Femmes en Angola aidées avec un projet de 250 millions de dollars

Les femmes en AngolaSelon la Banque mondiale, l’Angola a un classement de 0,36 sur l’indice de capital humain, ce qui est inférieur à la moyenne subsaharienne. Cela signifie que le potentiel de revenus d’un enfant né en Angola aujourd’hui est de 36% de ce qu’il « aurait pu être avec une éducation complète et une santé complète ». La recherche indique que les filles et les femmes sont souvent touchées de manière disproportionnée par la pauvreté. En avril 2021, la Banque mondiale a accepté un financement de projet d’investissement de 250 millions de dollars afin de soutenir l’Angola. Ce projet vise à autonomiser les filles et les femmes en Angola et à lutter contre la pauvreté éducative afin d’augmenter le capital humain de l’Angola.

Femmes et pauvreté en Angola

Les données indiquent que plus de 30 % des femmes angolaises étaient mariées ou en union avant l’âge de 18 ans. De plus, en 2016, pour les femmes de 15 à 49 ans, près de 26 % ont signalé des violences de la part d’un partenaire intime actuel ou précédent au cours de la dernière an. En outre, moins de la moitié des femmes pauvres de plus de 15 ans ont un emploi. De plus, 4,8% de plus de femmes adultes que d’hommes souffrent d’insécurité alimentaire sévère. Alors que les femmes ont fait des progrès en politique, représentant près de 30 % des sièges au parlement national, moins de 30 % des femmes occupent des postes de direction. La contribution de la Banque mondiale aidera l’Angola à rectifier les disparités entre les hommes et les femmes et à donner aux filles et aux femmes les moyens de sortir de la pauvreté.

Action d’Angola

Le Plan de développement national que l’Angola a mis en œuvre en 2015 visait à garantir l’égalité entre les hommes et les femmes dans les aspects économiques, sociaux, culturels et politiques. En outre, les principaux objectifs du plan étaient axés sur la lutte contre la ségrégation professionnelle et la correction du manque de représentation des femmes aux postes de pouvoir. Jusqu’à présent, plusieurs campagnes nationales ont été lancées pour promouvoir l’égalité des sexes et les droits des femmes. Ces campagnes comprennent la prévention de la violence et la rupture des traditions misogynes comme les mariages d’enfants.

L’Angola a également mis en œuvre plusieurs politiques pour parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser les femmes. Le Plan national de développement 2018-2022 poursuit ces engagements, en mettant l’accent sur la sensibilisation à l’importance de l’égalité des sexes et la prévention de la violence sexiste. L’appui de la Banque mondiale permettra de poursuivre le travail déjà commencé.

La Banque mondiale croit fermement au maintien des jeunes filles à l’école. L’organisation soutient l’autonomisation des jeunes femmes pour améliorer les conditions de santé et mettre fin aux cycles de pauvreté. En assurant l’éducation des filles, la probabilité de mariages d’enfants et de grossesses chez les adolescentes diminue. Il s’agit d’un objectif essentiel pendant la pandémie de COVID-19, qui a forcé de nombreuses écoles à fermer et accéléré les taux d’abandon des jeunes filles.

Composantes du projet

Le projet comprend trois volets. Le premier aspect est centré sur l’amélioration des services de santé sexuelle et reproductive et l’augmentation des connaissances communautaires à cet égard afin d’encourager l’utilisation de ces services. Le deuxième volet financera 3 000 nouvelles salles de classe et offrira un soutien « pour améliorer les résultats de l’enseignement et de l’apprentissage ». Enfin, le dernier volet concerne « le suivi et la gestion efficaces du projet et soutient la recherche pour éclairer l’élaboration des politiques d’éducation ».

L’une des clés de la réussite de tout grand projet est un financement adéquat et la Banque mondiale vient d’aider l’Angola à faire un pas décisif dans la bonne direction. Le financement d’une valeur de 250 millions de dollars améliorera la vie de nombreuses femmes en Angola en se concentrant sur l’éducation et l’autonomisation.

Samantha Fazio
Photo : Flickr

*

★★★★★