Implication des États-Unis dans la région du Tigré

À la frontière la plus septentrionale de l’Éthiopie se trouve une région qui s’étend sur plus de 19 000 milles carrés. La région abrite de nombreux sites historiques dont le « cœur du royaume axoumite ». Dans cette région vivent près de sept millions de Tigréens, une minorité ethnique qui ne représente qu’environ 6% de la population du pays.
La région est maintenant en proie à une crise humanitaire, comme jamais auparavant. Des décennies de conflit concernant l’autodétermination de la population tigréenne ont débordé en 2020 lorsque le Premier ministre, Abiy Ahmed, a reporté les élections en raison de COVID-19. Le Front populaire de libération du Tigré (TPLF), un parti de gauche contrôlant le gouvernement régional, a estimé qu’il s’agissait d’une prolongation inconstitutionnelle du mandat d’Abiy et a tout de même organisé des élections.

Le gouvernement éthiopien a déclaré cette élection invalide, provoquant une flambée de violence entre les deux parties. Alors que le gouvernement éthiopien et le TPLF se font la guerre, une crise humanitaire sans précédent est survenue. Les forces éthiopiennes ont tué des milliers de personnes. Les bombardements aveugles des villes ont causé le déplacement de plus de deux millions de personnes. Il y a également eu des allégations de nettoyage ethnique par le gouvernement. Cela a attiré l’attention du monde entier sur la région. L’ONU et d’autres organisations internationales s’efforcent de faire face à la crise humanitaire en cours. Cependant, l’implication des États-Unis dans la région du Tigré est également sous les projecteurs.

Administration de Biden

En mai 2021, le président Joe Biden a publié une déclaration sur la crise en Éthiopie. Biden a exhorté les dirigeants éthiopiens à œuvrer pour la réconciliation, les droits de l’homme et le respect du pluralisme. En outre, le président a appelé à un cessez-le-feu de ceux qui combattent dans la région.

L’administration a également mis en place des restrictions de visa visant les responsables éthiopiens et érythréens. Les restrictions interviennent après l’implication des États-Unis dans la région du Tigré. L’implication américaine a consisté en des mois de pourparlers diplomatiques entre les deux pays qui ont échoué. Des sources proches du président ont également averti que l’administration pourrait prendre d’autres mesures si aucune mesure n’était prise pour faire face à la crise humanitaire.

Les actions pourraient inclure l’arrêt de l’aide à la sécurité américaine et éventuellement l’augmentation des sanctions contre les responsables éthiopiens. De plus, en mars, le secrétaire d’État Antony Blinken a annoncé qu’une aide humanitaire supplémentaire serait fournie à la région. Blinken a annoncé qu’un montant supplémentaire de 52 millions de dollars serait fourni. Certes, cela porte le total de l’aide américaine à la région à près de 153 millions de dollars. Cette aide ira aider les près de 4,5 millions de personnes dans la région qui ont besoin d’aide en aidant à fournir des abris, des soins de santé essentiels, une aide alimentaire d’urgence, de l’eau, des services d’assainissement et d’hygiène.

Congrès

La préoccupation des membres du Congrès face à la crise éthiopienne a appelé à une plus grande implication des États-Unis dans la région du Tigré ainsi qu’à une plus grande implication de la communauté internationale. Un éditorial du sénateur Bob Menendez (DN.J) et du membre du Congrès Gregory Meeks (DN.Y.) a attiré l’attention sur la tragédie qui se déroule dans la région. Les représentants demandent que des mesures plus décisives soient prises.

Les représentants suggèrent que les États-Unis dirigent un embargo international sur les armes contre le régime érythréen, utilisent des sanctions économiques ciblées et doivent s’opposer à toute aide des institutions financières internationales qui irait au gouvernement éthiopien.
En mai 2021, la représentante Karen Bass (DC.A.) a parrainé H.Res. 445, intitulé « Condamnation de toutes les violences et atteintes aux droits humains en Éthiopie ». L’initiative parrainée appelle le Gouvernement éthiopien et le Gouvernement de l’État d’Érythrée à retirer toutes les troupes érythréennes d’Éthiopie.

Les groupes impliqués dans ce conflit comprennent « les Forces de défense nationale éthiopiennes, le Front populaire de libération du Tigré et les forces régionales d’Amhara. Alors que la crise se poursuit dans son huitième mois, l’implication des États-Unis dans la région du Tigré continue d’être un sujet de discussion. L’administration Biden et le Congrès américain devront tous deux aller de l’avant avec des décisions politiques pour aider à calmer les combats. De plus, les États-Unis apporteront leur aide aux millions de Tigréens qui souffrent dans les circonstances actuelles.

– Taryn Steckler-Houle

Photo : Flickr

*

★★★★★