Inspirer les personnes qui vivent dans la pauvreté ET aider les autres

Ces personnes inspirantes ont une forte motivation pour aider les autres. Bien qu’ayant grandi dans la pauvreté et n’ayant pas toujours tout ce dont ils ont besoin, ils partagent ce qu’ils ont !

L’enfant qui prêche

Cristina porte une chemise blanche à manches roses et une jupe noire.  Elle est enregistrée avec un téléphone portable devant son centre de compassion, partageant un mot d'encouragement.
Cristina partage l’évangile sur la chaîne YouTube de Preaching Kids.

Cristina a été inscrite au programme de parrainage d’enfants au Salvador à l’âge de 3 ans, elle a donc reçu de nombreux cadeaux physiques comme un accès médical, une bonne nutrition et de nouveaux vêtements. Mais en même temps, elle a été renforcée émotionnellement et spirituellement et est finalement devenue une croyante en Christ. Les tuteurs ont reconnu sa capacité à établir des relations avec les autres et à se connecter avec eux dès son plus jeune âge.

À 11 ans, elle s’était inscrite à un programme d’évangélisation géré par six centres de compassion appelés Predi Kids – ou « Preaching Kids » en anglais – pour utiliser son don pour les autres. Le souvenir préféré de Cristina du programme (jusqu’à présent) est de partager l’évangile lors d’un événement d’évangélisation dans un parc local. Douze personnes ont cru au Christ à cause de son témoignage ! Et maintenant, son jeune frère veut aussi partager l’évangile dans le cadre de Preaching Kids ! À 14 ans, Cristina reste sûre de sa vocation à conduire les gens au Christ : « Dieu m’a appelé pour parler de lui à d’autres qui ne le connaissent pas.

Un changement d’objectifs

Amani, l'une de nos personnes inspirantes, est vue ici agenouillée, vêtue d'une chemise blanche et bleue.  Les enfants se tiennent tout autour de lui pendant qu'il leur parle.

Ayant grandi en Tanzanie, Amani et ses frères et sœurs ont souvent dû se débrouiller seuls parce que leurs parents vivaient ailleurs tout en travaillant pour subvenir aux besoins de la famille. En tant qu’enfant parrainé, Amani en est venu à considérer les personnes de son centre Compassion comme une deuxième famille. Il a également découvert un amour profond pour le football, ou football comme on l’appelle en Tanzanie, au centre. Il rêvait de devenir footballeur professionnel. Finalement, cependant, il a dû abandonner ce rêve alors qu’il fréquentait l’université et obtint un diplôme en technologie de l’information et en langues internationales.

Mais Dieu avait toujours un plan pour la passion d’Amani pour le football ! Amani a eu l’opportunité de reprendre un programme de football, Lengo Academy, d’un ami. Sous Amani, Lengo est passé de 20 enfants à 200 en seulement quatre ans ! Les garçons et les filles sont les bienvenus, brisant les stéréotypes sur ce que les filles peuvent faire, et l’académie paie certaines dépenses scolaires. Amani explique pourquoi il a pris la relève : «Dès mon plus jeune âge, la compassion a planté une graine de service en moi. … Je n’ai pas pu réussir en tant que footballeur, mais Dieu a mis Lengo sur mon chemin. Je peux dire que la mission est toujours la même : faire en sorte que les enfants de ma communauté aient l’opportunité que je n’ai jamais eue. »

Cinq poignées de riz

Keysha aide les autres.  Elle porte une chemise orange et un jean clair.  Elle se tient dehors avec son amie et tient un bouquet de fleurs roses et jaunes.
Des personnes inspirantes : Keysha, en chemise orange, et son amie ont livré du riz aux personnes affamées de leur communauté.

Au milieu de la fermeture du COVID-19 en Indonésie, Keysha, 9 ans, et sa famille survivaient avec des colis alimentaires de son centre de compassion. Même si elle avait si peu elle-même, Keysha savait que d’autres dans sa communauté étaient au bord de la famine et elle ne l’était pas. Elle a décidé qu’elle devait les aider – en leur donnant cinq poignées de riz et une petite somme d’argent. Cela peut sembler aléatoire, mais pas pour Keysha ! Dans ses mots : « Je savais que Jésus n’avait que cinq pains et deux poissons. Le nombre n’est pas énorme, mais il a pu nourrir tant de personnes. Les cinq poignées de riz sont comme les cinq pains que Jésus a nourris 5 000, et l’argent est comme les deux poissons.

