Jésus aime les familles, toutes les familles du monde

J’ai rencontré une belle famille en République dominicaine. Leur maison était petite mais méticuleusement décorée et entretenue. Tout avait sa place et la famille était heureuse. En entendant leur histoire, j’ai appris que leur contentement et leur joie n’étaient pas enracinés dans la richesse ou la prospérité, mais dans la confiance qui vient lorsque Dieu fournit suffisamment pour chaque jour.

Alors que j’étais assis sur une chaise en plastique blanc, un invité chez eux, j’avais tellement de pensées qui me traversaient l’esprit – dont l’une était: «Oh, c’est le moment auquel mes professeurs d’espagnol du secondaire essayaient de me préparer. J’aurais aimé prendre cela plus au sérieux. En raison de mon statut d’étudiant en C en matière de langues étrangères, je me suis appuyé sur un traducteur pour aider à construire le pont de communication entre nous.

Par l’intermédiaire du traducteur, j’ai appris que deux des quatre enfants avaient été adoptés. Ce n’était pas le processus d’adoption auquel je suis habituée où une famille disait aux services sociaux ou à une autre organisation qu’elle aimerait de l’aide pour trouver un enfant à adopter.

Jésus aime les familles

Ce genre d’adoption est venu à cause de la pauvreté. Il est venu à cause de ce qui se passe quand il n’y en a pas assez.

Victor et Maria sont restés dans ce village parce que leurs parents sont partis gagner de l’argent. L’un des enfants savait que ses parents reviendraient lui rendre visite, l’autre non. Je pouvais dire que ces parents généreux communiquaient aussi que les mères et les pères avaient fait des choix qui les avaient amenés à abandonner leurs enfants.

Je m’interrogeais sur l’histoire la plus longue, celle que je pouvais voir derrière leurs yeux. La pauvreté n’est pas gentille. Il détruit les familles, pousse les gens vers leurs choix les plus sombres et imprime un mensonge dans l’âme humaine qui dit : « Personne ne s’en soucie. Il n’y en a pas assez. Les choses ne changeront jamais. » Je suis tellement reconnaissant que nous puissions nous associer en tant qu’Église à travers le monde pour dire la vérité de l’Évangile. Une vérité qui dit : « Tu es aimé. Il y en a assez pour toi. Il y a espoir.”

Jésus aime les familles

J’ai passé toute ma vie d’adulte à travailler dans le ministère familial. Cela signifie que j’ai été le coordinateur de l’école du dimanche, j’ai dirigé des groupes MOPS, VBS et des soirées de parents. Je suis connecté à toutes les ressources là-bas pour élever et former la prochaine génération à connaître Jésus-Christ. C’est ma plus grande joie et ma plus grande passion de créer des voies permettant aux familles de faire de leurs enfants des disciples grâce à des relations significatives dans l’église et à la maison.

Après avoir été dans la maison de ces amis en République dominicaine, j’ai réalisé qu’il y a un « ministère familial » profond que nous pouvons faire en marchant aux côtés de nos frères et sœurs qui vivent dans l’extrême pauvreté. Les familles riches ont autant besoin des familles pauvres que les familles pauvres ont besoin d’elles.

Les églises du monde entier ont besoin les unes des autres pour être le corps entier de Christ. En ayant des relations avec ceux qui font littéralement confiance à Dieu pour leur « pain quotidien », cela change ma perspective sur ce que Jésus veut dire par « que ton règne vienne sur la terre, comme il est au ciel ».

Jésus aime les familles

Comme je l’ai décrit dans l’article de blog « Puis-je essayer vos chaussures? », Il existe une quantité écrasante de recherches qui nous montrent qu’un objectif principal pour le discipulat de la prochaine génération doit inclure la culture de la gratitude et de l’empathie. Aider nos enfants à grandir de cette manière sera un élément essentiel de tout parcours parental florissant, que ce soit dans la famille nucléaire ou dans la famille de l’église.

Une ressource que j’étais ravie de trouver était Step Into My Shoes, créée par Compassion et Fuller Youth Institute pour poser la question « Qu’est-ce qui suffit ? » Il s’agit d’un excellent outil avec des activités pratiques et des questions stimulantes qui aident les familles et les églises à se mettre à la place d’une famille ougandaise qui vit dans l’extrême pauvreté. J’ai pu constater le pouvoir de cette ressource et comment vivre l’histoire de quelqu’un et comprendre sa situation et ses limites a un impact durable sur les familles lorsqu’elles vivent cette expérience ensemble.

Jésus aime les familles

De retour en République dominicaine, mes chaussures étaient poussiéreuses alors que nous traversions leur petit complexe de bâtiments – un pour cuisiner, un autre pour dormir. Les poulets couraient sauvages et libres. Au coucher du soleil, des nuages ​​se sont introduits avec une pluie miséricordieuse pour arroser les récoltes de cette famille qui travaille dur. Nous nous sommes dit au revoir dans nos bras et j’ai commencé mon voyage de retour, changé à jamais.

J’ai ressenti la grande joie de Dieu pour l’unité qui s’est produite dans les montagnes de la République dominicaine ce jour-là. Comme le dit la chanson, « Jésus aime les petits enfants, tous les enfants du monde… » Jésus aime les familles, toutes les familles du monde.

Entrez dans la peau d’une famille en situation de pauvreté ›

*

★★★★★