Efforts pour réformer et décoloniser l’aide mondiale

Décoloniser l'aide
De nombreux militants qui croient en la décolonisation de l’aide affirment que le système d’aide mondial a ses racines dans un cadre colonialiste. C’est peut-être la raison pour laquelle les efforts humanitaires se manifestent parfois de manière défavorable, sous des formes telles que l’inégalité raciale. L’effort de décolonisation de l’aide signifie principalement allouer plus d’argent, de reconnaissance et de pouvoir aux efforts localisés et aux organisations de base au sein des communautés touchées.

Inégalités au sein du développement mondial et de l’aide

De nombreux militants ont mis en lumière les disparités raciales au sein du système d’aide. L’activiste Kennedy Odede affirme que par rapport aux institutions dirigées par des Blancs, un financement limité restreint les fondateurs noirs et leurs organisations. Odede cite des recherches qui Vert écho et Bridgespan menée et dit que les organisations dirigées par des Noirs ont des actifs nets sans restriction qui sont «76 % plus petit que leurs homologues à tête blanche. Degan Ali est un activiste africain et un leader humanitaire qui croit que le système d’aide actuel est enraciné dans les « hiérarchies coloniales du passé ». Comme effet, « l’ONU et les ONG internationales… qui sont majoritairement des Occidentaux et des Blancs pour la plupart » dominent l’aide mondiale.

Les gouvernements des pays du Sud et les communautés locales de couleur manquent de représentation dans les institutions dominantes et sont donc largement absents de la prise de décision. Odede souligne également que ces institutions dirigées par des Blancs sont en grande partie responsables de façonner « le développement et l’entrepreneuriat social » des communautés africaines. Ali affirme que certaines organisations et agences « monopolisant les projecteurs » éclipsent les efforts locaux et les réponses aux crises « que les communautés touchées entreprennent ». En conséquence, Odede cite également que « seulement 3% de tous les financements humanitaires vont aux ONG locales et nationales » en Afrique.

Hiérarchies coloniales et bénéficiaires de l’aide

Tout comme les « hiérarchies coloniales » au sein de l’aide mondiale se manifestent par une inégalité raciale dans le financement et la représentation, elles peuvent également entretenir efficacement l’image du « bénéficiaire passif » de l’aide, qui est traditionnellement comprise comme les pays à faible revenu du Sud. Ali et d’autres militants pensent que pour s’éloigner de l’image de « bénéficiaire passif », les communautés locales des pays du Sud qui sont les destinataires prévus de l’aide doivent plutôt être responsabilisées en tant qu’agents actifs dans l’effort de développement. Les organisations de base et les dirigeants communautaires peuvent certainement bénéficier de la valeur d’être des délégataires viables de l’aide, ce qui inclut la prise de décisions sur l’investissement et l’allocation des ressources. L’implication des communautés et des dirigeants locaux pourrait améliorer l’efficacité et l’efficience de l’aide. En effet, les communautés elles-mêmes ont une meilleure compréhension du type d’aide qu’elles pourraient trouver bénéfique.

Organisations locales et locales au Kenya

Incarnant l’importance de la localisation et de l’aide communautaire, Degan Ali est l’un des nombreux pionniers cruciaux travaillant à décoloniser l’aide. Ali est le Directeur exécutif d’Adeso, une ONG à but non lucratif basée au Kenya qui entend soutenir les communautés africaines en fournissant des sources directes et localisées de développement. Adeso a été la première organisation à fournir à la Somalie des bons d’achat en espèces en 2002 et Ali affirme que cette décision est venue d’une profonde compréhension de l’économie locale et des besoins des communautés pendant graves sécheresses en Somalie.

Kennedy Odede est un autre activiste humanitaire qui croit en l’importance du changement communautaire. Odede est le fondateur et PDG du plus grand mouvement populaire du Kenya, Shining Hope for Communities (SHOFCO). SHOFCO met l’accent sur les résidents urbains du Kenya, et c’est une organisation de base qui illustre la puissance des efforts d’aide localisés. Grâce à l’action collective et à l’organisation communautaire, SHOFCO a un impact direct et autonomise 50 sites pauvres au Kenya, dont 17 bidonvilles urbains. L’organisation a développé le Réseau urbain SHOFCO (SUN) plateforme d’organisation qui donne la priorité au développement mené par la communauté en travaillant en étroite collaboration avec les dirigeants locaux situés dans chacun de leurs sites ciblés au Kenya. Grâce à SUN, l’organisation a pu fournir aux résidents urbains « plus que le [Kenyan] le gouvernement pourrait gérer » pendant la pandémie de COVID-19 ; cela comprenait la distribution de secours alimentaires, de masques et de désinfectants et « l’installation de centaines de stations de lavage des mains qui ont atteint plus de 2,5 millions de personnes ».

Le grand compromis de l’ONU

Degan Ali a également établi un objectif mondial de 20 % de localisation, ce qui signifie que 20 % de tous les financements fournis par les agences humanitaires et d’aide étrangère profitent directement aux communautés locales. Le plaidoyer d’Ali « a évolué vers l’engagement du Grand Bargain de 25% de l’ONU » en 2016. Cet accord a été établi « entre certains des plus grands donateurs et organisations humanitaires ». et a fait pression pour que 25% de tous les financements humanitaires soient «alloués aux intervenants locaux et nationaux d’ici 2020». Cet engagement, qu’il soit explicitement intentionnel ou non, s’inscrit dans le cadre de l’effort de décolonisation de l’aide en faisant avancer l’agenda de la localisation.

Signataires (donateurs et organisations) comprennent « 25 États membres, 23 ONG, 12 agences des Nations Unies, deux mouvements de la Croix-Rouge et deux organisations intergouvernementales ». En 2020, 13 des 63 signataires « ont alloué 25 % ou plus de leurs fonds humanitaires aux intervenants nationaux/locaux aussi directement que possible ». Une nouvelle structure pour un Grande affaire 2.0 a été finalisé en 2021 et prétend défendre deux priorités en matière d’aide humanitaire. L’une des principales priorités consiste à fournir «un plus grand soutien… pour le leadership, la prestation et la capacité des intervenants locaux et la participation des communautés touchées».

Regarder vers l’avant

De nombreux militants et organisations de base travaillent à une solution meilleure et plus équitable à l’aide humanitaire – une solution qui implique un financement et un soutien accrus pour les efforts localisés. Les militants espèrent promouvoir un nouveau système qui coïncide avec un mouvement mondial de décolonisation de l’aide. La décolonisation de l’aide par la localisation a la capacité de mieux lutter contre la pauvreté et d’autres crises en favorisant une plus grande autonomie au sein des communautés et en répondant directement à leurs besoins préférés.

–Ashley Kim
Photo : Flickr

*

★★★★★