Impact du COVID-19 sur la pauvreté en Malaisie

Impact du COVID-19 sur la pauvreté en MalaisieLa Malaisie a vu son premier cas confirmé de COVID-19 le 24 janvier 2020. Le gouvernement malaisien a mis en œuvre l’ordonnance de contrôle des mouvements (MCO ou PKP) environ deux mois plus tard en réponse. Ce mandat restreignait les déplacements, le travail, les rassemblements et établissait des mesures de quarantaine mettant en péril l’intégrité financière des ménages malaisiens. Voici quelques informations sur l’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Malaisie ainsi que sur le pays dans son ensemble.

Le monde en pause

Pour les personnes entièrement vaccinées, le MCO a pris fin en novembre 2021. Cependant, en vertu du mandat, les ordonnances conditionnelles et variables ont finalement joué un rôle dans l’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Malaisie.

Travaillant en plusieurs phases, le MCO est devenu l’Ordonnance de contrôle des mouvements conditionnels (CMCO/PKPB), l’Ordonnance de contrôle des mouvements de rétablissement (RMCO/PKPP) et le Plan de rétablissement national (NRP/PPN). Ces restrictions ont empêché les déplacements entre les États, les voyages à destination et en provenance de la Malaisie et les rassemblements de masse en plus de la fermeture des écoles, des locaux gouvernementaux et privés, à l’exception de ceux considérés comme essentiels. Ceux qui enfreignaient le MCO risquaient d’être condamnés à des amendes ou à des peines de prison.

Blesser ceux qui luttent déjà le plus

Les trois quarts de la population malaisienne vivent dans des zones urbaines, la majorité des individus appartenant à la tranche d’âge des 15 à 64 ans. Une étude en quatre parties menée par l’UNICEF et l’UNFPA et intitulée « Families on the Edge » a révélé qu’un ménage malaisien typique compte en moyenne 5,5 membres.

Les chefs de ces ménages sont pour la plupart des hommes mariés malais d’environ 46 ans avec un faible niveau d’instruction. Ces travailleurs sont confrontés à un risque élevé de chômage, de réductions de salaire ou d’autres pressions sur les revenus des ménages, car ils étaient menacés avant la pandémie.

Des rapports ont indiqué qu’une augmentation de 5 % de l’emploi s’est produite entre mars 2020 et juin 2021. Malgré cette augmentation, un tiers des personnes employées avant la crise ont connu des interruptions de travail et 27 % ont été confrontées à une réduction de leurs revenus.

La Banque mondiale a constaté qu’environ 65% des emplois en Malaisie ne peuvent pas être créés à distance, même après les avoir modifiés pour qu’ils soient dans un format en ligne. En effet, environ 51 % des emplois nécessitent une proximité physique étroite. Avec les restrictions du MCO, ces emplois étaient les plus vulnérables, un quart des chefs de famille étant au chômage pendant cette période.

L’impact du COVID-19 sur l’alimentation et l’éducation

L’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Malaisie a par conséquent affecté l’accès à la nourriture et la qualité de l’éducation. Avec peu ou pas de revenus, les ménages ont dépensé environ 84 % de moins pour l’éducation et 4 % de moins pour l’alimentation entre décembre 2019 et juin 2020. Alors que les dépenses alimentaires ont diminué, environ 30 % ont réduit l’apport alimentaire lui-même pour faire face aux difficultés financières.

Alors que les employés s’adaptaient au travail à distance, les enfants devaient passer à l’apprentissage en ligne. Deux cinquièmes des enfants n’ont pas accès à l’équipement nécessaire (comme un ordinateur) ou à la connexion Internet pour reprendre leurs études.

Les fermetures ont également empêché les enfants de familles pauvres d’accéder aux repas fournis dans le cadre des programmes d’alimentation complémentaire distribués par les écoles. Cette insécurité alimentaire a poussé les ménages à adopter des régimes alimentaires moins chers et moins sains, menaçant davantage la crise de malnutrition infantile dans le pays.

La reddition d’un citoyen

Certains résidents à faible revenu ont eu recours à agiter des drapeaux blancs depuis leurs appartements pendant le verrouillage imposé par le gouvernement pour exprimer le stress financier qu’ils subissaient. Ce mouvement Bendera Putih, ou «drapeau blanc», a vu le jour pour aider les familles à demander de l’aide. Le tissu blanc à l’extérieur de leurs maisons encouragerait les autres à donner de la nourriture.

En réponse, trois étudiants en informatique de l’Université multimédia de Cyberjaya ont développé et publié de toute urgence l’application « Sambal SOS » au cours du même mois où le mouvement du drapeau blanc a gagné du terrain. Plus de 7 000 utilisateurs se sont inscrits sur le site deux jours seulement après son lancement.

Ici, les utilisateurs pouvaient signaler numériquement et anonymement qu’ils avaient besoin d’aide. Ils pourraient alors se connecter avec d’autres utilisateurs prêts et capables de fournir de l’aide.

Un plan de relance économique

Le Premier ministre Tan Sri Muhyiddin Yassin a annoncé le Pelan Jana Semula Ekonomi Negara (PENJANA), également connu sous le nom de Plan de relance économique, en juin 2020. Ce plan de relance totalisait 35 milliards de RM (plus de 7 milliards de dollars) alloués à 40 initiatives organisées en «trois axes principaux : « 

  • Habiliter les gens
  • Propulser les entreprises
  • Stimuler l’économie

Certaines initiatives visant à autonomiser les gens comprenaient un programme de subventions salariales, une protection sociale pour la main-d’œuvre de l’économie à la demande et Internet pour l’éducation et la productivité. PENJANA a financé le financement de l’entrepreneuriat pour propulser les entreprises tout en soutenant les petites entreprises grâce au financement du commerce électronique et du tourisme. Les initiatives visant à stimuler l’économie comprenaient une campagne d’achat de produits malaisiens et une aide financière pour ceux qui travaillaient dans le secteur agricole/alimentaire.

Bien que les taux de pauvreté soient toujours plus élevés qu’avant la pandémie de COVID-19, les niveaux de pauvreté ont diminué de 16 % entre mai 2020 et mars 2021. L’aide gouvernementale a augmenté le revenu moyen global des ménages depuis 2019, y compris les ménages dirigés par un handicap.

Les ménages comptent sur l’épargne, le gouvernement et l’aide de la Zakat pour un soutien financier à mesure que le marché du travail se redresse. Bien que PENJANA ait prouvé qu’elle aidait temporairement à stimuler l’économie, de nombreuses familles ne reçoivent toujours pas d’aides enregistrées liées aux entreprises et n’ont pas de protection sociale ou d’assurance. L’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Malaisie a souligné que l’aide à la protection sociale doit encore améliorer son champ d’application pour aider les citadins pauvres à se reconstruire après la crise.

– Aïcha français
Photo : Flickr

*

★★★★★