Envenimation par morsure de serpent en Inde – Le projet Borgen

Envenimation par morsure de serpent en IndeL’Inde est le premier pays en matière d’envenimation des serpents, avec environ 60 000 personnes mordues chaque année. De nombreux travailleurs agricoles indiens sont spécifiquement plus touchés que le reste de la population. Les pratiques courantes telles que travailler pieds nus lors de la récolte et de la plantation dans les champs augmentent les risques de morsure. D’autres causes d’envenimation proviennent des conditions de vie dans les régions en développement du pays. Des conditions de vie dangereuses, des toilettes extérieures et des conditions de sommeil sous-optimales peuvent également inviter les visiteurs indésirables.

Absence de traitement

L’envenimation par morsure de serpent en Inde peut entraîner des complications à long terme chez les victimes telles que des malformations, une déficience visuelle, des complications rénales, une détresse psychologique, des amputations et même la mort. Environ 46 900 personnes meurent chaque année des suites de morsures de serpent venimeux en Inde. Ces chiffres sont colossaux, surtout si on les compare à des pays comme les États-Unis et l’Australie, qui signalent chaque année 10 à 12 décès dus à des morsures de serpent venimeux.

La plupart des décès dus à des morsures de serpents venimeux sont évitables et peuvent être atténués grâce à la sensibilisation de la communauté. Malheureusement, très peu de cas d’envenimation par morsure de serpent en Inde de 2000 à 2019 ont été traités par les hôpitaux publics. Les guérisseurs traditionnels sont ceux qui examinent souvent les patients mordus par un serpent. Les morsures de serpent sont probablement la maladie tropicale la plus négligée selon Protocoles d’étude pour connaître l’incidence des morsures de serpent.

Les morsures de serpent ne reçoivent généralement pas les soins et le traitement appropriés, car elles sont considérées comme une « maladie du pauvre », infligeant principalement des agriculteurs pauvres et leurs familles dans les villages ruraux, a déclaré Kempaiah Kemparaju, biochimiste à l’Université de Mysore en Inde qui étudie le venin de serpent. Nature.com.

Études de recherche

Le registraire général de l’Inde (RGI) supervise la plus grande étude au monde sur la mortalité en Inde due aux morsures de serpent. L’étude explique des données réelles sur les cas de morsures de serpent, la mortalité, le nombre de décès et l’impact socio-économique des morsures de serpent. Cette étude permettra de mieux comprendre et réglementer le contrôle des anti-venins et le protocole de leur distribution dans un pays. L’étude affirme. « L’épidémiologie et les données économiques sur les morsures de serpent [are] également essentiel pour le plaidoyer, la reconnaissance et l’allocation de fonds par le gouvernement pour l’atténuation des morsures de serpent en Inde.

Dernières pensées

Il est plutôt peu coûteux et économique de faire connaître les meilleures pratiques aux personnes les plus exposées au risque d’envenimation par les serpents. Christian Medical College (CMC) possède un centre antipoison situé à Vellore, dans le sud de l’Inde. Le centre offre des ressources aux communautés villageoises environnantes pour prévenir l’envenimation par morsure de serpent en Inde et effectuer les premiers secours. Une équipe d’infirmières éducatrices, de stagiaires en médecine et de médecins visitent les maisons des villages de patients et évaluent les facteurs qui augmentent les risques de rencontrer une morsure de serpent. C’est l’occasion de fournir au village des informations importantes sur la façon d’éviter les morsures de serpent.

Le CMC organise également une réunion annuelle des survivants des morsures de serpent où les survivants peuvent apprendre de leurs pairs et de leurs expériences personnelles. Depuis 2019, la réunion se déroule virtuellement, permettant ainsi à des personnes de toute l’Inde de pouvoir y participer.

– Kiara Finch
Photo : Flickr

*

★★★★★