Femmes au Yémen : un combat pour les droits dans 3 grands domaines

Les femmes au Yémen
Le conflit en cours au Yémen a progressivement rapproché le pays de la désintégration socio-économique depuis son éruption en 2015. Les pressions inflationnistes ont mis le coût des besoins fondamentaux hors de portée de la majorité de la population. Le conflit au Yémen continue de nuire considérablement à la situation des femmes, entraînant la quasi-élimination de leurs protocoles de sécurité et augmentant leur vulnérabilité aux agressions et à l’exploitation. Le Yémen a un patriarcat profondément enraciné qui limite considérablement la qualité de vie des femmes. Les femmes yéménites sont confrontées à l’un des despotismes les plus odieux au monde et se battent pour leurs droits dans trois domaines clés : les possibilités de travail, la discrimination fondée sur le sexe et la sous-représentation politique.

Lutte pour les droits sur le lieu de travail

Selon l’article 40 de la loi yéménite sur le statut personnel, une femme ne peut pas acquérir un emploi au même titre qu’un homme et « le travail doit avoir été accepté par son mari ». Le chiffre le plus récent de 2019 était le taux d’emploi de 6,04 % des femmes au Yémen. En comparaison, la moyenne mondiale en 2019 était de 51,96 %, sur la base de 181 pays.

De plus, il n’y a pas de législation interdisant le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, ni de sanctions légales ou de recours civils en cas d’inconduite sexuelle sur le lieu de travail. En raison du consensus tacite de la société selon lequel les femmes sont souvent fautives, les femmes sont moins susceptibles de déposer une plainte pour inconduite sexuelle, car elles craignent de recevoir des accusations de solliciter l’attention des hommes. Les femmes au Yémen doivent lutter pour leurs droits sur le lieu de travail car il n’existe aucune loi exigeant une rémunération équivalente pour un travail de mérite équivalent.

L’USAID promeut la liberté financière des femmes au Yémen en fournissant un développement de carrière, une allocation et des conseils pour aider les femmes à stimuler l’engagement compétitif dans la main-d’œuvre. De plus, des conseils technologiques et des initiatives stratégiques aident les femmes à obtenir des options d’investissement et d’emploi, améliorant ainsi le salaire net. Rien qu’en 2020, l’USAID a aidé plus de 1 300 femmes yéménites.

La lutte contre la discrimination fondée sur le sexe

Le Yémen considère les femmes comme secondaires. Pour cette raison, de nombreuses femmes au Yémen ne peuvent pas prendre de décisions familiales importantes. Au Yémen, il n’y a pas de loi particulière concernant la violence conjugale. Les femmes ne divulguent pas les cas d’abus parce qu’elles ont peur d’être arrêtées ou maltraitées.

Selon les articles 51 à 72 de la loi yéménite sur le statut personnel, les hommes peuvent obtenir le divorce avec beaucoup moins de restrictions que les femmes. Les droits des hommes à la tutelle des enfants dépassent ceux des femmes en cas de divorce.

Selon l’UNICEF, 80% de la nation dépend de l’aide humanitaire. Par conséquent, les ménages yéménites pauvres doivent fréquemment se marier jeunes pour tenter de nourrir les jeunes et d’obtenir le strict nécessaire. Les pères vendent leurs filles en mariage et, par conséquent, mettent brutalement fin à leur adolescence. Il s’agit d’une violation fondamentale des libertés humaines. En 2020, l’USAID a financé des initiatives visant à éviter les mariages précoces forcés en dotant plus de 6 000 filles de compétences essentielles telles que « la résolution de problèmes et la prise de décision ».

La lutte pour les droits des femmes dans l’arène politique

Lors de la manifestation de 2011, les femmes étaient des participantes clés et ont continué de l’être tout au long du discours domestique qui a suivi. Lorsque l’effet des soulèvements s’est dissous, les femmes ont finalement connu l’abandon et n’ont pas pu promouvoir leurs croyances. Le Yémen n’a pas de politique qui protège les femmes. Au lieu de cela, la législation yéménite les dénigre si elles sapent toute organisation politique.

Les femmes au Yémen n’ont pratiquement aucune autorité pour influencer la législation afin de renforcer leur rôle. Ils ne bénéficient pas d’un large soutien politique populaire en raison du fait qu’un nombre disproportionné d’hommes participent à la politique. Les hommes excluent les femmes qui promeuvent ou manifestent un quelconque intérêt politique.

ONU Femmes travaille au Yémen pour accroître l’engagement civique des femmes. Il soutient fermement l’encouragement de l’engagement dans les affaires communautaires et le jugement politique. ONU Femmes apprécie l’importance d’une participation équitable des deux sexes aux discussions diplomatiques et au règlement des crises.

En raison de l’importance d’intensifier le dialogue politique pour les femmes au Yémen, il a établi la plate-forme du Pacte des femmes yéménites pour la paix et la sécurité. Il plaide pour l’inclusion des femmes dans toutes les conversations politiques.

Malgré la marginalisation des filles et des femmes yéménites, elles reçoivent l’aide de grandes organisations mondiales. Ces efforts ont été essentiels pour travailler efficacement à la promotion des droits des femmes au Yémen.

– Tiffany Lewallyn
Photo : Flickr

*

★★★★★