Faible niveau de littératie en santé dans les pays en développement

Faible niveau de littératie en santé dans les pays en développement
Alors que les pays en développement sont souvent confrontés à des problèmes urgents tels que des soins de santé inadéquats, un problème moins évident mais tout aussi menaçant est le faible taux de littératie en santé. Par rapport aux pays développés, les taux de littératie en santé dans les pays en développement sont considérablement bas. Cependant, si la société dans son ensemble s’efforce d’éduquer et de responsabiliser les individus afin qu’ils fassent de meilleurs choix concernant leur santé, la faible littératie en santé, également connue sous le nom de « tueur silencieux », connaîtra une réduction drastique. Voici quelques informations sur la faible littératie en santé dans les pays en développement.

Définir la littératie en santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la littératie en santé comme la capacité d’un individu à comprendre adéquatement les informations sur la santé et à mettre en œuvre ces connaissances dans sa vie quotidienne afin de « maintenir ou d’améliorer la qualité de vie ». Une personne dont la littératie en santé est plus faible est plus susceptible de faire des choix de santé douteux et est moins susceptible de prendre des mesures préventives contre les maladies gérables.

Une littératie en santé limitée est également en corrélation avec des choix de mode de vie malsains, des taux d’hospitalisation accrus et des taux de mortalité plus élevés. Ces impacts montrent clairement comment une littératie en santé inadéquate sert de « tueur silencieux », en particulier dans les pays en développement où ces taux sont très bas.

La situation dans les pays en développement

Les faibles taux de littératie en santé sont liés à des systèmes éducatifs et des systèmes de santé inadéquats, car ces structures ont la responsabilité de relayer l’information sur la santé au grand public. Ainsi, les pays qui ne disposent pas de ces systèmes appropriés sont plus susceptibles d’avoir des niveaux d’éducation sanitaire insuffisants.

Une enquête menée auprès de citoyens adultes à Ispahan, en Iran, indique que près de 80 % des personnes interrogées n’avaient pas suffisamment de connaissances en matière de santé. La plupart des répondants ayant une littératie en santé inadéquate étaient des femmes avec un « statut financier faible » et une éducation limitée. Ces données suggèrent qu’un nombre écrasant de personnes dans les pays en développement manquent d’une éducation sanitaire satisfaisante, en particulier les femmes. Cela s’explique probablement par des problèmes d’égalité des sexes — les femmes n’ont pas accès à l’éducation, aux services essentiels et aux opportunités d’emploi. De plus, la pauvreté affecte de manière disproportionnée les femmes partout dans le monde.

Prendre part

Il existe plusieurs façons d’améliorer les taux de littératie en santé et, par conséquent, d’améliorer la santé mondiale. Il est crucial d’éduquer la population sur sa santé et de lui donner les moyens de gérer efficacement son bien-être. Plusieurs interventions se sont avérées efficaces. En Afrique du Sud, fournir aux individus des brochures informatives mais faciles à lire qui incluent des graphiques améliore l’éducation sanitaire dans le pays. Pendant ce temps, en Chine, les résultats ont déterminé que « la formation périodique des éducateurs en santé est essentielle pour améliorer les connaissances sur la santé » parmi le grand public.

Les médias sont un autre moyen d’améliorer l’éducation à la santé. En Ouganda, « plus d’un sur trois a utilisé Internet pour rechercher des informations sur la santé ». En Iran, les élèves du secondaire ont cité la télévision comme leur source d’information la plus utile sur le VIH/SIDA. En Israël, « un modèle de littératie médiatique en matière de santé (MHL) » a montré un potentiel pour améliorer la littératie en santé chez les jeunes citoyens.

Dans toute l’Asie, l’Asian Health Literacy Association (AHLA) s’efforce de comprendre et d’améliorer les taux de littératie en santé. Cette organisation vise à sensibiliser à cette question « parmi les chercheurs, les responsables, les organisations de santé ainsi que les experts en santé et éducation, les entreprises et les médias » afin de formuler des interventions efficaces pour améliorer ces taux en Asie. AHLA considère cela comme un élément essentiel de l’amélioration de la qualité des soins de santé « et de la réduction des disparités en matière de santé entre les communautés, les groupes et les nations ». À terme, l’AHLA vise à améliorer la santé mondiale, à commencer par l’Asie.

Avancer

L’augmentation des taux de littératie en santé dans les pays en développement est un moyen efficace d’améliorer la santé mondiale et d’éliminer les inégalités. Grâce à des programmes d’éducation, une meilleure communication et des organisations dédiées, ces taux peuvent s’améliorer. En éduquant les individus sur les questions de santé, les gens du monde entier peuvent vivre une meilleure qualité de vie.

– Rivière Simpson
Photo : Flickr

*

★★★★★