Healthnet TPO : Améliorer la santé mentale au Soudan du Sud

Santé mentale au Soudan du SudDes décennies de guerre ont eu un impact notable sur la santé mentale au Soudan du Sud. Peu de ressources sont disponibles pour aider les personnes souffrant de traumatismes et la stigmatisation dissuade les gens de demander une assistance en santé mentale. Malgré la gravité de la situation, les organisations se mobilisent pour améliorer la santé mentale au sein de la jeune nation.

Une histoire de guerre

À partir de 1955, le Soudan du Sud a combattu trois guerres civiles. Le premier a duré de 1955 à 1972, le second de 1983 à 2005 et le troisième, après l’indépendance du pays en 2011, a duré de 2013 à 2018, lorsque les parties belligérantes ont conclu des accords de paix. La troisième guerre civile à elle seule a fait environ 400 000 morts et 4 millions de déplacements.

Même après l’accord, la violence reste courante. Les communautés continuent de se battre « pour la terre, le bétail et les pâturages » et le fait que « les dirigeants politiques et militaires » fournissent des armes aux habitants aggrave encore la violence. La violence entre les communautés sud-soudanaises a entraîné « des centaines de milliers » de morts et de déplacements à travers le pays, ajoutant au traumatisme collectif de la nation.

Santé mentale au Soudan du Sud

Les informations sur la santé mentale au Soudan du Sud sont limitées, mais les estimations du cluster santé du Soudan du Sud indiquent qu’environ 5,1 millions des 11 millions d’habitants du pays sont touchés par la guerre. Plus précisément, 204 000 souffraient de troubles mentaux graves et 1 020 000 souffraient de « problèmes de santé mentale légers à modérés ». Ces conditions comprennent le trouble de stress post-traumatique (SSPT), l’anxiété et la dépression.

En 2015, la South Sudan Law Society et le Programme des Nations Unies pour le développement ont mené une étude qui a révélé que sur un groupe de 1 525 personnes réparties dans six États, environ 41 % répondaient aux critères du SSPT. Malgré l’étendue de la maladie mentale dans le pays, moins de 1% des personnes reçoivent le traitement nécessaire, selon l’Organisation mondiale de la santé en 2017.

La situation complexe de la santé mentale

Il n’y a que trois psychiatres en exercice et 29 psychologues en exercice dans tout le pays, tous situés dans la capitale, Juba.

En outre, les stigmates et les tabous constituent des obstacles à la prise en charge de la santé mentale au Soudan du Sud. Beaucoup pensent que la maladie mentale «est dans la famille», donc si un membre est diagnostiqué, les autres deviennent des parias sociaux. En fait, « la plupart des communautés croient en la possession ou la punition surnaturelle par des puissances supérieures, au lieu d’accepter un diagnostic de maladie mentale », a déclaré le psychiatre sud-soudanais, le Dr Atong Ayuel, à Al Jazeera. Une possession est préférable à la maladie mentale, de sorte que les gens recherchent l’aide d’institutions religieuses plutôt que de praticiens de la santé mentale.

Certains croient que la foi est la cause de leur guérison plutôt que leur traitement. Paradise Akaag Henry, une patiente schizophrène prise en charge par le Dr Atong, explique à Al Jazeera les raisons de son rétablissement. « Tout d’abord Jésus, puis le Dr Atong. »

Santé mentale et pauvreté

La maladie mentale et la pauvreté sont liées de plusieurs façons. Ceux qui vivent sans traitement peuvent ne pas bien fonctionner dans leur communauté et recevoir des «opportunités d’emploi limitées», les poussant encore plus loin dans la pauvreté. Les taux de grossesse chez les adolescentes et de violence domestique ont tendance à augmenter dans des conditions de pauvreté.

À Glasgow, en Écosse, une étude a révélé que 7,3 % des enfants de 4 ans nés dans la pauvreté présentaient des « difficultés sociales, comportementales et émotionnelles anormales » contre 4,1 % pour ceux qui ne sont pas nés dans la pauvreté. Cette prévalence augmentait vers l’âge de 7 ans pour atteindre 14,7 % pour les enfants pauvres et 3,6 % pour les enfants plus aisés.

De plus, le stress lié à la pauvreté, comme les longues heures de travail, peut affecter la fonction cognitive, ce qui peut entraîner une mauvaise prise de décision et une susceptibilité accrue à la maladie mentale.

Une étude de recherche publiée en 2013 dans la revue Science a révélé que le fardeau psychologique créé par la pauvreté équivaut à « perdre 13 points de QI ».

Action pour améliorer la santé mentale au Soudan du Sud

Pour lutter contre la maladie mentale au Soudan du Sud, Médecins Sans Frontières (MSF), une organisation à but non lucratif créée en 1971 par des professionnels de la santé, « a lancé une intervention d’urgence dans le comté de Tambura en décembre 2021 » après que des violences à grande échelle ont sévi dans la région.

La responsable des activités de santé mentale de MSF, Ariadna Alexandra Pérez Gudiño, et un groupe de quatre conseillers de Tambura ont mis en place des « services de santé mentale communautaires » dans les camps de déplacés. Ces services comprenaient « des séances de conseil individuelles, des voies d’orientation pour ceux qui ont besoin d’un traitement ou de médicaments supplémentaires et des séances de groupe sur la santé psychosociale ».

Les séances de groupe psychosocial comprenaient des activités créatives comme la danse, le chant, la création de bijoux et le dessin. Les activités psychosociales sont particulièrement utiles car les séances donnent aux résidents l’occasion de traiter ensemble leur traumatisme. Entre janvier et juillet 2022, MSF a organisé « plus de 11 500 sessions individuelles et de groupe » dans sept projets se déroulant dans tout le Soudan du Sud. En juin 2022, la situation s’améliorant, MSF a transféré ses programmes de santé mentale aux agents de santé locaux.

TPO Healthnet

Healthnet TPO, créé en 1992 par MSF, vise à « combler le fossé » entre l’aide d’urgence et le « développement structurel à long terme ».

Son programme, appelé Leaders of Peace, vise à fournir des services psychosociaux et d’auto-prise en charge aux femmes victimes de violence sexiste, à modifier l’attitude de la société à l’égard des femmes afin d’améliorer l’égalité des sexes et à accroître la participation des femmes aux « processus de leadership, de prise de décision et de consolidation de la paix ». ”

Les spécificités comprennent la mise en place de programmes communautaires de santé mentale dans 50 communautés de cinq États du Soudan du Sud et le placement de 50 personnes formées dans 50 groupes de femmes pour gérer les cas de violence sexiste, l’engagement communautaire, la mobilisation, la défense de la santé mentale et plus encore. Ces personnes « renforceront également différents groupes communautaires » et plaideront pour les services de santé mentale et l’adoption de lois sur la violence sexiste. Le programme durera de 2021 à 2025.

Grâce à des efforts continus en matière de santé mentale, la nation du Soudan du Sud, touchée par le conflit, peut surmonter son traumatisme collectif et envisager un avenir meilleur.

–James Harrington
Photo : Wikimédia

*

★★★★★