protection et de traitement. Malheureusement, dans les pays d'Afrique subsaharienne, accomplir les mêmes exploits s'avère plus difficile. Par conséquent, 66% des cas de VIH nouvellement diagnostiqués dans le monde proviennent de pays d'Afrique subsaharienne.

L’effet du VIH / sida sur l’Afrique

L'Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, certaines parties de l'Afrique du Sud, des régions de Zambie, de Namibie, du sud du Malawi et du Kenya sont les pays d'Afrique dont les populations ont les taux les plus élevés d'infection ou de contamination par le VIH. Au Kenya, environ 30% seulement des personnes sexuellement actives pratiquent des méthodes sexuelles protégées. De plus, seulement 47,5% des adolescentes pourraient identifier correctement les méthodes qui les empêcheraient de contracter le VIH sexuellement. Cela dit, les femmes courent un risque extrêmement élevé de contracter le VIH en Afrique subsaharienne.

Un facteur de risque accru de VIH / SIDA pour les femmes

L'un des principaux facteurs qui contribuent à ce que les femmes soient plus à risque de contracter le VIH en Afrique subsaharienne est que le taux de fréquentation scolaire est extrêmement faible pour les filles en Afrique subsaharienne. Les filles sont plus susceptibles d'être exposées à des scénarios sociaux et économiques qui pourraient potentiellement menacer leur survie et les exposer à un risque accru de contracter le VIH. Par conséquent, il est important d'augmenter à la fois le taux de fréquentation scolaire des filles et la quantité d'éducation sexuelle offerte à l'école. Cela comprendrait des informations sur la prévention du VIH et des IST.

Impact de l’éducation sexuelle sur la santé et les choix des adolescents

L’ONUSIDA a analysé une série d’études afin de déterminer si l’éducation sexuelle a ou non un impact significatif sur les décisions sexuelles des enfants d’âge scolaire. Sur un total de 53 études, 22 études ont montré qu'après la mise en œuvre de l'éducation sexuelle, trois choses ont changé: les individus ont attendu plus longtemps avant d'avoir des relations sexuelles, le nombre de partenaires sexuels par personne a diminué et le nombre de grossesses non planifiées et Les diagnostics d'IST ont diminué. En outre, 27 études ont montré que les taux de VIH / SIDA, parallèlement à la santé sexuelle globale, n'amélioraient ni n'aggravaient le taux d'activité sexuelle, de grossesses ou d'ITS.

Dans l’ensemble, les résultats de ces études appuient l’affirmation selon laquelle la mise en œuvre de l’éducation sexuelle dans les programmes scolaires est un moyen efficace de réduire les pratiques susceptibles d’entraîner la propagation et la contraction du VIH / sida et d’autres IST chez les enfants d’âge scolaire.

Mise en œuvre de l’éducation sexuelle en Afrique

L'Afrique du Sud a pris l'initiative de créer et de mettre en œuvre un plan pour discuter de la prévention du VIH en milieu scolaire. Les priorités de ce plan consistent à attirer l’attention sur le VIH / sida pour les élèves et les enseignants, y compris l’information sur le VIH / sida dans le programme scolaire et la création de modèles montrant les effets du VIH / sida sur le district scolaire. Cette initiative garantit également la protection des droits constitutionnels des élèves et des enseignants et la confidentialité du statut VIH / SIDA.

En raison de ces précautions, les personnes séropositives ne seront pas victimes de discrimination. Afin de garantir que les élèves apprennent les meilleures méthodes de prévention du VIH / SIDA, le programme restera à jour et les enseignants seront formés en conséquence.

Éducation sexuelle complète

Onze pays d’Afrique subsaharienne ont introduit divers cours dans les programmes de leurs écoles pour les éduquer à des degrés divers sur l’éducation sexuelle. Le Rwanda et la Zambie adhèrent à ce que les Nations Unies ont jugé nécessaire pour que les élèves apprennent grâce à l'éducation sexuelle. Ces cours relèvent de la catégorie «Éducation sexuelle complète» (CSE). Ces cours discutent des relations saines entre les sexes et des moyens de réduire la violence sexuelle; en plus de l'éducation sexuelle d'une manière appropriée pour les jeunes enfants et les adolescents. Les principaux objectifs du CSE sont d'enseigner aux enfants:

  • de reconnaître leur «santé, bien-être et dignité»
  • pour créer des relations attentionnées, à la fois sexuellement et socialement
  • d'analyser leurs choix et de considérer comment les conséquences potentielles affecteront eux-mêmes et les autres
  • comment comprendre et protéger leurs droits tout au long de leur vie
Il y a eu récemment des preuves de l'utilisation de l'ESC à un rythme accru dans certaines régions d'Afrique. Le Burundi, le Sénégal, le Nigéria, le Mozambique et la Zambie ont tous veillé à ce que leurs enseignants et éducateurs reçoivent une éducation et une formation appropriées sur l'ESC. Le programme de la Zambie a été particulièrement louable parce que les coûts de l’instruction en matière de santé sexuelle et procréative sont inclus dans le budget de l’éducation.

Divers projets et initiatives à travers le monde ont fourni des informations cruciales indiquant quels pays ont besoin de la prévention du VIH grâce à la mise en œuvre de l'éducation sexuelle. La collaboration entre de nombreuses organisations a permis aux pays du tiers monde d'accéder à des ressources qui seraient plus difficiles à réaliser indépendamment. Heureusement, les défis difficiles auxquels les pays pauvres sont confrontés pour empêcher la propagation du VIH en Afrique subsaharienne sont de plus en plus réalisables.

– Amanda Kuras
Photo: Wikimedia Commons

Mots clés: Éducation sexuelle complète, prévention du VIH en Afrique subsaharienne, VIH / sida en Afrique, ONUSIDA

*