Écrire des lettres n’est pas pratique – et c’est une bonne chose!

Femme portant une robe rose et un couvre-chef.  Elle est assise devant une fenêtre de sa maison et écrit une lettre à son parrain.

Si je vous disais d’écrire à la main et d’envoyer une lettre dès maintenant, que devriez-vous faire? Tout d’abord, trouvez un morceau de papier. Et pas seulement arraché d’un cahier – je parle des bonnes choses. Papeterie ou carte de vœux de préférence. De plus, vous avez besoin d’un stylo. Le premier que vous prenez est un bon marché de la banque qui ne fonctionne plus. Mais au fond de votre sac à main, vous trouvez enfin l’un des bons.

Et puis il faut trouver une enveloppe. Ensuite, cherchez un timbre. Et puis Google combien il en coûte même d’envoyer une lettre parce que tout ce que vous pouvez trouver, ce sont des timbres avec des rennes sur eux, il y a six Noëls.

Tout cela et vous n’avez même pas encore commencé à écrire!

En résumé, écrire une lettre n’est pas pratique. Mais c’est ce qui le rend si beau. Vous déranger peut être un cadeau pour l’enfant que vous parrainez. Et cela peut aussi être un cadeau pour vous.

Chaque fois que j’écris une lettre, j’envoie le message «Je tiens à toi». Je me soucie suffisamment de trouver le papier et le stylo (ou de démarrer mon ordinateur et de choisir le papier à lettres parfait si j’écris en ligne) et de vous écrire et de vous envoyer une lettre. Je me soucie suffisamment de toi pour sacrifier mon temps et mes pensées. Je me soucie suffisamment de faire une pause et de penser à vous – seulement à vous – pendant quelques instants. Et quel beau cadeau c’est!

Fille vêtue d'une robe à motifs violets et orange.  Elle est assise sur une chaise en plastique bleu devant chez elle et tient une lettre de son parrain.

Et écrire une lettre est aussi un cadeau pour moi. Cela m’oblige à ralentir. Respirer profondément. Pensez à cet enfant à qui j’écris. Prie pour elle. Posez-lui des questions auxquelles elle ne répondra peut-être jamais juste pour qu’elle sache que je veux en savoir plus sur elle.

Quand je m’assois et que j’écris une lettre, je combat toutes les distractions autour de moi. Mon émission de télévision préférée ou cette charge de linge peut être tentante, mais je dois me rappeler qu’en quelques minutes, je peux m’arrêter, prendre mon stylo et dire à un enfant en situation de pauvreté qu’il importe.

C’est pourquoi, une fois par mois, j’adresse une pile d’enveloppes et je les mets là où je les verrai tous les jours sur le coin de mon bureau. Certains appartiennent à des membres de la famille qui se sentent seuls et isolés. D’autres sont à des amis qui vivent trop loin. Et au moins un est à l’un des enfants que je parraine. J’attache un trombone à ces enveloppes, je cherche des timbres (heureusement, l’enveloppe Compassion est affranchie!) Et je mets mon stylo préféré sur le dessus de la pile.

Et tout au long du mois, une fois par semaine environ, je me dérange. Je ralentis. Je prie pour cette personne et j’essaie de partager des paroles de vérité et d’encouragement. Et quand je l’envoie, je sens un poids soulevé.

Le désagrément, mes amis, est un tel cadeau.

Voulez-vous vous joindre à moi pour écrire l’enfant que vous parrainez ce mois-ci? Faites-leur savoir que vous pensez à eux et que vous vous souciez d’eux, surtout en cette année de difficultés et d’isolement!

*

★★★★★