Itinérance cachée à Cuba | Le projet Borgen

Sans-abri à Cuba
La nation insulaire de Cuba traite depuis longtemps le problème social et urbain du logement. Des bidonvilles de l’île avant les années 50 au boom massif de la construction sous le régime de Castro à partir de 1959, le logement fait partie intégrante des problèmes sociaux et politiques de Cuba. Voici quelques informations sur le sans-abrisme à Cuba.

Aperçu de la politique cubaine du logement

La révolution cubaine de 1959 a inauguré le régime de Castro. Avec la montée en puissance de Fidel Castro, de nouvelles réformes sociales sont venues. Le régime a accordé une attention particulière à la réforme de la politique du logement et à la lutte contre le sans-abrisme à Cuba, qui avait auparavant tourmenté l'île. Castro a introduit de nouvelles politiques socialistes telles que des subventions au logement élevées associées à des logements appartenant à l'État afin de contenir les prix des logements et les coûts de construction.

Selon l’architecte cubain Dr. Coyula-Cowley, on peut attribuer une grande partie de la croissance et du renouvellement urbains de Cuba à des projets de construction gouvernementale à grande échelle sous le régime de Castro. Coyula-Cowley a indiqué qu'entre 1958 et 1998, le stock de logements urbains et ruraux a connu une augmentation radicale de la qualité des conditions de vie. La majorité des logements urbains et ruraux ont reçu la description de «bons» en 1998, par opposition à la majorité des logements qualifiés de «mauvais» en 1958.

Les tendances actuelles

Cuba connaît actuellement un taux de sans-abri presque nul. Cela est principalement dû aux niveaux élevés de subventions au logement accordées par le gouvernement ainsi qu'à une tradition culturelle de maisons multifamiliales où de nombreux membres de la famille élargie et nucléaire partagent tous une résidence. Cette coutume sociale permet à la grande majorité de la population cubaine de répertorier une adresse officielle et de minimiser ainsi les taux techniques de sans-abrisme.

Selon la source de nouvelles The Conversation US, en 2018, l'Assemblée nationale de Cuba a approuvé un projet de constitution réformé qui comprend des ordonnances visant à abaisser la réglementation sur le marché du logement résidentiel privé afin de stimuler le développement. Cette action pourrait contribuer à stimuler la croissance et le renouvellement urbains dans tout Cuba grâce à l'utilisation de mécanismes fondés sur le libre marché. Il s'agit d'une dérogation aux précédents projets de construction financés par l'État afin de répondre à la demande accrue de logements.

Problèmes cachés

Malgré le taux de sans-abri presque nul à Cuba, il est difficile de mesurer avec précision les taux de sans-abri. L'intervention américaine et les contraintes de la construction à faible coût ont créé des problèmes cachés. L'embargo américain sur Cuba dans les années 1990, suivi de la période spéciale de Cuba en raison de l'effondrement de l'Union soviétique, ont tous deux limité l'approvisionnement en matériaux de construction, entraînant des coûts plus élevés et des taux de construction lents. En outre, l'incapacité de Cuba moderne à continuer de construire des maisons à bas prix en raison de ces limitations a conduit à une concentration accrue de résidences multifamiliales malgré le désir des jeunes générations de vivre séparément.

Les personnes âgées sont particulièrement exposées au sans-abrisme, même si tous les Cubains ont une adresse officielle. Les retraités cubains vivent avec une pension fixe de 248 pesos (~ 10 USD) par mois, ce qui oblige les personnes âgées à des difficultés financières constantes. Étant donné que 10,6% des Cubains ont plus de 65 ans, une partie importante de la population vit dans la pauvreté. Selon le Havana Times, de nombreux Cubains âgés peuvent dormir sur des bancs publics ou pratiquer le «divan surf» en vivant avec des amis, car la surpopulation empêche leur propre famille de prendre soin d'eux. Le pourcentage exact de personnes âgées sans abri est inconnu, mais les travailleurs sociaux sont conscients du problème sous-signalé, comme indiqué dans le Havana Times. Bien que les personnes âgées puissent avoir une adresse officielle, la qualité de vie n'est pas sans rappeler l'itinérance.

Les experts ont déterminé que la capitale de La Havane avait besoin de 300 000 logements pour répondre à la demande. Ainsi, Cuba connaissant un taux moyen de 4,1 personnes par espace de vie, continue de renforcer la tendance à la surpopulation. Par conséquent, les taux officiels de sans-abri peuvent être faibles à Cuba, mais la qualité du logement cubain peut souvent être inférieure au niveau de vie idéal et est souvent dangereuse.

En plus du surpeuplement, des problèmes liés aux conditions météorologiques tels que les ouragans et les tempêtes tropicales ont également dégradé le parc de logements actuel. Les problèmes liés aux conditions météorologiques provoquent une destruction constante et empêchent la réparation, exposant souvent le câblage, une mauvaise isolation et des fuites sur les toits. Un rapport officiel a déclaré que sept maisons sur 10 ont besoin de réparations, 7% de toutes les maisons étant inhabitables.

Solutions

Il existe toujours une crise du logement très réelle qui concerne la quantité et la qualité des logements à Cuba. Heureusement, l'État et les gouvernements locaux de Cuba, aux côtés d'ONG internationales telles qu'Oxfam, travaillent à atténuer cette crise. Oxfam a envoyé des travailleurs et de l'aide à Cuba à la suite de l'ouragan Sandy en 2012 pour aider à reconstruire et à entretenir des maisons résidentielles, dont 150 000 ont subi des dommages, touchant plus de 600 000 personnes.

Les gouvernements des États et des municipalités ont également mis en œuvre le programme Architect in the Community, qui offre un soutien technique des architectes aux propriétaires qui entreprennent la construction et la rénovation de maisons sur une base d'auto-assistance. Le programme emploie actuellement 630 architectes dans 157 des municipalités de Cuba desservant plus de 500 000 ménages. Cette assistance technique permet aux particuliers d’entreprendre des travaux de construction et de réparation de logements tout en allégeant le fardeau du gouvernement en matière de logement en raison des finances limitées.

Le sans-abrisme à Cuba demeure un problème complexe et multiforme en raison des difficultés à enregistrer les taux réels de sans-abri et les pénuries de logements en raison des restrictions commerciales. Cependant, malgré ces problèmes, plusieurs programmes gouvernementaux et sans but lucratif existent afin de stimuler la construction et les réparations. Ils espèrent également se protéger contre les dommages liés aux intempéries dans l'espoir de réduire à la fois le sans-abrisme et les conditions de vie précaires.

– Ian Hawthorne
Photo: Flickr

*

★★★★★