Catégories
Solidarité et entraide

Handicap et pauvreté au Liban

Handicap et pauvreté au Liban
Selon une étude britannique, 10 à 15% des résidents libanais ont un handicap. Au Liban, comme dans de nombreux endroits dans le monde, il existe un lien direct entre le handicap et la pauvreté. Les personnes handicapées au Liban sont moins susceptibles de terminer leurs études primaires et plus susceptibles de faire face au chômage et à la pauvreté que la population handicapée. En conséquence, le handicap est l'une des principales causes de l'institutionnalisation au Liban. Voici quelques informations sur le handicap et la pauvreté au Liban.

Dans le contexte du COVID-19

Le gouvernement libanais a récemment été critiqué pour avoir fourni aux personnes handicapées peu d'informations contradictoires ou inexistantes concernant le virus. Aya Majzoub, chercheuse sur le Liban à Human Rights Watch, a déclaré: «Cette exclusion prive les personnes handicapées des informations et des services potentiellement vitaux dont elles ont besoin pour surmonter cette crise. Restreindre l'accès à ces informations limite la capacité des personnes handicapées à se distancer sur le plan social et à accéder aux ressources, car elles doivent compter sur le bouche-à-oreille pour prendre des décisions importantes en matière de sécurité. Cela expose la population handicapée du Liban à un risque plus élevé de contracter le COVID-19, simplement parce qu’elle n’a pas les informations nécessaires pour se protéger.

Cependant, même si le gouvernement libanais décidait de fournir des informations précises à la population handicapée, rien ne garantit qu'elle disposerait de la technologie nécessaire pour la recevoir. Bien que le droit international stipule que les gouvernements doivent utiliser des technologies telles que la réponse vocale interactive et le TTY / TDD pour fournir des informations dans des formats accessibles, tout le monde ne peut pas se permettre la technologie nécessaire pour recevoir ces messages.

L'UNICEF et d'autres ONG ont produit du matériel accessible pour les personnes handicapées afin d'obtenir des informations précises sur le COVID-19.

Soins médicaux

Les personnes handicapées au Liban ne peuvent pas toujours accéder aux soins médicaux. Dans une étude de l'Université américaine de Beyrouth sur les citoyens libanais handicapés et les réfugiés vivant au Liban, 78,5% ont déclaré que la capacité financière était un obstacle aux soins de santé.

Arceniel, une organisation à but non lucratif libanaise fondée en réponse au nombre élevé de handicaps causés par les guerres civiles libanaises, fournit des soins de santé payants. Spécialisée dans les soins aux personnes handicapées, l'organisation fournit des équipements de mobilité, des thérapies spécialisées, des visites de cliniciens et d'autres ressources.

Éducation

Selon la loi, tous les bâtiments gouvernementaux, y compris les écoles publiques, doivent être accessibles. Cependant, une étude a révélé que seulement cinq de toutes les écoles publiques libanaises étaient accessibles. En conséquence, 85% des personnes handicapées n'ont pas terminé l'équivalent libanais de l'école élémentaire.

Pendant cette période de travail et d'étude à domicile, les enfants ayant des troubles cognitifs qui comptent sur l'apprentissage en personne pour saisir la matière ont connu un impact significatif. Fista, une organisation libanaise qui travaille avec des enfants et des adultes souffrant de troubles cognitifs, a mis en ligne l'ensemble de son programme. Les enfants ayant des troubles cognitifs peuvent désormais accéder à des instructeurs et des thérapeutes pour poursuivre leurs études vers un avenir radieux.

Iniquité au travail

La loi 220, une mesure prometteuse de l'an 2000, a fixé un quota pour le pourcentage d'employés handicapés dans une entreprise. Cependant, le manque d'accessibilité physique à la plupart des bâtiments libanais rend le respect de ce quota improbable, voire impossible. De plus, le gouvernement applique rarement du tout le quota de la loi 220, laissant les futurs employés handicapés avec peu d’options d’emploi. En conséquence, 74% de la population handicapée n'a pas d'emploi.

Selon l’estimation de l’Union libanaise des handicapés physiques (LPHU), parmi les personnes handicapées capables de travailler, seulement 26% ont un emploi. Le syndicat cherche à changer cela. LPHU offre une formation en cours d'emploi, un placement, des activités de plaidoyer, des services de développement commercial et des conseils aux personnes handicapées physiques.

L'accès aux personnes handicapées est un problème dans tous les pays du monde. Bien que le gouvernement libanais ait pris des mesures législatives pour améliorer la vie de la population handicapée, l'application de ces lois pour les écoles, les lieux de travail et les programmes de sensibilisation du gouvernement fait défaut. Le gouvernement libanais peut et doit faire mieux pour créer des environnements accessibles pour sa population handicapée et réduire le lien entre handicap et pauvreté au Liban.

– Monica McCown
Photo: Flickr

*