Inégalités parmi les travailleurs migrants au Liban

Travailleurs migrants au Liban
Pendant des décennies, l’économie libanaise s’est fortement appuyée sur les travailleurs migrants pour compléter la main-d’œuvre. L’économie a fourni les services domestiques nécessaires et a occupé des postes de bas niveau dans le commerce de détail, les salons et l’hôtellerie. Le système de la kafala, un programme qui encourage les employeurs à embaucher des travailleurs migrants au Liban, a alimenté un sentiment de dépendance vis-à-vis des travailleurs migrants dans diverses industries. Cette institution crée de grandes inégalités raciales et économiques. Les employeurs abusent des travailleurs migrants et leur offrent des salaires inférieurs aux normes et des conditions de travail inhumaines. Cette immense disparité s’est aggravée lors de la pandémie COVID-19. Les employeurs ont placé les travailleurs dans des situations dangereuses, les forçant à endurer des conditions terribles avec la menace imminente de licenciement.

Les réfugiés et le système Kafala

Actuellement, les réfugiés et les travailleurs migrants représentent un quart de la population libanaise. Cela en fait un secteur extrêmement précieux de la société. Les tensions entre les citoyens libanais d’origine locale et les réfugiés se sont développées au cours des dernières années. Des individus et des forces armées libanaises ont commis plusieurs actes de violence contre les réfugiés par dépit et par colère. En outre, près de 90% des réfugiés syriens se retrouvent au chômage et incapables de faire face aux frais de logement en 2020. Les employeurs ont licencié des travailleurs migrants domestiques à un rythme alarmant depuis la pandémie.

Le Mouvement anti-racisme a constaté que les employeurs libanais avaient licencié leurs travailleurs migrants, probablement en raison de préjugés raciaux. Néanmoins, obtenir la citoyenneté libanaise en tant que travailleur migrant est presque impossible. En raison d’une politique de nationalité désuète mise en place pendant le mandat français, seuls les enfants nés d’un père libanais peuvent obtenir le statut juridique complet de ressortissant libanais. Il n’existe donc aucune voie possible vers la résidence permanente et la protection juridique des travailleurs migrants au Liban. Ils se retrouvent à la merci de leurs employeurs pour les garder dans le pays.

Inégalités médicales parmi les travailleurs migrants

Pour de nombreux travailleurs migrants, les inégalités médicales sont devenues particulièrement importantes pendant la pandémie de COVID-19. En raison des outils cruels du système de la kafala, les travailleurs migrants comptent sur leurs employeurs pour leur fournir un statut de résident légal. Sans nationalité libanaise, ces travailleurs n’ont pas droit à ces avantages que d’autres personnes au Liban possèdent. Le manque de couverture sanitaire décourage ces travailleurs migrants de rechercher une aide médicale et d’accéder aux traitements dont ils ont besoin pour assurer leur bien-être personnel. Alors que le chômage continue d’augmenter, des milliers de travailleurs migrants se retrouvent sans soins de santé ni statut juridique. Ils doivent rentrer dans leur pays d’origine, malgré la mise en danger potentielle qui les attend.

Dans un exposé sur les relations internationales de Natasha Hall, l’auteur note que «veiller à ce que les personnes ne soient pas prioritaires pour un traitement médical par nationalité, alors que les médicaments disparaissent des étagères et que les unités de soins intensifs se remplissent, est une autre préoccupation sérieuse». Les travailleurs migrants au Liban finissent par ne pas pouvoir accéder aux traitements en raison d’un manque d’assurance et de moyens financiers insuffisants. C’est similaire aux États-Unis et dans d’autres pays qui connaissent des inégalités. Le Liban est confronté à des complications économiques, telles que la hausse des taux d’inflation et le refus des banques de retirer de l’argent pour leurs clients. Il est devenu presque impossible pour les gens d’obtenir les médicaments dont ils ont besoin. Le Liban maintient son approvisionnement en médicaments grâce aux médicaments importés. En raison des défis commerciaux auxquels la nation est confrontée, les citoyens libanais ne peuvent pas obtenir de médicaments pour leurs problèmes de santé.

Espoir de mettre fin aux inégalités des travailleurs migrants

Le système kafala est extrêmement impitoyable. Cela place les travailleurs migrants dans une position socio-économique bien inférieure à celle du citoyen libanais moyen. Cela a provoqué un tollé public, déclenché des changements et encouragé la réforme du système. Selon Human Rights Watch, «Les amendements au système [in 2020] offrir des garanties aux travailleurs, notamment des semaines de travail de 48 heures, un jour de repos, le paiement des heures supplémentaires, ainsi que des congés de maladie et annuels. Les travailleurs peuvent désormais résilier leur contrat sans le consentement de leur employeur. » Le renforcement des réglementations a fourni une couche de protection supplémentaire aux droits des travailleurs migrants au Liban.

Luna Khalil
Photo: Flickr

*

★★★★★