Catégories
Solidarité et entraide

Handicap et pauvreté en Egypte

Statistiques sur le handicap et la pauvreté en Égypte

Voici quelques statistiques concernant le handicap et la pauvreté en Égypte:

  • Parmi les 20% d'Égyptiens les plus pauvres, environ 18% sont handicapés, contre seulement 14,8% à 15,7% des personnes des autres quintiles.
  • Environ 22,9% des Égyptiens handicapés se considéraient en insécurité alimentaire, contre 13,8% des Égyptiens non handicapés.
  • En 2018, le taux d'emploi de tous les Égyptiens handicapés n'était que de 44%. Non seulement c'est assez bas, mais c'est aussi une baisse par rapport à un taux d'emploi de 47% en 2012.
  • Pour les femmes égyptiennes, qui sont moins susceptibles de rejoindre le marché du travail en général, le taux d'emploi des personnes handicapées est stupéfiant de 17%.
  • Les taux d'analphabétisme des enfants handicapés sont assez élevés – 61% des garçons handicapés et 70% des filles handicapées en Égypte ne savent pas lire.

Le cercle vicieux du handicap et de la pauvreté

Comme dans de nombreux pays en développement, le handicap et la pauvreté en Égypte créent un cercle vicieux. Les conséquences de la pauvreté, telles que les conditions de vie insalubres, le manque d'accès à l'eau potable, la malnutrition et les maladies précipitent régulièrement les incapacités, en particulier pour les enfants. Ces incapacités comprennent, sans s'y limiter, la cécité, les troubles du développement et cognitifs, le retard de croissance et les malformations physiques. De plus, les grossesses précoces et les taux de fécondité élevés (qui sont en corrélation avec des taux de pauvreté élevés) entraînent souvent des incapacités. Cela est vrai pour les mères qui deviennent faibles et sujettes à la maladie à cause de tant de grossesses, et pour les enfants nés de mères exceptionnellement jeunes et âgées.

Pour aggraver les choses, la stigmatisation et les préjugés liés aux handicaps ont tendance à perpétuer la pauvreté parmi la population handicapée, car ils rendent plus difficile la recherche d'un bon travail, voire pas du tout. Plus précisément, 82% des femmes et environ 35% des hommes ayant des «handicaps étroits» ne font pas partie de la population active. Beaucoup de femmes qui font partie de la population active travaillent dans le secteur informel, ce qui signifie qu'elles peuvent faire leur travail à domicile et ne sont pas sur les listes de paie officielles. Cela les place dans une situation de désavantage supplémentaire car ils ne reçoivent pas d'assurance maladie et ont rarement des contrats de travail légaux. Même les employeurs qui embauchent des personnes handicapées à des postes officiels ont tendance à les dissuader de venir travailler ou de payer des salaires injustes.

Politique non en action

Techniquement, le gouvernement égyptien a pris des mesures pour garantir les droits des citoyens handicapés. Par exemple, l'article 81 de la Constitution stipule que les personnes handicapées doivent avoir les mêmes droits et opportunités que tous les autres citoyens. Il promet également que l’État s’emploiera à fournir des emplois et une accessibilité pour répondre aux besoins particuliers. L'Égypte a également ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNUDPH) et le Programme de développement durable des Nations Unies à l'horizon 2030. Les deux accords exigent des pays qu'ils rendent régulièrement compte de ce que leur gouvernement a fait pour aider les personnes handicapées.

Malgré cela, l'Égypte n'a pratiquement rien fait pour mettre en œuvre des lois ou des politiques, ni n'en a fait rapport aux comités des Nations Unies. Les préjugés, tels que la croyance que les handicaps sont des punitions de Dieu ou des esprits malveillants appelés djinns, ont fait que les fonctionnaires tiennent rarement les promesses des politiques.

L'aide est en route

L'absence d'action gouvernementale ne signifie pas qu'il n'y a aucun espoir pour les Égyptiens handicapés. De nombreuses organisations donnent aux personnes handicapées les outils nécessaires pour réussir sur le lieu de travail et minimisent la stigmatisation entourant le handicap en général. Par exemple, l'organisation à but non lucratif égyptienne Helm a doté plus de 1 500 personnes handicapées des compétences dont elles ont besoin pour divers emplois. Ils forment également les employeurs à créer des lieux de travail accessibles et équitables et ont déjà formé plus de 5 000 employés d'entreprise. L'organisation à but non lucratif a également remporté de nombreux prix et obtenu le soutien d'institutions américaines, telles que le MIT et Harvard pour le travail qu'elles ont accompli. Des rampes d'accès aux conseils d'entreprise, des ONG comme Helm créent des environnements de travail inclusifs afin que les personnes handicapées puissent éviter ou transcender la pauvreté.

Les entreprises se joignent également à la lutte pour autonomiser les travailleurs handicapés et éliminer la stigmatisation entourant le handicap. L'une de ces sociétés, la société de téléphonie mobile Orange, s'associe à la Smile Foundation, une organisation à but non lucratif qui a déjà fourni une formation professionnelle à des centaines d'Égyptiens neurodivergents. La Smile Foundation reconnaît également le lien entre le statut socio-économique et le handicap, elle concentre donc ses efforts sur les personnes issues de la pauvreté. Ces efforts signifient que de nombreux Égyptiens handicapés peuvent devenir des membres égaux de la population active et sortir de la pauvreté. De plus, la Smile Foundation a organisé plusieurs campagnes qui ont convaincu le public que les personnes handicapées sont des employés compétents et des travailleurs acharnés qui méritent le respect et l'égalité des droits.

La tempête parfaite positive

Le handicap et la pauvreté créent une boucle de rétroaction négative qui peut sembler inéluctable. Cependant, un plaidoyer à but non lucratif et une politique gouvernementale peuvent également travailler ensemble pour créer un cycle d'auto-renforcement positif. Premièrement, de nombreux groupes s'efforcent déjà de minimiser la stigmatisation liée au handicap en Égypte. Moins de stigmatisation rendra les autorités plus susceptibles d’intervenir en cas de violation des droits des personnes handicapées. De plus, cela donnera à son tour aux politiques gouvernementales actuelles plus de pouvoir pour améliorer la vie des personnes handicapées. Ces améliorations – en particulier l'égalité de traitement dans la main-d'œuvre et une éducation de qualité – ouvrent des voies claires pour sortir de la spirale du handicap et de la pauvreté en Egypte. En conséquence, bien que le présent puisse sembler sombre, le changement se profile à l'horizon.

– Elyssa Nielsen
Photo: Flickr

*