Je ne verrai plus jamais mes enfants mourir de faim

Une femme tient un enfant avec un bol de nourriture

Une nuit, Mary Mushi est rentrée tard chez elle à la vue de ses enfants et de leur père assis à côté d'un feu. Son cœur se serra au regard sur leurs visages. C'était celui qu'elle avait vu trop souvent.

«Quand je les ai vus, je savais qu'ils avaient faim», explique Mary.

«Mon mari n'a pas gagné d'argent ce jour-là. Quand j'ai demandé s'ils avaient mangé, mon mari a dit qu'ils avaient bu de l'eau chaude. Nous n'avions pas d'autre nourriture dans la maison, alors j'ai pris le seau de tomates que j'avais ramené à la maison, je les ai coupées en morceaux et c'était notre souper. »

Comme son mari Michael, Mary n'a pas eu la chance d'aller à l'école secondaire. Au lieu d'aller à l'école, elle a aidé ses parents dans leur ferme en Tanzanie jusqu'à son mariage. Avec seulement une éducation primaire, les emplois auxquels elle et son mari étaient éligibles n'étaient pas bien rémunérés.

Tous deux travaillaient dans les plantations d'autres personnes comme journaliers, et May cultivait leur petit lopin de terre. Mais il faudrait au moins 60 jours avant que les récoltes soient prêtes pour la récolte. Pendant qu'ils attendaient, le couple devait choisir les repas à sauter.

La vue de ses quatre enfants dépérissant de la faim pesait profondément sur le cœur de Mary. Pour s'assurer que ses enfants mangeaient, elle mendiait parfois la nourriture de ses voisins.

«Je me souviens que lorsque j'allaitais mon troisième enfant, je ne pouvais pas produire de lait», explique Mary. «J'ai donc bu de l'eau chaude pour voir si je pouvais en produire même un peu.»

Malgré tous leurs efforts, Mary et Michael ont toujours échoué. L'argent qu'ils ont gagné n'a jamais été suffisant et leur récolte les a nourris pendant quelques mois seulement.

La vie a changé quand elle a rejoint le programme de survie de Compassion.

Une femme tient un bébé sur ses genoux

Elle et son plus jeune enfant Apolinari étaient tous deux inscrits au programme, qui fournit des soins pré et postnatals aux mères et aux bébés.

Aider les familles touchées par COVID-19

Les familles pauvres n'ont pas de filet de sécurité en temps de crise. Aidez à fournir de la nourriture, des soins médicaux et du soutien pendant cette pandémie.

«Après seulement quelques visites du personnel du centre, j'ai réalisé ce que j'avais mal fait lorsque j'allaitais mes autres enfants», explique Mary. «Avec mes autres enfants, je n'ai pas prêté attention à la façon dont je les allaitais. Je ne comprenais pas que la nourriture que je mangeais pouvait les affecter. "

En plus d'éduquer Mary sur la façon de nourrir son fils, la compagne de Compassion lui a donné de la nourriture, des vêtements et une assurance médicale. Le centre derrière elle, elle a vu son fils devenir un garçon en bonne santé et énergique.

Mais ensuite la pandémie COVID-19 s'est produite.

Deux mois avant le deuxième anniversaire d'Apolinari, le premier cas de COVID-19 a été signalé en Tanzanie. Quelques semaines plus tard, Mary et Michael ont ressenti le pincement de la pandémie dans leurs poches.

«Je suis passé de 3,00 $ par jour à 1,30 $. Même ce montant n'était pas garanti », explique Mary.

Une femme cueille des plantes dans un jardin.

Soudain, ils étaient confrontés à la même situation désespérée dans laquelle ils vivaient. Encore une fois, le partenaire de l'église de Compassion est intervenu pour aider. Lors d'une visite à domicile, Mary a informé l'exécutant Rehema Muriro des défis auxquels ils étaient confrontés. Rehema et la directrice du centre ont trouvé une solution créative: apprendre aux mères à préparer des repas à partir de plantes qu’elles pourraient facilement trouver autour d’elles.

«Nous avons décidé d'enseigner aux parents comment utiliser les aliments qui les entouraient pour préparer des repas équilibrés», explique Rehema. «Nous avons enseigné à chacun d'eux individuellement lors de visites à domicile.»

Ce fut une visite révélatrice pour Mary.

«Quand elle m'a rendu visite, je lui ai montré notre ferme. J'avais planté des citrouilles et des cassavas. Je savais que je pouvais manger les feuilles des deux plantes, mais je ne savais pas comment traiter les feuilles de manioc. Elle m'a appris comment. "

«Je suis contente de ne plus voir mes enfants mourir de faim», dit Mary.

Des familles comme Mary dépendent de chaque centime. En ajoutant simplement un aliment qu'ils peuvent trouver facilement dans leurs repas, Mary peut utiliser les petites économies pour d'autres dépenses. Aujourd'hui, les nuits de Marie rentrant dans une famille affamée appartiennent au passé. Elle est toujours hantée par ses souvenirs mais attend avec impatience un avenir différent.

Les enfants ont faim en ce moment à cause de cette pandémie.

Un jeune garçon est assis à l'intérieur

Vous avez été nombreux à donner généreusement. Je vous remercie! Il y a des enfants qui ont assez à manger aujourd'hui à cause de toi! Si vous n’avez pas donné et que vous en êtes capable, pensez à faire un don aux familles qui en ont le plus besoin en ce moment. Que Dieu vous bénisse.

Donne maintenant! ›


*

★★★★★