Hystérectomies prématurées en Inde – Le projet Borgen

hystérectomies prématurées en IndeLa stigmatisation entourant les menstruations continue de tourmenter l’Inde. En raison du manque fréquent d’éducation sexuelle et de conversation sur les règles, de nombreuses filles indiennes manquent cruellement d’éducation sur leurs cycles. Les tabous menstruels locaux et les trolls de la police morale des médias sociaux font largement honte aux filles au sujet de leurs menstruations. En fait, le tabou menstruel conduit à des hystérectomies prématurées en Inde.

Ces tabous de la période ont un impact significatif sur les femmes les plus pauvres vivant dans les zones rurales, notamment Bend et Sangli. Ces femmes migrent vers les districts les plus riches de la « ceinture sucrière » de l’ouest pour travailler pendant six mois comme coupeuses dans les champs de canne à sucre. Les entrepreneurs en coupe de canne hésitent à employer des femmes qui ont leurs règles parce qu’ils supposent qu’elles vont manquer un jour ou deux par mois en raison de leurs règles.

Parce que la coupe de la canne à sucre est souvent la principale source de revenus d’une famille dans l’Inde rurale, des milliers de femmes menstruées ont choisi de subir des hystérectomies, qui sont des chirurgies irréversibles, pour éliminer le « problème » de leurs règles.

Tabous de la période indienne

Les femmes menstruées sont souvent bannies des environnements religieux, sociaux et professionnels pendant leurs cycles. La société indienne considère les règles comme impures et les filles qui ont leurs règles sales. Les parents sans instruction préparent rarement leurs filles à leurs cycles menstruels, alors quand elles arrivent, la peur et l’anxiété affligent les jeunes femmes. En raison de toilettes insalubres et du manque d’accès aux produits sanitaires, 23 millions de filles indiennes abandonnent l’école après avoir eu leurs règles. Ils craignent également les moqueries de leurs camarades de classe pour la coloration.

Qu’est-ce qu’une hystérectomie ?

Une hystérectomie est une intervention chirurgicale qui entraîne l’ablation de l’utérus d’une femme et, dans certains cas, de ses ovaires et de ses trompes de Fallope. Ce faisant, une femme perd la capacité de devenir enceinte, n’aura pas ses règles et peut subir une réduction de la production d’hormones. Après avoir subi une hystérectomie prématurée, de nombreuses femmes doivent subir une hormonothérapie pour rester en bonne santé et prévenir d’autres complications de santé.

Hystérectomies prématurées en Inde rurale

Dans l’Inde rurale, de nombreuses femmes ont l’impression qu’elles doivent éliminer complètement leurs cycles menstruels pour pouvoir travailler. De plus, en raison du manque d’éducation sur le sujet des cycles menstruels, les médecins des hôpitaux privés persuadent facilement les femmes de subir la procédure coûteuse afin de continuer à travailler comme coupeurs de canne. Un grand pourcentage de ces femmes ont entre 20 et 30 ans, bien plus jeunes que l’âge auquel les experts recommandent habituellement les hystérectomies.

Roli Srivastava, auteur de la chronique. « Pushed into Hysterectomies » dans The Hindu, décrit un modèle distinct : les médecins des hôpitaux privés contraignent les femmes analphabètes pauvres à subir une hystérectomie prématurée. Ces femmes, qui présentent des symptômes facilement traitables comme des pertes blanches, des règles irrégulières ou de fortes crampes, choisissent volontiers l’hystérectomie pour ne pas s’absenter du travail. Comme elle l’explique également, « leur volonté de subir l’intervention découle de la peur du cancer (dont les médecins les convainquent) à la conviction que leur utérus ne leur sert à rien une fois qu’elles ont eu des enfants ».

Une « raquette lucrative »

Selon Srivastava, les hystérectomies sont une « raquette lucrative » en Inde pour les hôpitaux privés. Lorsque les femmes analphabètes des zones rurales souffrant de crampes menstruelles et de saignements abondants se rendent dans les cliniques, les médecins ne leur donnent pas d’options. Ils ne les laissent même pas consulter leur famille, et ils ne sont pas informés de la cause de leurs problèmes ni de la procédure. Souvent, elles ne savent pas si leurs ovaires ont été retirés ainsi que leur utérus. L’opération est coûteuse et l’assurance de nombreux clients ruraux ne couvre pas l’opération. Les familles doivent s’adresser à des prêteurs pour obtenir les fonds nécessaires à l’opération. Dans le Maharashtra, le coût moyen d’une hystérectomie est de 598 $ et le salaire journalier moyen d’une travailleuse est de 2,98 $.

Les nombres

Selon Indian Media, sur une période de trois ans, plus de 4 500 jeunes femmes ont subi une hystérectomie prématurée dans le seul district de Beed. Et les chiffres augmentent. Une enquête gouvernementale de 2018 a révélé que 22 000 femmes âgées de 18 à 49 ans avaient subi une hystérectomie. Dans une étude qui a interrogé 200 femmes, 69 % n’étaient pas sûres ou n’étaient pas informées de la nature de l’ablation complète de leur utérus ou seulement de leurs ovaires.

La solution

L’éducation sur la menstruation et l’hygiène personnelle est le levier clé pour réduire le tabou des règles et les hystérectomies prématurées en Inde. L’éducation permettra à davantage de femmes d’exercer leurs droits dans de nombreux autres domaines, tels que le choix des contraceptifs et la prise de décisions éclairées en matière de santé. Le photographe Niraj Gera écrit : « Il est temps que nous réalisions que la menstruation n’est qu’un processus biologique et que le secret qui l’entoure doit disparaître. Il est important de normaliser les menstruations et de détruire les tabous autour de ce processus naturel. » En tant que fervent défenseur de l’éducation périodique, il conclut : « Il suffit de parler pour amorcer une transformation et il est temps que nous le fassions.

– Opale Vitharana
Photo : Wikimédia Commons

*

★★★★★