Désertification et agriculture au Sahel

L'agriculture au Sahel
La désertification est un problème auquel les habitants de la région du Sahel sont confrontés depuis de nombreuses années. La désertification se produit lorsque des zones de terres viables pour l’agriculture s’assèchent et sont absorbées ou transformées en un climat plus désertique. La région du Sahel s’étend sur 10 pays africains dont le Burkina Faso, le Tchad et le Cameroun. La région du Sahel a perdu des millions d’hectares de terres agricoles facilement accessibles dans le désert, créant ainsi une insécurité alimentaire et une perte de revenus pour des milliers, voire des millions, dans la région.

L’impact de la désertification

La désertification est le terme officiel désignant le processus par lequel des terres fertiles, généralement situées dans une zone aride, semi-aride ou subhumide, perdent suffisamment d’humidité pour être classées comme terres désertiques ou terres arides. Les terres arides représentent 40 % de la surface émergée de la planète. Selon les Nations Unies, le taux de dégradation dans les zones sensibles à la désertification a été multiplié par 30 par rapport aux années précédentes. L’augmentation de l’activité humaine et le manque de précipitations pendant de longues périodes sont les principales causes de la désertification des terres arides. Les terres désertifiées représentent officiellement 10% de la surface terrestre de la Terre. De nombreuses familles vivant dans des zones menacées de désertification dépendent de l’agriculture pour leur revenu. Mais, à mesure que la terre s’assèche, l’agriculture devient impossible.

La désertification frappe certaines des populations les plus vulnérables car elle enlève des sources de revenus. Les terres désertifiées ne peuvent ni cultiver ni fournir la nourriture ou les terres nécessaires au bétail. La terre que certains convoitaient autrefois pour l’agriculture ne peut plus retenir l’eau. Les revenus que l’agriculture et l’élevage sur des terres désertifiées procuraient autrefois n’existent plus.

L’agriculture dans la région du Sahel

La région du Sahel est officiellement un climat semi-aride, ce qui rend l’agriculture difficile. Les grandes entreprises n’organisent généralement pas l’agriculture dans la région du Sahel. Au lieu de cela, l’agriculture est familiale ou communautaire et fournit immédiatement de la nourriture aux propriétaires et aux exploitants des fermes. Il y a peu de nourriture ou de bétail échangé ailleurs pour gagner un revenu. De plus, il existe peu ou pas d’infrastructures développées permettant aux communautés de développer une agriculture commerciale.

L’agriculture dans la région du Sahel ne fournit pas beaucoup de revenus et n’est pas non plus située dans une zone aux économies bien classées ou florissantes. Cependant, au cours de nombreuses années passées, il a contribué à au moins 45 % du produit intérieur brut de chaque région. De nombreux pays de la région du Sahel emploient la majorité de leur main-d’œuvre dans le secteur agricole. Dans la moitié des pays de la région du Sahel, les taux de pauvreté atteignent 40 %. Par conséquent, le revenu des agriculteurs de la région du Sahel est vital.

Au Tchad, les agriculteurs gagnent en moyenne 253 dollars par mois. Les agriculteurs maliens gagnent moins que les agriculteurs tchadiens, avec un revenu mensuel moyen de 169 dollars. Les agriculteurs sénégalais gagnent environ 173 dollars par mois. Ces agriculteurs gagnent assez pour subvenir à leurs besoins, mais il y a rarement de l’argent supplémentaire à faire circuler dans l’économie locale.

Comment améliorer l’agriculture dans la région du Sahel

L’agriculture dans la région du Sahel est une course contre la montre alors que la région fait face à la désertification. Des organisations telles que Context Global (CGD) investissent dans de petites exploitations pour apporter une croissance économique et des améliorations aux communautés agricoles de la région du Sahel. CGD le fait en créant des liens internationaux entre les fermes. CGD établit des liens commerciaux sans exiger l’adhésion à une organisation globale afin que les fermes puissent conserver leur indépendance et acquérir plus d’expérience pour faire progresser leurs opérations et leurs revenus.

Dans les terres désertifiées, cependant, l’agriculture est incroyablement difficile. Pour lutter contre la désertification, il existe un nouvel outil agricole appelé la charrue Delfino. La charrue redonne vie au sol. Cette charrue, notamment, peut couvrir un minimum de 10 hectares par jour pour revitaliser la terre. Au fur et à mesure que la charrue se déplace le long des terres agricoles, elle injecte profondément dans le sol des graines riches en vitamines pour permettre au sol de maintenir la vie. Au fur et à mesure que les nutriments s’infiltrent dans le sol, il peut revenir à son état d’origine et soutenir de plus en plus de cultures.

Créer des opportunités

Plus les fermes sont capables de produire de cultures, plus elles peuvent gagner et fournir à leurs propriétaires fonciers et à leurs communautés. La terre ramenée à la vie permet également aux agriculteurs d’économiser de l’argent. S’ils peuvent cultiver du foin au lieu de l’acheter, les agriculteurs économisent de l’argent qu’ils peuvent ensuite dépenser pour d’autres nécessités agricoles. Grâce aux efforts d’organisations telles que CGD et d’outils tels que la charrue Delfino, les agriculteurs auront la possibilité d’étendre leurs activités agricoles et d’augmenter leurs revenus immédiats tout en épargnant pour l’avenir.

– Clara Mulvihill
Photo : Flickr

*

★★★★★