Impact du COVID-19 sur la pauvreté à Djibouti

Impact du COVID-19 sur la pauvreté à Djibouti
Djibouti n’a enregistré aucun cas de COVID-19 depuis fin juin 2021, mais le pays n’a pas encore surmonté les impacts sociaux et économiques de la pandémie. Le début de la pandémie en mars 2020 a aggravé la pauvreté à Djibouti en raison des mesures de protection. Les conséquences à long terme de ces mesures se reflètent dans la vulnérabilité accrue de tous les citoyens, une dépendance accrue à l’égard du gouvernement pour les besoins de base et des niveaux de revenus et des opportunités considérablement réduits. Les ménages pauvres ont le plus de mal à se rétablir car certains ont sombré dans l’extrême pauvreté. Les niveaux de pauvreté, en général, ont augmenté, comme l’illustre l’augmentation du nombre de personnes sous-alimentées de 43 % de la population en janvier 2020 à 54 % en avril 2022. Voici quelques informations sur l’impact du COVID-19 sur la pauvreté à Djibouti et quelques efforts pour l’atténuer.

Insécurité alimentaire

Djibouti est confronté à des conditions climatiques difficiles, notamment de multiples sécheresses simultanées qui rendent difficile la conduite d’activités agricoles. L’industrie agricole ne représente qu’environ 3% à 4% du PIB de Djibouti, qui ne cesse de diminuer en raison des taux élevés de migration rurale vers urbaine. En conséquence, l’État dépend des importations pour 90 % de son approvisionnement alimentaire, selon un rapport du Programme alimentaire mondial (PAM).

Les niveaux d’insécurité alimentaire ont augmenté et 17% de la population vit en dessous du seuil d’extrême pauvreté. La pandémie de COVID-19 a aggravé les effets des problèmes préexistants en limitant les activités rémunératrices, augmentant encore la pauvreté à Djibouti. La réduction des échanges a également augmenté les prix des denrées alimentaires et réduit l’approvisionnement alimentaire.

Revenu et chômage

Le secteur informel, colonne vertébrale économique de Djibouti, représentait 47% de l’emploi avant la pandémie. Le commerce et le transport représentaient à eux seuls environ 20,2 % et 25,6 % de l’activité économique. Cependant, pendant la pandémie, 89% de la population n’a voyagé que si nécessaire et 77% ont réduit les visites sur les marchés, selon le rapport de la Banque mondiale de septembre 2020.

Le confinement national a également touché les services, la construction, le commerce général et les transports. Par conséquent, le chômage a augmenté de 20 % peu après le début de la pandémie. Comme les pauvres survivent en tant que travailleurs journaliers, ils ont représenté la plus grande part de l’augmentation.

Depuis la fin du confinement, l’activité économique revient progressivement à la normale. Le nombre de personnes percevant un salaire partiel a augmenté, mais le nombre de personnes percevant un salaire complet a également diminué. De plus, les pauvres se rétablissent plus lentement que les autres niveaux de revenu et sont encore plus susceptibles de ne recevoir aucun salaire pour leur travail. Selon le rapport de la Banque mondiale de décembre 2020, 44 % des ménages dépendent principalement de l’aide gouvernementale, les salaires étant une source secondaire de revenus en raison de la COVID-19.

Femmes

Selon le rapport de la Banque mondiale de septembre 2020, « Environ 37% et 34% des hommes soutiens de famille sont respectivement des employés et des employeurs, contre 26% et 27% parmi les femmes soutiens de famille ». Le chômage des femmes est passé de 36,4 % en 2019 à 39,4 % en 2021. Djibouti n’avait pas de mesures de réponse à la COVID-19 sensibles au genre. Les hommes étaient plus susceptibles de recevoir le paiement intégral de leur travail que les femmes, mais les hommes étaient également plus susceptibles de ne recevoir aucun paiement, selon le rapport de la Banque mondiale de septembre 2020.

Le programme de soutien à la réponse aux crises

La Banque africaine de développement (BAD) a fourni 30 millions d’UC (41 millions de dollars, en juillet 2020) pour un programme de réponse au COVID-19 en Somalie et à Djibouti entre 2020 et 2021. À Djibouti, le programme visait à amortir l’impact de la pandémie sur l’économie, renforcer le système de soins de santé existant et renforcer la résilience qui survivrait à la pandémie. En conséquence, le programme a mis en place cinq centres à des endroits stratégiques, notamment à l’aéroport de la capitale, aux frontières de l’État et dans les deux principaux camps de réfugiés pour gérer la propagation du COVID-19.

Les fonds ont également partiellement contribué à la création du Fonds social djiboutien qui était responsable de la sécurité alimentaire des groupes vulnérables et de la protection des activités économiques affectées par la pandémie. La BAD a également fourni 65 000 kits alimentaires aux ménages vulnérables et mis en place le Fonds de garantie partielle de crédit de Djibouti pour fournir des services bancaires aux entreprises souffrant de problèmes de trésorerie en raison de la pandémie.

L’Initiative Corne de l’Afrique

L’Initiative Corne de l’Afrique rassemble Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Kenya, la Somalie, le Soudan et le Soudan du Sud ainsi que des partenaires internationaux, la BAD, la Banque mondiale et l’Union européenne (UE). Son objectif est de promouvoir la paix, la stabilité et le développement durable par l’intégration économique régionale. En 2022, l’Union européenne (UE) apportera 430 millions d’euros sur un montant initial de 162 millions d’euros à l’Initiative Corne de l’Afrique, afin d’accroître la résilience et la sécurité alimentaire dans la région. C’est à la lumière de l’impact du COVID-19, de l’évolution des conditions météorologiques et de la guerre russo-ukrainienne qui a provoqué une inflation des prix des denrées alimentaires et du carburant.

Alors que de plus en plus de personnes sont devenues vulnérables à la pauvreté à Djibouti après la pandémie, il est clair que le pays a besoin de beaucoup de soutien pour surmonter pleinement l’impact du COVID-19 sur la pauvreté à Djibouti. Les efforts de la Banque africaine de développement et de l’Union européenne ne pouvaient pas être plus opportuns. Grâce à leur coopération avec le gouvernement, l’impact du COVID-19 sur la pauvreté à Djibouti a été gérable et, plus important encore, réversible.

–Kena Irungu
Photo : Flickr

*

★★★★★