Examen du taux de pauvreté à Monaco – The Borgen Project

Taux de pauvreté à Monaco
La marque de fabrique de Monaco est le style de vie somptueux de ses résidents et le prix exorbitant des résidences et des commodités. Pour ces raisons, Monaco est connue comme « le terrain de jeu des milliardaires ». Cette abondance de richesses joue un rôle clé dans le maintien du taux de pauvreté à Monaco, tout comme le manque d’exigences en matière d’impôt sur le revenu dans le pays et la situation économique élevée des résidents du pays.

Une évasion de la fiscalité

En 2022, aucun habitant de Monaco ne vit actuellement en dessous du seuil de pauvreté. Un article de The Insider a confirmé ce taux de pauvreté zéro même en 2019, indiquant que le pays maintient un taux de pauvreté faible/zéro depuis des années.

Le taux de pauvreté zéro de Monaco découle en partie de l’absence d’impôt sur le revenu à Monaco, contrairement à la plupart des autres pays. Cela est particulièrement incitatif pour les millionnaires et les milliardaires, qui doivent payer de lourds impôts sur le revenu chaque année dans la plupart des pays. Des milliardaires notables ont choisi de migrer vers Monaco pour éviter de perdre leurs richesses au fisc, notamment Sir Philip Green et les Barclay Brothers. Le Knight Frank Wealth Report 2019 a révélé que sur une population totale d’environ 38 000 personnes, plus de 12 000 personnes sont millionnaires, ce qui équivaut à plus de 30 %.

L’homme le plus riche du Royaume-Uni, Jim Ratcliffe, a récemment annoncé son déménagement à Monaco. Avant ce déménagement, il était l’un des contribuables individuels les plus élevés du Royaume-Uni. Une majorité des résidents de Monaco ne sont pas réellement de Monaco; sur 38 300 citoyens en 2019, seuls 9 326 étaient effectivement monégasques. Le reste des résidents sont des étrangers, dont beaucoup ont déménagé à Monaco pour échapper à une lourde fiscalité. Cet afflux d’étrangers fortunés joue un rôle monumental dans le maintien du taux de pauvreté monégasque à un niveau bas.

Monaco ne suit pas officiellement les taux de pauvreté car le pays n’a pas de procédures d’imposition sur le revenu, ce qui complique la mesure des revenus par les fonctionnaires, selon l’agence monégasque des statistiques. Les personnes pauvres ne pourraient pas se permettre les prix élevés de l’immobilier à Monaco, c’est pourquoi les résidents de Monaco ne sont que des riches.

La survie des plus riches

Bien qu’il soit difficile pour Monaco de suivre les revenus, le simple prix du logement à Monaco est révélateur du revenu moyen des résidents du pays. En moyenne, une maison à Monaco coûtera 4 560 $ le pied carré, contre 123 $ en moyenne aux États-Unis. Les appartements d’une chambre coûtent au moins 1,6 million de dollars et les appartements de taille moyenne varient de 2,2 millions de dollars à 22,3 millions de dollars. De plus, les penthouses à Monaco se vendent plus de 55 millions de dollars.

Ces prix exorbitants signifient que seuls ceux qui en ont les moyens s’installent à Monaco, dissuadant les personnes les plus démunies de vivre dans le pays. Plus de 48 000 travailleurs monégasques qui ne peuvent pas payer les coûts exorbitants du logement choisissent de vivre en France ou en Italie et se rendent chaque jour sur leur lieu de travail monégasque.

Bien que le taux de pauvreté de Monaco puisse sembler irréaliste, il est le produit d’une planification et d’une exécution minutieuses. Divers facteurs, tels que les prix élevés de l’immobilier et l’absence d’impôt sur le revenu, font de Monaco un havre de paix sans pauvreté.

– Mariam Abaza
Photo : Flickr

*

★★★★★