Faits sur les droits des femmes en Islande

Droits des femmes en Islande
Les droits des femmes en Islande ont évolué et le pays a acquis la réputation d’être le pays le plus avancé en matière d’égalité des sexes. Le Rapport mondial sur l’écart entre les sexes 2021 du Forum économique mondial a classé l’Islande comme le « meilleur pays pour l’égalité des sexes » pour la 12e année consécutive. Le pays nordique en 2020 comptait 366 425 habitants, les femmes représentant 49,7 %. La solidarité des femmes par le biais de l’organisation politique et du plaidoyer a été d’importants catalyseurs de changement et joue un rôle déterminant dans la promotion de l’égalité des sexes en Islande.

L’égalité des sexes en Islande

En 1850, « l’Islande a été le premier pays au monde à accorder des droits de succession égaux aux hommes et aux femmes ». Avant cette proclamation, les femmes n’avaient droit qu’à un tiers de l’héritage. En 1917, l’Islande a donné aux femmes et aux hommes des droits égaux sur leurs enfants. L’Islande a promulgué la loi sur l’égalité de statut et l’égalité des droits sans distinction de sexe en 2000 « pour prévenir la discrimination fondée sur le sexe et maintenir l’égalité des sexes et l’égalité des chances pour les hommes et les femmes dans toutes les sphères de la société ».

L’Islande a adopté une loi en 2010 exigeant que les conseils d’administration des entreprises aient un minimum de 40 % de femmes ou d’hommes. La loi est entrée en vigueur le 1er septembre 2013. En 2021, les femmes occupaient environ 42 % des postes de direction et 40 % des postes parlementaires en Islande.

Participation politique

En 1881, l’Islande a étendu les droits des femmes en Islande en leur permettant de voter aux élections locales pour la toute première fois. Puis, en 1907, l’Association islandaise des droits des femmes a commencé comme la première organisation formelle de femmes à se concentrer sur l’égalité politique des sexes et «l’égalité d’accès à l’éducation» et au travail. En 1908, l’Islande a élu quatre femmes pour siéger au conseil municipal de Reykjavik.

Suite à cette réalisation, le 15 juin 1915, les femmes de plus de 40 ans ont obtenu le droit de vote aux élections nationales. Avant cela, les hommes pouvaient voter à partir de 25 ans et les femmes seulement à 40 ans. En 1920, l’Islande a complètement supprimé « la barrière de l’âge à l’éligibilité des femmes au vote ». Puis, en 1922, l’Islande a élu Ingibjorg Bjarnason comme première femme membre du Parlement islandais.

En 1975, les femmes islandaises, lassées du manque de représentation égale à la fois en politique et dans la participation au marché du travail, ont donné naissance à la grève « Woman’s Day Off » pour protester et déclencher un changement social. Environ 25 000 femmes ont participé à la grève pour protester contre la discrimination sexuelle. Le mouvement des femmes a repoussé les limites du leadership dans la politique islandaise et a ouvert la voie à la première femme élue au monde. Vigdís Finnbogadóttir est devenue la première femme présidente de l’Islande en 1980, servant pendant 16 ans. En 2009, ces progrès en matière d’égalité des sexes ont encore progressé avec l’élection de Jóhanna Sigurðardóttir en tant que première femme Premier ministre d’Islande. Désormais, « le système électoral islandais est basé sur la représentation proportionnelle ».

Écart salarial entre les sexes

En 2018, l’Islande a promulgué la loi sur l’égalité de rémunération pour un travail égal. La loi sur l’égalité de statut et de droits sans distinction de sexe prévoit l’égalité de rémunération et l’égalité des conditions d’emploi pour les mêmes emplois ou des emplois de valeur égale. « L’égalité de rémunération signifie que le salaire doit être déterminé de la même manière pour toutes les personnes, quel que soit leur sexe. » La loi stipule que la détermination de la rémunération du travail « n’implique pas de discrimination fondée sur le sexe » et qu’il n’y a aucune restriction imposée aux travailleurs quant à la divulgation de leurs conditions de paiement s’ils le souhaitent. La loi sur l’égalité de rémunération oblige les entreprises à prouver le paiement des employés à des taux égaux pour un travail égal ou à payer une amende de 385 $ par jour.

Congé parental

L’Islande dispose d’un système de congé parental souple et généreux. La loi islandaise sur le congé de maternité/paternité et parental vise à garantir l’accès de l’enfant à ses deux parents et à permettre aux parents de concilier travail et vie de famille. L’Islande a accordé aux femmes islandaises le droit à trois mois de congé parental en 1980. L’Islande a étendu des droits similaires aux hommes huit ans plus tard.

En janvier 2021, l’Islande a étendu le système de congé parental de 10 mois à 12 mois. Les parents peuvent partager la période de congé également entre eux. Chaque parent a droit à six mois chacun et à 80 % de ses revenus s’il travaille à temps plein. La législation sur le congé parental prévoit un congé temporaire d’une durée maximale de 16 semaines jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 8 ans, mais sans rémunération.

Regarder vers l’avant

Les droits des femmes en Islande ont progressé grâce à l’action collective et à la solidarité des défenseurs des droits humains qui contestent et protestent contre le monopole du pouvoir entre les mains des hommes et le pouvoir des hommes sur les femmes. Les femmes islandaises continuent de diriger le changement vers l’égalité des sexes, construisant une société équitable et juste. La loi sur l’égalité de rémunération a renforcé les efforts visant à réduire l’écart salarial. Il est important que l’Islande maintienne cette approche dans ses efforts pour continuer à être la société la plus neutre en matière de genre. À l’avenir, les pays devraient mettre en œuvre des réformes globales pour éliminer toutes les formes de discrimination à l’égard des hommes et des femmes dans la quête de l’égalité des sexes.

Sylvia Eimiho
Photo : Flickr

*

★★★★★