Enfants soldats en Afghanistan – Le projet Borgen

Enfants soldats en Afghanistan
Depuis que les talibans ont renversé le gouvernement central afghan en 2021, le pays a connu une augmentation des violations des droits humains telles que le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats en Afghanistan.

Montée des talibans

Les talibans, qui signifient « étudiants » en pashto, sont un mouvement politico-religieux conservateur fondé dans les années 90 au milieu de la guerre afghane qui a duré de 1978 à 1992. Le groupe est né d’un modeste groupe d’érudits et d’étudiants religieux dont le but était de lutter contre le crime et la corruption en Afghanistan. Après avoir déposé le gouvernement parrainé par les Soviétiques, le groupe a continué à établir l’Émirat islamique d’Afghanistan et à instituer une loi islamique rigide ayant un impact significatif sur les moyens de subsistance des femmes, les minorités religieuses et les opposants politiques.

Crise humanitaire actuelle en Afghanistan

Le 15 août 2021, les talibans ont lancé leur campagne pour prendre le contrôle de la capitale afghane, Kaboul. Peu de temps après l’assaut initial du 7 septembre 2021, le groupe fondamentaliste islamique s’est déclaré gouvernement intérimaire sans communiquer ses plans pour établir un nouveau gouvernement central. Depuis la prise de pouvoir hostile, l’ONU a observé des violations croissantes des droits de l’homme, notamment une censure forcée des journalistes et des manifestants, une régression des droits des femmes, une aggravation des conditions socio-économiques, une augmentation des mariages d’enfants et le recrutement d’enfants soldats.

Enfants soldats

Le rapport du Département d’État américain sur la traite des personnes (TIP) identifie la capacité d’un État à lutter contre la traite des êtres humains et à évaluer la mise en œuvre d’enfants soldats. Le Département d’État a désigné l’Afghanistan comme un pays de « niveau 3 », indiquant l’absence de signalement des cas de traite et l’absence d’efforts sérieux de réduction.

L’utilisation d’enfants soldats en Afghanistan n’est pas un phénomène nouveau. Avant l’insurrection, le gouvernement afghan s’est efforcé de lutter contre les symptômes de la traite en élaborant des programmes de sensibilisation pour préparer les fonctionnaires à répondre à de tels cas. Entre avril 2020 et mars 2021, par le biais d’unités de protection de l’enfance (CPU) sanctionnées par le gouvernement, les autorités afghanes ont contrecarré le recrutement de plus de 5 000 enfants dans des groupes et programmes gouvernementaux armés et en ont identifié 20 au sein de l’armée.

Cependant, les effets de la prise de contrôle par les talibans et la pandémie de COVID-19 ont entravé la capacité de l’État à protéger, maintenir ou contrer les menaces aux libertés civiles, y compris l’utilisation d’enfants dans la milice. Avant et après l’insurrection du 15 août 2021, les talibans ont continué à utiliser illégalement des enfants soldats dans des rôles combatifs tels que la pose et l’allumage d’engins piégés, la réalisation d’attentats suicides, le transport d’armes, la garde et l’espionnage. Les talibans ont cessé d’enquêter, de poursuivre ou de prévenir les cas de traite ou de recrutement. Les forces insurgées continuent d’éliminer les abris et les services de protection pour les victimes, ce qui rend la population plus vulnérable.

Sans une infrastructure ou une agence centralisée pour fournir des services, les enfants afghans sont plus susceptibles d’être recrutés et trafiqués. Les talibans ont rendu les ONG opérant en Afghanistan inutiles car le groupe a imposé des restrictions paralysantes sur l’aide humanitaire, saccagé les quelques abris restants et menacé le personnel humanitaire. Les talibans ont recruté des enfants en Afghanistan dans des madrassas ou des écoles religieuses. Les enfants sont endoctrinés et préparés à se battre en échange d’une protection. De plus, les talibans ciblent également les enfants des régions rurales les plus pauvres d’Afghanistan, illustrant le rôle de la pauvreté dans l’assimilation des enfants dans les forces armées. Les jeunes garçons vivant dans des conditions économiques difficiles voient la lutte comme un moyen d’avoir une vie meilleure. Malheureusement, c’est rarement le cas.

La route à suivre

Cela fait un an que le gouvernement central afghan s’est effondré et les conditions au sein de l’État restent préoccupantes. Sans services de protection et de prévention appropriés, les enfants, les femmes et les filles restent les plus vulnérables d’Afghanistan. L’ONU a documenté des centaines de violations des droits humains contre des enfants ainsi qu’une augmentation des attaques contre des écoles, des hôpitaux et des abris humanitaires. La présence des talibans continue d’exacerber la détérioration des systèmes socio-économiques, la pauvreté et l’insécurité alimentaire en Afghanistan, augmentant ainsi la présence d’enfants soldats dans leurs rangs.

La présence continue des talibans en Afghanistan et les effets persistants de la pandémie de COVID-19 restent la plus grande menace pour le bien-être des citoyens afghans. Des milliers d’enfants restent dans les rangs des talibans, servant dans des rôles de combat dangereux. Alors que l’ONU et les ONG demandent une aide humanitaire d’urgence, l’espoir demeure d’une diminution du nombre d’enfants devenant des enfants soldats en Afghanistan.

– Ricardo Silva
Photo : Flickr

*

★★★★★