Catégories
Solidarité et entraide

Genre et accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

Libre-échange continental africainL’inégalité entre les sexes dans la main-d’œuvre est un problème qui affecte les femmes dans le monde. Les femmes représentent 60% de tous les emplois dans le monde, mais ne gagnent que 10% de tous les revenus. En outre, 70% des femmes sont victimes d’exclusion financière, ce qui contribue à l’inégalité entre les sexes en Afrique. Les obstacles aux opportunités d’éducation sont également des facteurs d’inégalité entre les sexes avec jusqu’à 4 millions de filles qui ne sont pas inscrites dans le système éducatif. Faire progresser la participation et les opportunités des femmes dans l’économie africaine contribuera à réduire l’écart entre les sexes. L’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) vise à transformer économiquement l’Afrique et les femmes sont une partie importante de ce processus.

L’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

L’accord ZLECAf est entré en vigueur le 1er janvier 2021 et a créé l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde. L’AfCFTA a créé un nouveau marché de 1,3 milliard de personnes à travers l’Afrique. Cela représente un produit intérieur brut (PIB) combiné de 3,4 billions de dollars. Selon la Banque mondiale, la ZLECAf a le potentiel de sortir jusqu’à 30 millions d’Africains de l’extrême pauvreté et d’augmenter les revenus de 68 millions d’Africains qui vivent avec moins de 5,50 dollars par jour.

Les dispositions de l’accord comprennent la réduction des tarifs commerciaux entre les pays participants et d’autres mesures réglementaires avantageuses. Dans l’ensemble, la ZLECAf vise à remodeler complètement les marchés africains et à stimuler l’économie grâce à la création de nouveaux emplois, à une industrialisation accrue et à un commerce accru en Afrique. En outre, les femmes bénéficieront de l’accord en améliorant leur accès aux opportunités commerciales et en stimulant les gains salariaux d’environ 10,5%.

Stimuler les entreprises appartenant à des femmes

La ZLECAf peut renforcer le rôle des femmes dans les emplois dans différents secteurs comme le secteur agricole. Dans les emplois agricoles, la ZLECAf peut élargir les marchés d’exportation et élargir les opportunités offertes aux femmes. Avec une industrialisation et une diversification accrues, la ZLECAf peut profiter aux femmes dans le secteur manufacturier et à l’emploi salarié dans les industries manufacturières. Les emplois plus qualifiés deviendront également plus disponibles et accessibles aux femmes. En outre, des avantages significatifs sont présents pour les femmes entrepreneurs. Les chaînes de valeur régionales soutiennent les petites entreprises appartenant à des femmes. Les chaînes permettent aux grandes entreprises d’utiliser de petites entreprises appartenant à des femmes comme fournisseurs.

Le projet SheTrades

L’autonomisation des femmes dans le projet de la ZLECAf s’attaque également à l’écart entre les sexes. Le but du projet SheTrades est de soutenir les entreprises appartenant à des femmes afin qu’elles puissent profiter des avantages du libre-échange dans le cadre de l’AfCFtA. Le projet se concentre sur le renforcement des capacités, le réseautage et le plaidoyer pour y parvenir. Le projet travaille avec plus de 50 associations professionnelles de femmes pour sensibiliser à la priorité accordée aux femmes en termes de la ZLECAf et discuter des recommandations pour donner la priorité aux femmes ainsi que des stratégies de plaidoyer politique. Il s’emploie également à fournir une plate-forme permettant aux associations professionnelles de femmes de travailler les unes avec les autres ainsi qu’avec les décideurs.

Lutter contre les inégalités entre les sexes

Les femmes sont des parties prenantes clés dans le développement de l’économie africaine dans le cadre de l’AfCTA, constituée de 70% de commerçants informels.

La ZLECAf reconnaît également l’importance du genre dans les relations commerciales en Afrique en soulignant l’importance d’intégrer l’inégalité entre les sexes dans le contexte du commerce et de l’économie. Une méthode de lutte contre les inégalités entre les sexes en Afrique consiste à intégrer la dimension de genre. L’intégration d’une perspective sexospécifique est définie comme «un processus d’évaluation des implications pour les femmes et les hommes de toute action planifiée, y compris la législation, les politiques ou les programmes dans tous les domaines et à tous les niveaux». Des stratégies telles que l’intégration du genre sont abordées et appliquées dans les stratégies nationales de mise en œuvre de l’AfCTA de plusieurs pays.

La mise en œuvre de nouvelles politiques liées à l’écart entre les sexes peut renforcer l’impact de l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine sur les Africains et aider à éradiquer les inégalités entre les sexes en Afrique.

Simone Riggins
Photo: Flickr

*