Examen des droits des femmes aux Maldives

Droits des femmes aux MaldivesCes dernières années, la République des Maldives s’est imposée comme un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure avec un secteur touristique en plein essor. Les îles du pays, réparties sur de nombreux atolls, sont devenues une destination prisée pour les séjours de luxe dans des bungalows sur pilotis. Les visiteurs internationaux fournissent la moitié des revenus des Maldives. Avec des emplois et des opportunités sur des îles non indigènes, les femmes ont abandonné leurs rôles domestiques traditionnels et ont migré vers les zones urbaines pour une plus grande indépendance économique. Cela met en lumière les droits des femmes aux Maldives.

Obstacles aux droits des femmes aux Maldives

La pandémie de COVID-19 a eu des effets considérables sur les citoyens de cette nation insulaire. Le tourisme et les services connexes affectent de manière significative leur mode de vie et leur mode de vie. En 2019, la pauvreté aux Maldives était tombée à 2,1%. En 2020, la Banque mondiale a estimé que les taux de pauvreté atteindraient 7,2 %.

La pandémie a eu un impact sur les droits des femmes aux Maldives de deux manières importantes : 1) les femmes ont subi une perte de revenu plus sévère et 2) les femmes ont signalé une augmentation de la violence sexiste et de la violence domestique.

Les femmes sur le marché du travail

Aux Maldives, qui ont une culture historiquement patriarcale, de nombreuses femmes dépendent de l’emploi informel et des contributions financières des autres pour gagner leur vie. Cela les disqualifie du chômage et d’autres formes d’assistance COVID-19. Bien que de nombreux hommes s’engagent également dans un travail informel, 54% des femmes ont vu leurs revenus baisser pendant la pandémie, contre seulement 40% des hommes.

En raison de la pandémie, de nombreuses femmes non seulement gagnent moins et reçoivent moins de la famille ou des amis, mais sont également incapables de bénéficier d’une aide. Le soutien du gouvernement et la charité restent les seules ressources stables pendant la pandémie. Cependant, les femmes bénéficient en moyenne moins des deux formes d’aide.

Avec le succès économique du tourisme et des domaines connexes, de nombreuses femmes migrent vers la capitale Malé, où les opportunités de travail formel et d’indépendance économique abondent. Pourtant, seulement 59 % des femmes vivent d’un emploi rémunéré contre 70 % des hommes.

Lorsque le virus COVID-19 a commencé à se propager, le tourisme aux Maldives s’est arrêté et les femmes ont été les premières à perdre leur emploi. Alors que l’économie souffrait, le coût de la vie à Malé a obligé de nombreuses personnes à retourner chez elles dans les communautés rurales et à travailler dans le secteur informel. L’implication est que beaucoup de ces femmes ne retourneront peut-être jamais en ville ou dans un emploi formel.

Violence basée sur le genre et violence domestique

COVID-19 a provoqué des tensions financières et des bouleversements dans de nombreux foyers aux Maldives. Dans une enquête d’ONU Femmes, 68% des femmes des Maldives ont signalé une augmentation du stress mental et émotionnel depuis le début de la pandémie. L’étude a identifié des facteurs de stress susceptibles d’inclure la pression économique et l’augmentation de la violence sexiste.

Une augmentation des signalements de violence sexiste et de violence domestique s’est produite après le verrouillage du pays et à nouveau lorsqu’il a levé ses restrictions liées au COVID-19. Pendant le verrouillage, les services sociaux étaient secondaires à la réponse à la pandémie et il y avait également un nombre relativement faible de rapports. Cependant, les cas de violence peuvent être plus élevés. Le confinement et les restrictions placent les femmes concernées dans une proximité constante et étroite avec leurs agresseurs, tandis que le stress financier et les changements de mode de vie aggravent les cas de violence. Aux Maldives, les hommes sont souvent les autorités tandis que les femmes peuvent avoir honte d’avoir signalé des cas de violence sexiste.

Avancer

Malgré ces récents revers, le pays progresse dans l’amélioration des droits des femmes aux Maldives. Les femmes ont fait des progrès vers la parité entre les sexes dans l’éducation et développent un sentiment d’autonomisation grâce à la sécurité financière. La nation a donné l’exemple à d’autres pays avec un ratio égal de garçons et de filles scolarisés et achevant l’école primaire et secondaire.

Le plan d’action stratégique des Maldives pour 2019 à 2023 note la participation économique des femmes, leur représentation au gouvernement, le harcèlement sexuel et la violence domestique comme priorités politiques. Le document de planification reconnaît également que des ressources supplémentaires sont nécessaires pour donner suite à une importante législation sur l’égalité des sexes. Les Maldives l’ont introduit récemment pour remédier à ces disparités.

Au cours de la dernière décennie, le gouvernement maldivien a introduit la législation suivante pour promouvoir les droits des femmes aux Maldives : la loi sur l’égalité des sexes (2016), la loi sur le harcèlement sexuel et la prévention (2014), la loi sur les infractions sexuelles (2014) et la loi sur la violence domestique. Loi (2012).

COVID-19 représente un défi pour l’élan donné aux droits des femmes aux Maldives, mais avec le retour du tourisme international, les attentes ont déterminé que l’économie rebondira. À l’avenir, l’autonomisation économique des femmes devrait rester une priorité pour les Maldives afin de continuer à faire des progrès significatifs en matière d’égalité des sexes.

– Angela Basinger
Photo : Flickr

*

★★★★★