Dépêches de Za’atari alors que le monde évolue: partie 1

Après sept ans, le camp de Za’atari, à Mafraq, en Jordanie, continue de susciter de profondes émotions. Le monde a cessé de parler de cet endroit et des 80 000 personnes qui y vivent aujourd'hui.

Un paysage de tentes a maintenant été remplacé par des conteneurs en acier, certains gris uni et certains peints de couleurs vives. Bien que certaines routes soient maintenant pavées, les seules voitures de ce camp sont celles des agences d'aide. Les réfugiés font du vélo ou marchent partout. On me dit que certaines mères n’envoient pas leurs enfants de 3 ans dans les jardins d’enfants car elles vivent dans des quartiers tellement éloignés du centre le plus proche qu’il faut une heure et demie pour y aller à pied.

C’est mon premier été à Za’atari et le soleil me brûle la peau. Je commence à me demander ce que ça doit être d'avoir à marcher des dizaines de kilomètres ou dormir sans climatiseurs dans la chaleur étouffante. Le «Sham-Elysees» – un jeu sur les mots «Sham» signifiant «Damas» et les «Champs-Élysées» en France – est toujours la rue commerçante animée qui a émergé de manière informelle il y a quelques années, alors que les familles ont commencé à chercher des sources de revenu un, et deux, et trois ans dans la vie dans ce camp fermé.

Au début de la crise syrienne, le monde a réagi avec ferveur et des millions de dollars d’aide ont été acheminés vers le camp de Za’atari. Des centres communautaires, des dispensaires, des écoles, des réservoirs d'eau et des mosquées ont vu le jour, destinés à servir temporairement la population alors que les réfugiés attendaient que le conflit se calme avant de rentrer chez eux en toute sécurité. Aujourd'hui, sept ans plus tard, le monde est plus silencieux à propos de Za’atari. Les familles, dont la majorité viennent de Dara’a et de Quneitra près de la frontière sud de la Syrie et dont quelques-unes sont de la Ghouta orientale, espèrent toujours qu’elles reviendront un jour.

Et pourtant, la positivité et l'optimisme qui émane de chaque personne que vous rencontrez à Za’atari, et l'hospitalité que vous rencontrez de ces familles qui ont à peine de quoi nourrir tous leurs enfants pour la journée, sont remarquables. C'est émouvant de voir des enfants nés dans le camp et qui ne connaissent rien d'autre que ce camp chanter des chansons sur la Syrie. C'est émotionnel alors que nous traversons le camp en voiture pour voir des boutiques de robes de mariée et des salons de beauté à chaque coin de rue, un rappel que malgré les atrocités que les gens ont vues pendant la guerre et la pauvreté dans laquelle ils vivent chaque jour, avoir l'air et se sentir belle est toujours une priorité. C'est émouvant lorsque vous visitez des maisons et des réfugiés sortez des assiettes et des assiettes de pâtisseries et de fruits et de thé sucré et vous encouragez à manger. Dans les 8 kilomètres carrés de ce camp, il n'y a pas de restaurants. À la fin de la journée, les familles se réunissent pour manger la nourriture qui leur rappelle la maison.

La plupart du monde considère ces réfugiés objectivement, comme un terme ou un concept. La plupart des gens ne connaissent pas Ferdous. Elle a sauté de haut en bas jusqu'à ce que je la porte. J'ai aperçu des taches chauves sur sa tête, mais j'ai supposé que c'était à cause d'un jeu rude avec ses frères et sœurs ou ses amis. Elle m'a emmené rencontrer sa mère, qui m'a dit qu'elle était heureuse de voir Ferdous sourire pour la première fois depuis longtemps. Quand j'ai demandé pourquoi, elle m'a dit que Ferdous luttait contre un type de leucémie. Elle ne pouvait pas me dire de quel type elle n'avait jamais entendu parler auparavant. Même en disant cela, elle sourit, pleine d'espoir et reconnaissante. Elle recevait le traitement dont elle avait besoin dans l'une des cliniques de soins de santé du camp et tout irait bien.

*

★★★★★