Installation de vaccins MADIBA au Sénégal – Le projet Borgen

Installation de vaccins de MADIBALa véritable ampleur de l’inégalité des vaccins en Afrique s’est révélée évidente lors de la pandémie de COVID-19. À la fin de 2021, plus de 92 % des 1,2 milliard d’habitants de l’Afrique n’avaient pas reçu de vaccins complets contre le COVID-19. De plus, en 2021, les pays à faible revenu et en développement ont reçu moins de 2 % des vaccins COVID-19 créés par Moderna, Pfizer et BioNTech. Les faibles taux de vaccination ont eu des effets considérables, tels que la baisse de la fréquentation scolaire. En mai 2021, près de 750 000 enfants avaient cessé d’aller à l’école rien qu’en Afrique du Sud. La mise en place de l’installation de vaccins MADIBA au Sénégal apporte de l’espoir à l’Afrique en termes d’accès aux vaccins.

En 2020, 39% de la population sénégalaise vit dans la pauvreté et 60% de la population a moins de 25 ans, selon le Programme alimentaire mondial. Seulement 25% des familles au Sénégal ne souffrent pas de pauvreté chronique. Le projet d’installation de vaccins MADIBA offre un avenir meilleur à la jeune génération sénégalaise et de l’espoir à ceux qui ont besoin de vaccins dans toute l’Afrique.

Facilité de vaccination de MADIBA et pauvreté

Le 2 juin 2022, l’espoir de taux de vaccination plus élevés à l’avenir est devenu réalité. L’Institut Pasteur de Dakar est une « association à but non lucratif d’utilité publique » en Afrique de l’Ouest engagée dans l’amélioration de la santé publique et la lutte contre les maladies mortelles. L’Institut Pasteur de Dakar et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont annoncé la clôture d’un accord de 75 millions d’euros pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins au Sénégal.

Le projet Manufacturing in Africa for Disease Immunization and Building Autonomy (MADIBA) vise à décentraliser la production de vaccins et à fournir des vaccins au niveau national aux résidents. Avec la production de vaccins en Afrique, l’Institut Pasteur de Dakar envisage de distribuer des vaccins essentiels et d’améliorer la santé publique au Sénégal et dans d’autres pays africains dans le besoin.

Production et importations de vaccins

L’Afrique dépend actuellement des importations de vaccins vitaux nécessaires pour lutter contre les maladies endémiques. En effet, l’Afrique importe 99% de ses vaccins des autres continents. Aspen, un fabricant de vaccins sud-africain a annoncé en mai 2022 qu’il suspendrait sa production de vaccins Johnson & Johnson COVID-19 après avoir produit 180 millions de doses. L’installation de vaccins MADIBA a la capacité de produire 300 millions de doses de vaccins COVID-19 (ou d’autres vaccins) par an.

L’installation de vaccins de MADIBA est la « première installation de production de vaccins à service complet » en Afrique. Alors que l’Afrique possède des usines de vaccins dans divers pays, la plupart se limitent au conditionnement des vaccins. Produire des doses de vaccins en Afrique réduirait le besoin d’importations et créerait un nouveau marché pour les générations futures.

Construction et production de vaccins

Le 29 mars 2022, les créateurs de l’usine de fabrication de vaccins l’ont expédiée au Sénégal. KeyPlants a créé et assemblé l’installation en Suède, puis l’a démontée pour l’expédition. Le processus a pris moins de huit mois. KeyPlants, une entreprise suédoise, conçoit des « installations innovantes pour les sciences de la vie ». L’installation est portable et peut être mise à l’échelle au fil du temps pour répondre à la demande de production. L’installation prévoit de commencer la production de vaccins en Afrique à la fin de 2022.

À la lumière de la pandémie de COVID-19, l’installation de vaccins de MADIBA produira des vaccins à ARNm ainsi que d’autres vaccins vitaux, notamment des vaccins contre la fièvre jaune. La fièvre jaune est endémique dans les régions tropicales d’Afrique et les taux de mortalité varient de 29 000 à 60 000 décès chaque année en Afrique. En plus des flacons standard de vaccins, l’installation de vaccins de MADIBA produira des sachets de vaccins dans la nouvelle installation. L’établissement peut stocker chaque sachet, contenant 200 doses chacun, dans un réfrigérateur pendant environ six jours.

Avoir hâte de

Le projet d’installation vaccinale MADIBA continuera à lutter contre le déséquilibre des vaccins en Afrique. Pour lutter contre les décès d’enfants, l’établissement espère produire à l’avenir des vaccins contre la poliomyélite, la rubéole et la rougeole. En Afrique subsaharienne, « les femmes enceintes qui ont été hospitalisées avec le COVID-19 avaient un risque de décès double par rapport aux femmes non enceintes avec des cas tout aussi graves » et cinq fois le risque des femmes enceintes sans COVID-19.

Avec l’installation de vaccination de MADIBA, davantage de femmes enceintes auraient accès aux vaccins, réduisant ainsi le risque de décès pour elles-mêmes et leurs enfants. Avec ces protections, les taux de mortalité maternelle et infantile en Afrique subsaharienne diminueraient.

L’installation offrira également des opportunités d’emploi aux jeunes Africains, ce qui réduira le taux de chômage au Sénégal et conduira à la croissance économique. Avec un accès accru aux vaccins, la lutte contre les maladies mortelles mais évitables en Afrique peut devenir une réalité sans avoir besoin d’importations.

– Sara Sweitzer
Photo: WikiCommons

*

★★★★★