Keysha a multiplié ses dons en demandant à des amis et tuteurs de son centre Compassion d’aider aussi les autres. Beaucoup d’entre eux vivaient également des colis alimentaires du centre, mais ils ont tous contribué généreusement. En fin de compte, Keysha a réussi à récolter 165 livres de riz et environ 40 $ en seulement un mois ! Les enfants ont livré la nourriture à des personnes âgées et à un orphelin de leur communauté. En raison des personnes inspirantes de la communauté et du cœur généreux de Keysha, son centre Compassion a lancé un groupe mensuel pour les parents d’enfants Compassion où ils apportent des dons à partager avec la communauté. Et tout a commencé avec cinq poignées de riz !

Chef de gang à pasteur adolescent

Oscar inspire les gens en parlant d'identité à un groupe de 15-18 ans avec sa Bible à la main, vêtu d'un sweat-shirt gris.

Maltraité puis abandonné par ses parents, Oscar a été élevé par ses grands-parents dès l’âge de 1 an en République dominicaine. Ses camarades de classe se sont moqués de lui parce qu’il était pratiquement orphelin, et les voisins lui ont dit qu’il finirait par devenir toxicomane et voleur. Il était inscrit dans un programme de Compassion, mais il a rapidement emprunté un chemin violent et amer et a souvent agi au centre. Il a rejoint un gang, mais sa vie a basculé à l’âge de 16 ans après avoir failli se faire tirer dessus lors d’un vol. Ce choc a amené Oscar à inviter ses collègues membres de gangs à un service pour les jeunes à l’église partenaire pour son centre de compassion, où ils ont tous donné leur vie au Christ !

Oscar est maintenant le tuteur de trois classes au centre Compassion dont il est diplômé. Il est également impliqué dans son église en tant que vice-président du ministère du théâtre, président du ministère des jeunes et coordinateur du ministère régional des jeunes du conseil de l’église. Il prêche dans les églises de toute la région. À propos du changement dans sa vie, Oscar dit : « Maintenant, au lieu d’aller voler avec eux, j’incite d’autres jeunes à aller à l’église avec moi. Dans les mauvaises choses, j’étais leur chef, et maintenant que je suis un homme changé, je suis toujours leur chef, mais pour de bon, pour les avoir guidés vers Jésus.

Enseigner à de nombreux « Moïses »

Daniel, vêtu d'un pull violet, est avec un groupe d'enfants au projet Compassion.  Les enfants sont assis à des pupitres en bois et Daniel se tient devant la classe.  Il y a un tableau derrière lui.

Daniel a grandi dans un quartier éthiopien en proie à l’extrême pauvreté et à la toxicomanie. Heureusement, il a pu s’inscrire au programme de parrainage d’enfants, où il a reçu les bases pour rêver de son avenir. Plus important encore, il croyait en Christ à travers son parrainage en raison des principes bibliques qu’il avait appris. Bien qu’il ait obtenu son diplôme, Daniel n’a pas oublié l’espoir qu’il a reçu grâce à la compassion.

Maintenant, il aide aussi d’autres enfants de Compassion à trouver de l’espoir et de la motivation. Chaque samedi matin, Daniel donne un cours biblique pour donner aux enfants des vérités fondamentales sur lesquelles ils peuvent construire leur vie. Il est plein d’énergie lorsqu’il réfléchit à l’impact de sa classe : « Pas une seule fois je n’ai eu l’impression d’enseigner uniquement aux enfants. C’est un Moïse qui a fait sortir les Israélites d’Égypte. Je crois passionnément que j’ai le privilège d’enseigner de nombreux Moïse qui influenceront et unifieront la nation. Si je peux avoir un impact sur les enfants et les amener à fonder leur vision sur la Bible, alors c’est mon succès. »

Photographie et reportage de Vera Aurima, Tigist Gizachew, Eric Lema, Yrahisa Mateo et Alejandra Zuniga.

*

★★★★★