Efforts internationaux pour développer la production de vaccins contre le COVID-19 en Afrique

Production de vaccins COVID-19 en Afrique
Les pays à faible revenu ont été confrontés à des taux de vaccination contre le COVID-19 extrêmement disproportionnés par rapport aux pays à revenu plus élevé du monde. Les « pays à revenu élevé ou à revenu intermédiaire de la tranche supérieure » ​​ont reçu
plus de 87% des vaccins administrés dans le monde et les pays à faible revenu n’en ont reçu que 0,2 %. Dans le monde, plus de 700 millions de doses de vaccin COVID-19 ont été administrées. Des rapports ont déclaré que 25 % des 700 millions de doses administrées sont allées « dans les bras des Américains ». D’autre part, l’Afrique a le taux de vaccination le plus bas de n’importe quel continent du monde. Seuls 11% de l’ensemble du continent africain ont reçu des doses du vaccin COVID-19 et 5 % ont reçu les deux doses. Avec une population d’environ 1,3 milliard d’habitants, la solution au faible taux de vaccination du continent pourrait passer par le développement de la capacité de production du vaccin COVID-19 en Afrique.

La solution

Les États-Unis sont l’un des nombreux pays qui ont offert leur soutien à l’effort de vaccination en Afrique. En novembre 2021, les États-Unis ont livré plus de 60 millions de doses de vaccin aux pays africains. Malgré l’aide extérieure, la majorité de la population africaine reste toujours sans sa première dose. Une source affirme que « le manque de fabrication est l’une des raisons pour lesquelles seul 11% de la population du continent ont été entièrement vaccinés. Jusqu’à présent, 99% des vaccins distribués en Afrique provenaient de l’extérieur du continent. Avec un taux de vaccination aussi faible, l’Afrique fait face à des pressions pour développer la fabrication de vaccins chez elle. De nombreux efforts internationaux ont été déployés pour aider à relever ce défi. Les gouvernements, les organisations internationales et les entreprises privées offrent des fonds et d’autres ressources pour soutenir le développement de la production de vaccins contre la COVID-19 en Afrique.

Financement des États-Unis et d’autres pays

En juillet 2021, la Société américaine de financement du développement international (DFC) a approuvé un Subvention de 3,3 millions de dollars pour aider à développer « un hub de production de vaccins qui desservira le Sénégal » et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. L’argent est une « subvention d’assistance technique » pour Fondation Institut Pasteur de Dakar (IPD), un fabricant de vaccins sénégalais, selon International Development Finance Corporation. Le DFC s’associerait à l’USAID et « recevrait [additional] des subventions de la Société financière internationale (SFI), de l’Agence française de développement, de l’AFD et de la Banque européenne d’investissement (BEI). Cette subvention vise à étendre la capacité de production de vaccins d’IPD et à promouvoir le développement d’un pôle de production dans la région ouest-africaine.

En juin 2021, le gouvernement américain s’est associé aux gouvernements français et allemand, investissant 700 millions de dollars dans Aspen Pharmacare Holdings Limited, la plus grande société pharmaceutique d’Afrique du Sud. Cet investissement entend soutenir la société sud-africaine « produire jusqu’à 500 millions de doses » du vaccin Johnson & Johnson d’ici 2022.

Centre de transfert de technologie de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique du Sud

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé l’ouverture d’un pôle de transfert de technologie en Afrique du Sud en juin 2021. Il a créé ce centre pour soutenir «les pays à revenu faible et intermédiaire… produisent des vaccins à ARNm» en fournissant des connaissances techniques et d’autres ressources, telles que «une formation et un soutien financier». La création de ce hub aide directement les pays africains à obtenir le « capital humain nécessaire » pour produire des vaccins chez eux. Le centre de transfert de technologie « est situé à Afrigen, Cape Town, Afrique du Sud » et la recherche utilisée sera partagée avec les fabricants locaux. Dans des nouvelles récentes, les chercheurs d’un fabricant local, Afrigen Biologics and Vaccines, ont réussi à produire de « très petites quantités » d’un vaccin COVID-19 « sur la base des données de Moderna ».

Droits de propriété intellectuelle (PI)

Afrigen Biologics and Vaccines a pu produire sa propre version du vaccin après que l’OMS « leur ait conseillé de copier le vaccin de Moderna en partie parce que la société… a déclaré qu’elle n’appliquerait pas ses brevets COVID-19 pendant la pandémie ». Conformément à la déclaration de Moderna, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) discuterait d’un accord qui « renoncerait aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins et les traitements COVID-19 pendant la pandémie ». Cette dérogation sera cruciale pour les pays qui « manquent de fabrication et de recherche de vaccins » en leur fournissant les outils nécessaires pour immuniser un plus grand nombre de personnes.

L’Inde et l’Afrique du Sud ont initié cet accord et il a reçu le soutien de plus de 100 pays, dont l’OMS et l’ONUSIDA. Si cette dérogation se concrétise, elle permettra aux pays à faible revenu et à faible taux de vaccination, comme de nombreuses régions d’Afrique, de produire potentiellement les leurs et de distribuer un nombre beaucoup plus important de doses. En mai 2021, les États-Unis, la Russie et la Chine ont tous émis leur soutien à une dérogation à la propriété intellectuelle sur les vaccins COVID-19.

De grandes entreprises pharmaceutiques construisent des installations en Afrique

En outre, quelques grandes sociétés pharmaceutiques ont accepté de construire des usines de fabrication dans différentes régions d’Afrique. Des entreprises telles que BioNTech et Moderna ont récemment fait des progrès pour soutenir la production de vaccins contre le COVID-19 en Afrique. La société allemande BioNTech a travaillé avec la société américaine Pfizer pour produire son vaccin à ARNm et a annoncé son intention de construire des installations de production de vaccins au Rwanda et au Sénégal. En mars 2022, Moderna a signé un accord avec le gouvernement kenyan. Le plan est de construire une usine de fabrication de vaccins dans le pays, qui sera la première usine de Moderna en Afrique. La société de biotechnologie a également déclaré que son objectif historique est de « produire jusqu’à 500 millions de doses de vaccins par an » qui iront spécifiquement au continent africain.

Investissements de la Banque Africaine de Développement (BAD)

Pour offrir davantage de soutien à la production de vaccins contre le COVID-19 en Afrique, la Banque africaine de développement a annoncé « son intention d’investir jusqu’à 3 milliards de dollars pour soutenir l’industrie pharmaceutique sur 10 ans ». Il a déclaré que les fonds iront à l’amélioration des transports et des infrastructures, à la réglementation des médicaments et à la fabrication de produits pharmaceutiques (qui comprend les vaccins). De plus, les États membres de l’Union africaine se sont engagés à produire 60 % des « vaccins couramment utilisés » chez eux au cours des 20 prochaines années.

–Ashley Kim

Photo : Flickr

*

★★★★★