La Chine et la ZLECAf: aide mutuelle réalisée

6 membres de la Zone de libre-échange continentale africaine ont une table rondeLa nouvelle année a apporté une foule de nouvelles possibilités; en particulier pour l’Afrique. L’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est entré en vigueur le 1er janvier. Les attentes sont élevées pour le continent.

L’AfCFTA est le plus grand conglomérat de libre-échange au monde. 55 pays ont adhéré à la ZLECAf, soit 1,3 milliard de personnes et un produit intérieur brut de 3,4 billions de dollars (USD). On s’attend à ce que 30 millions d’Africains améliorent leurs revenus, laissant la pauvreté derrière eux. Cette décision pourrait faire de l’Afrique une nouvelle puissance commerciale, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cependant, l’accord est subordonné à certains travaux clés pour atteindre le plein potentiel de la portée de la ZLECAf.

La Chine et la ZLECAf

Les éventualités sont importantes et se concentrent sur les infrastructures, les politiques et l’élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires pour améliorer et renforcer le commerce continental. Certaines de ces éventualités nécessitent un financement au-delà des frontières continentales.

Entrez en Chine.

La puissance mondiale en plein essor fait connaître sa présence en Afrique, repliant le continent dans son projet monolithique, The Belt and Road Initiative (BRI). L’initiative inciterait les investisseurs chinois à soutenir les infrastructures, le commerce et l’industrialisation en Afrique.

La BRI pivote sur l’ancienne «Route de la Soie», qui étaient les routes commerciales qui entraient et sortaient de la Chine vers l’Ouest et au-delà. La route a été établie par la dynastie des Han en l’an 220 avant notre ère. Elle mesurait plus de 4000 kilomètres de long, reliant le Moyen-Orient, l’Asie centrale et finalement l’Europe.

La ceinture économique de la route de la soie mise à jour et la route maritime de la soie se combinent pour former la BRI. L’initiative investit dans les chemins de fer, les autoroutes, les pipelines d’énergie et profite de la rationalisation des passages frontaliers. Accueillir plus d’un milliard de travailleurs et de consommateurs africains équivaut à son succès. Grâce à cette initiative, la Chine et la ZLECAf ont un grand intérêt à travailler ensemble.

Infrastructure

L’Afrique reçoit déjà des financements pour les infrastructures. En fait, la Chine est le premier investisseur dans les infrastructures africaines de tous les pays étrangers. Il s’agit d’un coup de pouce économique indispensable pour le continent.

Le chef de l’énergie et des infrastructures de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, M. Robert Lising, évalue les besoins de l’Afrique pour que la ZLECA fonctionne. Il évoque les estimations avancées par la Banque africaine de développement. Le prix: 130 à 170 milliards de dollars par an.

Il confie: «C’est une énorme somme d’argent, donc l’implication de la Chine est certainement la bienvenue… En outre, nous savons tous qu’il existe des capitaux et des équipements disponibles liés à l’implication de la Chine dans le développement des infrastructures en Afrique.»

Il souligne également que la participation concurrentielle de la Chine ferait baisser les prix, ce qui profiterait à l’Afrique. Il continue en déclarant que si l’implication occidentale est également la bienvenue, les forces occidentales sont souvent assorties de conditions. La Chine ne le fait pas.

Il déclare: «Si vous voulez profiter pleinement des avantages de la ZLECAf, vous avez besoin du développement des infrastructures régionales… Si vous voulez combler le fossé dans le développement des infrastructures en Afrique, vous devez faire appel à tous les partenaires, y compris la Chine, par le biais de la BRI.»

Il nous rappelle que l’implication chinoise dans les infrastructures africaines n’est pas une nouveauté, elle se produit depuis 5 décennies. Citant l’achèvement des lignes de chemin de fer Nairobi-Mombasa et Addis-Abeba-Djibouti à l’appui de sa demande.

Un partenariat de besoin

Une table ronde organisée par le Center for China & Globalization tenue en décembre 2019 soutient davantage les réflexions du Dr Lising. Isabel Domingos, ambassadrice de Sao Tomé-et-Principe lors de la conférence, présente un plan d’intérêt mutuel. Elle déclare,

«La Chine a des besoins et l’Afrique a aussi des besoins; La Chine a des potentialités et l’Afrique a aussi des potentialités. Nous avons la zone de libre-échange continentale africaine qui peut être un endroit pour promouvoir les deux parties et trouver un endroit pour approfondir la coopération entre la Chine et l’Afrique. »

Bien que des inquiétudes subsistent quant à la confluence de la participation chinoise à la ZLECAf, le consensus est clair; l’implication de capitaux étrangers dans la ZLECAf est cruciale. La Chine a tout à gagner de son implication et dispose du capital dont le continent africain a besoin.

La Chine et la ZLECAf vont de pair. Alors que l’Afrique poursuit ses tendances actuelles de mondialisation, la Chine peut répondre à l’appel. Les résultats seront regardés par le monde entier comme un modèle d’implication internationale.

– Christopher Millard
Photo: Flickr

*

★★★★★