Examen de la traite des êtres humains au Costa Rica

Traite des êtres humains au Costa Rica
Connu comme l’une des destinations de vacances par excellence, le Costa Rica est un lieu de paysages magnifiques, de hauts lieux touristiques et d’une culture animée. Cependant, le Costa Rica doit lutter contre la traite des êtres humains. La traite des êtres humains au Costa Rica est l’un des seuls domaines dans lesquels le pays est en deçà de ses voisins d’Amérique centrale. En ce qui concerne le PIB, le niveau de bonheur, le développement humain et la corruption, le Costa Rica se comporte plutôt bien. Voici un aperçu de la traite des êtres humains au Costa Rica et pourquoi elle est si répandue.

La loi de 2000 sur la protection des victimes de la traite (TVPA)

La Trafficking Victims Protection Act (TVPA) de 2000 aide le gouvernement américain à lutter contre la traite en fournissant les outils nécessaires pour surveiller et combattre la traite dans le monde et aux États-Unis. La loi modifiée autorisait la création du Groupe de travail interinstitutions du Président chargé de surveiller et de combattre la traite des personnes (PITF) ainsi que le rapport sur la traite des personnes (TIP).

Chaque année, le secrétaire d’État soumet un rapport TIP classant une liste de pays nécessitant un examen particulier. Le secrétaire d’État classe chaque pays ou territoire dans l’un des quatre niveaux.

  • Niveau 1: Pays et territoires dont les gouvernements se conforment pleinement aux normes minimales des TVPA.
  • Niveau 2: Les pays et territoires dont les gouvernements ne se conforment pas pleinement aux normes minimales des TVPA, mais qui prennent des mesures importantes pour satisfaire aux exigences.
  • Liste de surveillance de niveau 2: Pays et territoires qui sont au niveau 2 et dont le nombre estimé de victimes de la traite augmente sans prendre de mesures proportionnelles ou le gouvernement du pays ou du territoire et ne pas fournir de preuves suffisantes de l’intensification des efforts de lutte contre la traite des êtres humains depuis l’année précédente
  • Niveau 3: Les pays et territoires qui possèdent des gouvernements qui ne respectent pas pleinement les normes minimales de TVPA et ne font aucun effort pour le faire.

La situation au Costa Rica

En 2020, le Costa Rica était au niveau 2 dans le cadre de la TVPA. Si la traite des êtres humains au Costa Rica ne montre pas de progrès croissants au cours des prochaines années, elle pourrait tomber au niveau 3. Non seulement le niveau 3 signifie-t-il un discrédit international, mais il a de graves conséquences économiques en ce qui concerne l’aide étrangère. Les efforts visant à réduire la traite des êtres humains au Costa Rica comprennent:

  • Augmentation de l’identification des victimes.
  • Enquêter et condamner plus de trafiquants.
  • Faire des affaires de traite des êtres humains l’une de ses principales priorités.
  • Utiliser un pourcentage plus élevé de son budget anti-traite.

Recommandations prioritaires pour le gouvernement du Costa Rica

Bien que ces mesures prises par le gouvernement du Costa Rica soient importantes, le pays est en retard dans certains domaines. Le rapport TIP pour le Costa Rica comprend des «recommandations prioritaires». Voici quelques recommandations que le Costa Rica pourrait entreprendre:

  • Augmenter la formation à la lutte contre la traite des policiers, des procureurs et des juges.
  • Intensifier les efforts d’enquête pour poursuivre les infractions de traite.
  • Financer et mettre en œuvre un plan d’action judiciaire pour les enquêtes et les poursuites.
  • Coordonner avec la société civile pour accroître l’identification des victimes.
  • Réduire le nombre d’affaires de traite qui connaissent un arriéré dans le système judiciaire.
  • Renforcer les efforts pour condamner les enfants touristes sexuels.

Facteurs de la traite des êtres humains au Costa Rica

En raison d’un manque de ressources et d’opportunités d’emploi, les inégalités systématiques et la pauvreté sont le plus souvent liées à la traite des êtres humains. Même si le Costa Rica fait partie des pays les moins pauvres d’Amérique latine et des Caraïbes, il n’a pas connu beaucoup de croissance économique depuis 2010 et environ 21% de sa population vit dans la pauvreté.

Les lois sur la prostitution sont un autre facteur contribuant à la traite des êtres humains au Costa Rica. Bien que la facilitation et la promotion de la prostitution soient illégales, l’acte de prostitution n’est pas un crime. Cela rend le Costa Rica réputé en tant que destination de tourisme sexuel. C’est la première destination d’Amérique centrale pour le tourisme sexuel. La légalité de la prostitution facilite la corruption en ce qui concerne la traite des mineurs et rend les établissements sexuels plus accessibles.

Derrière la drogue, le trafic d’êtres humains est la deuxième industrie illégale la plus rentable. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les bénéfices de la traite des êtres humains sont d’environ 150 milliards de dollars par an. Les revenus élevés de l’industrie sont un autre facteur qui favorise la traite des êtres humains au Costa Rica.

Il existe également des facteurs culturels qui affectent la traite des êtres humains au Costa Rica. Par exemple, le Costa Rica a une forte présence de masculinité. En conséquence, de nombreux hommes au Costa Rica considèrent les femmes comme des objets sexuels. Des facteurs tels que les opinions sexospécifiques traditionnelles, le harcèlement sexuel et la violence domestique renforcent l’inégalité systématique au Costa Rica et exposent les femmes à un plus grand risque d’exploitation.

Prendre part

Plusieurs institutions se coordonnent pour prévenir la traite des êtres humains au Costa Rica. La Coalition nationale contre le trafic illicite et le trafic de migrants (CONATT) coordonne l’assistance à court et à long terme aux victimes de la traite sous forme d’abris, de nourriture et de soins médicaux. Présidé par l’Autorité des migrations, le CONATT comprend 22 institutions publiques, des ONG clés et des organisations internationales. Ils se réunissent périodiquement pour examiner la progression dans des domaines tels que la recherche, la prévention, la protection et les poursuites. Ils agissent pour sensibiliser à travers des ateliers, des foires, des publicités et des formations sur la manière d’identifier et de prévenir la traite. Au fur et à mesure que ces mesures de prévention se poursuivent, le Costa Rica pourrait être en voie de se placer au niveau 1 dans le cadre de la TVPA.

– Addison Franklin
Photo: Flickr

*

★★★★★