Football, pauvreté et violence domestique

Pauvreté et violence domestique
Le lien entre la pauvreté et la violence domestique est clair : les femmes issues de milieux à faible revenu sont de plus en plus vulnérables aux abus. Ils luttent également contre les obstacles qui les empêchent d’échapper à la violence. Venir d’un ménage défavorisé sur le plan socio-économique augmente de trois fois et demie la probabilité que les femmes subissent des violences domestiques.

Des études en Grande-Bretagne montrent également de plus en plus la corrélation entre le football (soccer) et la violence conjugale liée à l’alcool. Lors des tournois mondiaux de football, des tendances abusives existantes peuvent être déclenchées. Cela crée un environnement où la criminalité liée à l’alcool peut augmenter. Le statut économique entre à nouveau en jeu ici, les crimes impliquant l’alcool étant les plus répandus dans les communautés les plus pauvres.

Abus économique

La reconnaissance des aspects économiques de la maltraitance fait partie intégrante de la lutte contre la pauvreté et la violence domestique. L’abus économique est le terme légalement reconnu faisant référence au fait qu’un partenaire est contrôlé et abusé par l’autre qui a le pouvoir en termes d’argent, de finances et d’articles que l’argent d’une personne peut acheter. Ceux qui souffrent d’abus économiques sont cinq fois plus susceptibles d’être confrontés à la violence physique que ceux qui n’en souffrent pas. Sans accès aux fonds nécessaires pour partir, les victimes d’abus économiques restent dans une relation plus longtemps et subissent plus de préjudices.

Les effets néfastes des mesures d’austérité du Royaume-Uni ont également touché les femmes de manière disproportionnée. Ils ont vu leurs droits et leur sécurité économique fragilisés par les mesures d’austérité. La réduction du financement des services publics, le crédit universel et la réduction des prestations ne sont que quelques-uns des facteurs qui contribuent à des statistiques alarmantes. Des études montrent que les femmes sont injustement touchées, souvent en tant que deuxième soutien de famille ou soignantes non rémunérées. En outre, les femmes sont plus dépendantes que les hommes des régimes de protection sociale et d’allocations.

Football

Des recherches ont révélé que les pertes de matchs de l’Angleterre lors des précédents tournois de la Coupe du monde avaient augmenté les incidents de violence domestique jusqu’à 38 %. Bien que les organisations de violence domestique ne considèrent pas les matchs comme une cause d’abus, elles reconnaissent que les réactions aux matchs de football peuvent aggraver les schémas existants. La relation est complexe, avec de nombreux facteurs impliqués, et l’alcool est susceptible d’en être un élément clé, en raison de la forte présence de l’alcool dans la culture du football. Il s’ensuit que la combinaison de la culture du football et de la consommation d’alcool constitue un facteur de risque sérieux de violence sexiste. Enfin, la recherche démontre qu’un statut socio-économique inférieur est associé à une tendance accrue à la violence liée à l’alcool ainsi qu’à la violence en général.

Il y a une tendance indéniable. La combinaison de la pauvreté et de la violence domestique, aggravée par la culture du football et la consommation d’alcool, crée une force contraignante dans le risque accru de violence à l’égard des femmes.

La coupe du monde 2022

Alors que beaucoup anticipent avec impatience les frissons sportifs de la Coupe du monde 2022 fin novembre, la violence domestique à l’égard des femmes pourrait s’intensifier après le tournoi. La corrélation a varié, mais la violence domestique a régulièrement augmenté dans les pays des équipes de la Coupe du monde après des tournois à travers le monde. Une étude britannique pluriannuelle a montré que les abus augmentaient davantage lorsque l’Angleterre perdait que lorsque l’Angleterre gagnait. Lors de l’organisation de la Coupe du monde en 2017, la Russie a dépénalisé certains types de violence domestique et réduit les peines, ce qui a entraîné une augmentation des cas de violence domestique.

Le Qatar, où les femmes ont des libertés limitées, est l’hôte de la Coupe du monde de cette année. Les femmes au Qatar doivent demander la permission d’un membre masculin de la famille avant de se marier, et lorsqu’elles sont mariées, elles doivent légalement obéir à leur mari. En outre, le Qatar n’a pas de loi protégeant les femmes contre la violence domestique ou le viol conjugal. Ceci, bien sûr, empêche de nombreuses victimes de trouver justice.

La décision du Qatar d’accueillir a déjà été remise en question en ce qui concerne les controverses entourant l’exploitation des travailleurs migrants et le manque de soutien du pays aux droits des LGBT. Cependant, il est peut-être également temps de s’interroger sur les implications de la sélection d’un pays si en retard sur les droits des femmes et la protection contre les abus pour recevoir une telle plate-forme, d’autant plus que la culture du football peut déjà entraîner une augmentation des taux de violence domestique.

Reconnaissant cette menace, les organisations internationales ainsi que le gouvernement britannique et sa plus grande organisation à but non lucratif soutenant les victimes de violence domestique ont développé des campagnes au cours des dernières années pour sensibiliser à ce grave problème.

Campagnes pour protéger les femmes

En 2020, la Fédération internationale de football association (FIFA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Union européenne (UE) collaborent pour créer la campagne #SafeHome pour lutter contre la présence de la violence domestique dans la culture du football et la montée de tels incidents tout au long de la pandémie de COVID-19. La campagne comprend diverses vidéos, avec des stars du football telles que Kelly Smith, Oliver Torres et Rosana Augusto offrant des conseils aux victimes et aux auteurs. Il sensibilise également à l’ampleur de ce problème. Enfin, il met en évidence les vulnérabilités des situations financières instables. La boîte à outils #SafeHome s’efforce de garantir que l’assistance est accessible à tous.

Cet appel public à une attitude de non-tolérance face à la violence domestique fait partie d’un partenariat de quatre ans entre la FIFA et l’OMS pour protéger la culture du football. Ces efforts se poursuivront lors de la prochaine Coupe du monde.

Le refuge à but non lucratif est la plus grande organisation du Royaume-Uni qui soutient les victimes de violence domestique et plaide pour la protection et le financement. Ses refuges, ses programmes de services communautaires et sa hotline ont soutenu plus de 10 000 femmes et 14 000 enfants au cours de l’année pandémique 2020-2021. Il a sensibilisé à la fois aux vulnérabilités économiques aux abus et à la menace d’augmentation de la violence domestique pendant les saisons de football.

La loi britannique sur les violences domestiques

La loi britannique sur la violence domestique de 2021 soutient ces efforts de lutte contre la pauvreté et la violence domestique. Il vise à améliorer l’accès des victimes à l’aide et à la justice. Il élargit la définition de la violence domestique pour inclure des formes autres que la violence physique, telles que la manipulation, la coercition et l’exploitation financière. Fondamentalement, il comprend un engagement à accorder aux personnes souffrant de violence domestique mais qui manquent de logement stable et de revenus une aide prioritaire au logement.

En vue de la Coupe du monde 2022 et au-delà

La culture du football, à laquelle s’ajoutent les abus économiques, dévaste les femmes et les enfants dans le monde. Heureusement, les récents efforts accrus et concentrés du gouvernement britannique, de Refuge et d’organisations internationales telles que l’OMS, l’UE et la FIFA protègent les femmes les plus vulnérables de la pauvreté et de la violence domestique. Non seulement cela devrait accroître la protection contre une éventuelle poussée après la Coupe du monde de novembre, mais cela devrait également soutenir une plus grande sensibilisation et protection bien au-delà du tournoi de football lui-même.

– Lydia Tyler
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★